Expression politique - Février 2019

Groupe Priorité Saint-Egrève

De l'importance de l'écoute

Dans son discours des voeux aux Saint-Egrévois (dont vous pouvez retrouver l'intégralité sur la page facebook du groupe PSE), le maire développait l'importance de l'écoute dans la relation politique avec les citoyens. Si écouter n'est pas forcement accepter, car dans ce cas aucune ligne politique ne pourrait être tenue en France, écouter et même échanger sont des éléments essentiels du débat citoyen. Sur la question centrale de l'urbanisme dans notre métropole, la majorité municipale a entendu et écouté les griefs qui pouvaient être formulés et que nous partageons. Ainsi pour certains projets, un sursis à statuer a été émis afin de temporiser le temps de la mise en place du Plan Local d'Urbanisme Intercommunal qui fait baisser la hauteur des bâtiments en secteur pavillonnaire. De la même manière, pour chaque projet important, des rencontres préalables ont lieu afin que chacun puisse s'exprimer et que des réponses soient apportées.

Ecouter c'est également reconnaître quand une décision n'est pas acceptée par les principaux concernés comme ce fut le cas pour la poursuite des cinq matinées d'école. Le maire et les élus chargés du scolaire  ont ainsi décidé de constituer un Comité de pilotage composé notamment de parents délégués afin de réfléchir ensemble sur l'avenir des rythmes scolaires. Ce "COPIL" ne sera pas seulement un lieu d'écoute mais bien un lieu de travail en commun.

Si la volonté de l'équipe municipale est d'être en adéquation avec les Saint- Egrévois, force est de constater qu'en France un fossé se creuse depuis des années entre les citoyens et leurs représentants. Nous ne pouvons nous y résigner et il est du devoir des élus locaux de partager les appréhensions et de tout mettre en oeuvre pour créer le dialogue. Ainsi sur la Ville, outre le cahier mis à la disposition de chacun pour s'exprimer, nous favorisons toute demande de salle ayant pour objectif d'échanger dans le cadre du Grand Débat lancé par le Président de la République. Nous nous devons d'être toujours vigilants à vos attentes !

 

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve

Groupe Saint-Egrève Autrement

DEBATTONS !

Le débat, l'écoute et la proximité avec les citoyens sont pour nous des valeurs essentielles trop souvent négligées à tous les niveaux de la vie publique, que ce soit au niveau local que national. Or dans le contexte actuel, il paraît plus que jamais nécessaire de favoriser les occasions de rencontres et d'échanges, dans le respect mutuel. Le Grand Débat National lancé par le Président de la République en sera-t-il  l'occasion ? Sans préjuger de la manière dont les propositions qui émergeront seront prises en compte, il nous paraît essentiel que la majorité d'entre nous y participent activement.

Nous demandons l'organisation de véritables réunions publiques, bien plus pertinentes dans la période actuelle que des forums sur Internet qui maintiennent les citoyens à distance les uns des autres, et à distance des élus.

Les thèmes annoncés par le Président de la République sont : la fiscalité et les dépenses publiques, l'organisation de l'Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté.  L'Europe sera la grande absente...

A l'heure où nous rendons cet article, nous n'avons aucune information sur ce que le Maire de Saint-Egrève compte faire pour faciliter la participation de tous. Mais d'ores et déjà nous vous annonçons la tenue d'une soirée-débat organisée avec nos camarades des deux autres groupes d'opposition sur le thème de "la Démocratie locale" le vendredi 15 mars. Nous vous y attendons nombreux !

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise Charavin, Jean Marcel Puech et Hassan Belrhali (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Jaune : la couleur de l'hiver ! 

Le mouvement des gilets jaunes qui domine l'actualité est révélateur d'une crise extrêmement profonde de notre société. Cette crise est à la fois, sociale, économique, écologique et démocratique. Colère contre la difficulté de vivre, sentiment pour certains d'injustice mais aussi rage de ne pas être entendus ou pire, d'être méprisés. Ces sentiments se traduisent par une défiance à l'égard des élus et un rejet de nos institutions. L'échec des politiques de réduction des inégalités sociales et du vivre ensemble est bien manifeste. C'est le moment de réfléchir à une autre manière de gérer l'organisation de notre vie en commun pour mieux « faire société ». Notre démocratie actuelle n'a d'autre choix que d'évoluer si elle veut survivre. Et jusqu'aux dernières nouvelles, même imparfaite, la démocratie est encore ce que nous souhaitons ?. ? Ayons en tête que les autres modes de gouvernance autocrates n'ont jamais été favorables au peuple. Nous vivons une véritable crise de régime qui nous oblige à nous repenser.

La démocratie du 21e siècle doit intégrer au moins 3 aspects, tant au niveau national que local en : se donnant donner les moyens d'informer tous les citoyens et de les accompagner dans la compréhension des grands enjeux qui nous traversent. Il s'agit ni plus ni moins de réinventer une nouvelle forme d'éducation populaire. ; redonnant du pouvoir d'agir aux citoyens, par une meilleure représentativité de la population avec des élus leur ressemblant et une démocratie participative bien vivante ; défendant défendre la justice sociale : égalité des droits et une solidarité collective qui permettent une distribution juste et équitable des richesses, matérielles ou symboliques. Le grand débat national a commencé. Saisissons-en nous ! St-Egrève, commune --presque- 100% Macron compatible n'y échappera pas et nous allons l'y aider. Si la fin de l'ISF, des contrats aidés ou la hausse des APL et de la CSG vous ont choqués, si vous aussi vous pensez que la démocratie de proximité est en panne, alors réservez votre soirée du 15 mars  pour débattre avec nous de ces sujets.

 

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

Groupe Front de Gauche - PCF

Du rond-point au grand débat national : quelle place pour le peuple à St-Egrève ?

Les ronds-points, péages et centres commerciaux à St-Egrève et autour n'ont pas échappé à la vague de colère qui s'est emparée du peuple depuis les annonces de Macron, visant à ponctionner encore plus les foyers modestes quand la belle santé financière des actionnaires s'étale à coups de milliards. D'accord ou pas avec eux, ces « gilets jaunes » que l'on croise, que l'on siffle ou que l'on soutient, c'est d'abord nous !

A St-Egrève nous sommes 32,7 % de ménages à ne pas pouvoir payer d'impôts sur le revenu parce que ce dernier est trop faible et si la moyenne des revenus paraît élevée, c'est que la fracture sociale se creuse entre les plus hauts et les plus bas : la part des ouvriers et employés payés au SMIC reste la plus importante. La violence sociale aujourd'hui à l'oeuvre dans notre pays, ce n'est pas la casse des grands  magasins vus à la télé, c'est la casse des travailleurs, des privés d'emplois, des étudiants et des retraités à grands coups de réformes qui permettent de favoriser l'enrichissement des riches et l'appauvrissement des pauvres.

Oui, il faut des réformes profondes dans notre pays, notamment sur la fiscalité pour une meilleure répartition des richesses ! Le débat national proposé par le gouvernement pourrait favoriser l'émergence de solutions solidaires, tournées vers l'intérêt général, créatrices de progrès salarial et de bien-être dans un environnement sain, s'il était accompagné de vrais moyens pour le mettre en oeuvre ! L'échelon communal est le lieu le plus démocratique qui soit pour le mener. Or chez nous, à part un cahier mis à disposition et un lien sur le site internet de la Ville qui ne fonctionne pas, aucun débat n'est organisé alors que nous sommes au coeur d'enjeux essentiels d'organisation du territoire et du financement des services publics et de l'action sociale. A contrario, le projet de loi "citoyen", déposé par les députés communistes, me semble refléter l'attente de mes concitoyens en terme de démocratie sociale.

 

Sylvie Guinand, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/