Expression politique - Novembre 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Une priorité partagée par tous : le respect de nos aînés

On les appelait "maison de retraite", il y avait un esprit léger et des terrains  de pétanque à disposition. On était alors loin du contexte médicalisé. Et puis l'âge moyen de fin de vie s'est allongé, tout comme la dépendance dans  les âges avancés et l'accompagnement médical n'a plus été une option mais  une nécessité. Dans ce contexte, la Maison du lac est devenu un EHPAD  (Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes). La  charge médicale pour la Ville est devenue au fil des années de plus en plus forte et sa capacité de plus en plus réduite pour trouver des médecins et des moyens pour assurer cette mission essentielle auprès des résidents. La mutualisation était une porte de sortie mais qui malheureusement n'a pas aboutie. A partir de là, la seule solution pour permettre de poursuive un service de qualité était de trouver un gestionnaire qualifié et compétent.
Deux priorités : les résidents et leur famille, ainsi que le personnel. Les services de la Ville, le CCAS et les élus concernés travaillent pour trouver ce gestionnaire qui permettra d'assurer des garanties (prix des prestations, partenariat avec la Ville, conditions de reprise des agents). Nous avons voulu associer les représentants du personnel ainsi que notre opposition et le monde associatif afin de travailler tous ensemble sur cet objectif essentiel pour nos aînés.
Loin d'aller vite, nous avons pris le temps d'une réflexion en amont pour dresser le bilan d'une réalité et pour envisager les bons choix. Loin de ne pas nous soucier de notre personnel, nous avons voulu trouver un partenaire de confiance pour permettre à des agents bien souvent non titulaires et contractuels de trouver la stabilité d'un CDI que la fonction publique ne permet souvent pas. Loin de penser aux économies en sacrifiant l'humain, nous avons pensé accompagnement pour les résidents et leurs familles pour que le service médicalisé soit de qualité. Voilà nos ambitions !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
www.facebook.com/prioritesaintegreve

Groupe Saint-Egrève Autrement

La majorité aime construire sur les parcs de la ville !

Décidément, la majorité aime construire sur les parcs de la ville. La future piscine, implantée sur le parc de Fiancey, en zone humide, pour laquelle il est nécessaire de réaliser des pieux afin de l'ancrer dans la nappe phréatique (photo du haut), coûtera bien plus chère que la même piscine implantée, par exemple, sur le site des Mails comme nous le préconisions. Il en est de même pour le bâtiment (réceptions et vestiaires) qui va voir le jour au milieu du parc du stade des Brieux (photo-montage du bas), alors qu'une extension de la tribune Balestas eut été plus judicieuse, tant sur le plan technique (thermique, fluides et accès), que financier (construction et exploitation) et bien entendu écologique. Sur ces deux projets, la majorité impacte définitivement non seulement les finances locales, mais surtout l‘environnement dans deux zones qui étaient restées naturelles. Décidément, en 2018, la bétonisation peut aussi être l'œuvre d'une municipalité.

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI
(hassan.belrhali.ps@gmail.com)

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Pour une valorisation d'un tourisme de proximité

La position de la métropole grenobloise, coincée entre ses trois massifs, n'est pas toujours considérée comme un avantage. Et pourtant, cette situation offre à ses habitants un cadre de vie exceptionnel que l'on a envie de partager. La Métropole, qui a depuis 2015 la compétence tourisme, met à disposition des usagers des informations où notre commune est bien peu représentée. Rien non plus dans le schéma de développement touristique du dernier projet de PLUI. Et pourtant, ne serait-il pas judicieux de considérer que Saint-Egrève est aussi une destination de loisirs, voire de tourisme ? Une occasion de développer une forme de tourisme de proximité ? Entendez par là un tourisme responsable, accessible financièrement, privilégiant les modes doux, la randonnée pédestre, le vélo... ou la contemplation de notre patrimoine. En somme, attirer une clientèle qui a envie de nature sans aller très loin !
Saint Egrève possède des atouts réels, une des plus belles portes d'entrée sur la Chartreuse, des départs de randonnées multiples, plusieurs sites d'escalade, des lieux remarquables le long de la Vence comme les Prises - malheureusement confisquées-, le départ du chemin des peintres qui mène à Proveyzieux, la traversée par la véloroute voie verte vallée de l'Isère, qui va de la Savoie à la Drôme, des berges de l'Isère à mettre en valeur, des sentiers du Néron à rouvrir, etc. Des atouts à faire connaître et à développer pour dynamiser certains quartiers et inciter à de nouvelles formes de loisirs, de voyages, de tourisme.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

Groupe Front de Gauche - PCF

La Maison du Lac doit rester publique !

Lors de la commission des Solidarités du 17 septembre, nous avons appris que l'EHPAD "Maison du Lac" faisait l'objet d'un projet de transfert vers le privé. Je me suis exprimée au Conseil Municipal qui a suivi sur le caractère anti-démocratique de cette mise en œuvre soudaine et rapide, sans concertation en amont des familles, des habitant-e-s et du personnel, sur l'infondé d'une telle décision et sur les conséquences en terme de coût pour les usagers et pour la collectivité.
Monsieur le Maire argue d'une "gestion difficile", de "difficultés de recrutement", "d'isolement", d'une "incapacité à gérer par le CCAS" soudaines et inédites depuis plus de 30 ans d'existence en gestion publique, alors que les résidents, les familles et même l'Agence Régionale de Santé reconnaissent la qualité du service rendu ! Chaque argument reste flou : oui la question de la gestion se pose, mais au niveau de tous les EHPAD de France, en raison du budget de l'Etat qui étrangle encore plus les collectivités et de la grille salariale avec non-reconnaissance de la pénibilité qui n'incitent plus à postuler dans les filières médico-sociales de la Territoriale, où travail physique, de nuit, et à flux tendus exigent véritablement abnégation et sens de l'intérêt général.
Dans l'Isère, 94 EHPAD sur 140 sont en gestion publique! Pourquoi vouloir à tout prix aujourd'hui céder à du privé, non lucratif ou lucratif, quand on sait que les résultats sont TOUJOURS une augmentation des tarifs hébergement pour les familles et des demandes de subventions aux CCAS plus élevées qu'en gestion directe ? Autrement dit les transferts au privé reviennent plus chers à la fois à la mairie, qui augmente considérablement sa subvention au CCAS, et aux familles qui voient les tarifs hébergement faire un bond d'environ 130€ par mois. D'autres projets de gestion de l'EHPAD sont possibles : je demande sur ce sujet le débat le plus large possible avec la population, les familles de résidents et vos élu-e-s des trois groupes d'opposition !

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/