Expression politique - Mai 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Le respect de son prochain, ciment de la cohésion

Les équipes successives de Priorité Saint-Egrève ont eu à coeur de bâtir une ville à vivre et attractive. Aujourd'hui la commune attire au sein même de l'agglomération et à l'extérieur de celle-ci. La rançon de ce succès est sans doute que la densité augmente sur l'axe du tramway, là où des pavillons individuels existaient. L'équilibre dans une ville est une alchimie fragile qu'il s'agit de préserver. Ainsi notre objectif est clair et le restera, permettre à chacun de s'épanouir dans une ville aux multiples visages comme aux multiples quartiers. En bénéficiant du tramway, la ville a été reliée au coeur même de l'agglomération, ce qui a des avantages indéniables pour la mobilité de chacun, de l'étudiant au senior en passant par l'actif qui chaque jour évitera les embouteillages. Avec l'équipe municipale nous sommes heureux de permettre à chaque Saint-Egrévois d'être fier de sa ville qui allie proximité et services. Nous sommes également très vigilants pour que le respect et le dialogue soient permanents dans la ville, quelque soit le niveau d'échanges.

Nous pensons aussi aux incivilités qui malheureusement existent et pas uniquement dans notre ville. Le site des Prises, à La Monta, est un lieu agréable qui permet le contact direct avec la nature et le plaisir de la baignade, mais malheureusement ce site est également devenu un lieu de tension du fait du non-respect de certains venus de Saint-Egrève ou d'ailleurs dans l'agglomération. Nous avons alerté la gendarmerie qui fait son possible pour maintenir la situation, mais force est de constater que cela ne suffit pas. La ville a donc décidé d'empêcher le saut, qui par ailleurs pouvait s'avérer dangereux et de fermer si besoin était le site. Le but est bien de rendre ce lieu moins attractif, non pas pour les familles, mais pour ceux qui commettent des incivilités. Le site sera donc majoritairement ouvert, sauf en cas de risque de dégradation de la situation. Nous voulons tous que ce lieu retrouve sa tranquillité et vous pouvez compter sur nous !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve

Groupe Saint-Egrève Autrement

Construire à Saint-Egrève oui, mais pas n'importe comment !

Depuis le début de ce mandat notre position sur l'urbanisme de Saint-Egrève est claire et constante. Notre constat : les besoins en logements sont importants sur le territoire de la Métro où la demande ne cesse de croître. La construction de logements pour des ménages modestes en location ou en accession sociale à la propriété est un enjeu essentiel.

Notre position : Oui il faut construire sur Saint-Egrève ! Pour accueillir de nouveaux habitants, pour permettre aux enfants des Saint-Egrèvois de se loger, pour offrir aux locataires du parc social la possibilité d'acquérir un logement. Mais il faut tout mettre en oeuvre pour produire des logements à des prix abordables par tous et tenir compte du tissu bâti existant ! 

Ce que nous observons : une densification anarchique de la commune sans réflexion préalable sur le devenir à 10, 20 ans des différents quartiers. A minima, les promoteurs présentent leurs projets (déjà finalisés !!) lors de réunions publiques. Mais à aucun moment la majorité n'a présenté une réflexion globale sur l'évolution des secteurs de la ville aux habitants et ne l'a soumise à la concertation publique. Avec une application trop mécanique du PLU, nous sommes confrontés à des opérations immobilières au coup par coup qui contribuent à une densification sans cohérence globale de notre commune, source de craintes pour les habitants.

De plus, le choix de produire systématiquement des opérations mixtes comportant 65 % de logements en accession et 35% de locatifs sociaux conduit à construire encore plus pour atteindre 25 % de logements sociaux en 2025 (objectif de la loi ALUR). Or sur des petites opérations, cette mixité pourrait être abandonnée au profit du logement social. 

De nombreux projets immobiliers sont encore à venir. Mobilisons-nous pour participer activement aux réunions de présentation en gardant à l'esprit que c'est aujourd'hui que se construit le vivre ensemble dans le Saint-Egrève de demain.

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise Charavin, Jean Marcel Puech et Hassan Belrhali (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Alerte biodiversité !

Les grenouilles de l'étang de Rochepleine ne chantent plus. Que s'est-il passé ? En 15 ans, 30% des oiseaux ont disparu. Pourquoi donc ? Il y a 20 ans, après 500 km en voiture, on ne voyait plus à travers le pare-brise tant il y avait d'insectes écrasés ! Et aujourd'hui ?

Les néonicotinoïdes, insecticides généreusement utilisés, sont très probablement les coupables. Moins d'insectes, les oiseaux n'ont plus assez à manger. C'est tout le cycle de la vie qui est perturbé, la fertilisation et l'aération des sols, la pollinisation des plantes, etc. Et ce n'est que la partie visible de l'effondrement de la biodiversité. L'activité humaine est à l'origine de cette détérioration généralisée des terres. Toutes les espèces animales et végétales sont menacées. Plus les connaissances progressent, plus on se rend compte que l'équilibre dans lequel nous vivons est fragile et que des atteintes qui semblent minimes ont des effets sur toute la chaîne biologique, depuis les minuscules bactéries jusqu'aux grands mammifères et bien sûr aux humains. C'est le cri d'alarme qu'ont lancé fin mars les experts mondiaux de la biodiversité réunis en Colombie 

Que faire ? D'abord une action globale est nécessaire : changer les pratiques agricoles, restaurer les écosystèmes dégradés, recréer des réserves de biodiversité : forêts, zones humides, espaces naturels. Et arrêter de nourrir notre bétail avec du soja cultivé à la place des forêts équatoriales.

Au niveau de la ville, intégrer la biodiversité, c'est d'abord savoir où on en est : établir un Atlas de la biodiversité communale ; c'est créer des espaces verts, préserver ceux qui existent, protéger les passages de faune par les trames vertes et bleues, éteindre les lumières la nuit pour protéger la faune nocturne ; c'est aussi faire comprendre les enjeux aux habitants par la concertation. Au niveau individuel, il s'agit de passer à un mode de consommation plus sobre, des produits locaux, moins de viande et de gaspillage, végétaliser tout ce qui peut l'être. Nous espérons pouvoir entendre encore longtemps les oiseaux chanter !

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

Groupe Front de Gauche - PCF

En mai, mène la lutte qui te plaît !

L'histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l'invincible espoir., Jean Jaurès. A St-Egrève la mobilisation de la population aux commémorations du 8 mai reste chaque année aussi forte, et je m'en réjouis, grâce notamment aux bénévoles qui œuvrent toute l'année pour que le Souvenir de nos anciens combattants soit honoré et notre Histoire comprise. Cet effort de mémoire n'est pas un combat dépassé. Elle est même indispensable pour ne pas reconduire au pouvoir nazisme et fascisme, et à la mort plus de 62 millions de civils. Les premières victimes de ces régimes d'extrême-droite furent les Communistes allemands puis européens, puis vinrent les juifs, les tziganes, les homosexuels et les personnes en situation de handicap.

La Journée Nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation (29 avril), la Journée de Capitulation sans condition de l'Allemagne nazie (8 mai), la Journée nationale de la Résistance (28 mai) et l'appel du 18 juin sont autant d'hommages à toutes les femmes et tous les hommes qui, par leur engagement, ont permis que notre pays recouvre la liberté et une société plus humaine. Ils ont en effet su créer les conditions de construction d'une société plus solidaire, grâce notamment au Conseil National de la Résistance : création de la sécurité sociale, nationalisation de l'énergie, des grandes banques, création de la Fonction Publique... Ces enjeux sont d'actualité. Les luttes des cheminots et fonctionnaires le montrent, ils sont toujours au coeur des débats et des affrontements politiques !

D'aucuns seraient bien inspirés de se souvenir des propos du Général De Gaulle, qui déclarait en novembre 1943 : « Il ne faut plus qu'on puisse trouver un homme ni une femme qui ne soient assurés de vivre et de travailler dans des conditions honorables de salaire,  d'alimentation, d'habitation, de loisir, d'hygiène et d'avoir accès au savoir et à la culture ». Tout un programme au cœur des débats actuels !

Sylvie Guinand, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/