Expression politique - Avril 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Notre quartier parlons-en... et vivons-le !

Deux matinées ont déjà eu lieu en 2018 avec ce dispositif participatif : la 1ère qui a débuté du côté de Saint-Robert pour aller vers la Pinéa et se terminer aux abords de la gare. La 2de qui a traversé le quartier de Rochepleine et qui s'est achevée à l'Espace Europe. A chaque fois, les habitants sont venus avec beaucoup de choses à dire et à raconter. En tant qu'élus, nous sommes confrontés toute l'année à nombre de situations délicates pour lesquelles des réponses précises et souvent urgentes doivent être apportées. Mais ces visites dans les quartiers restent un plus, puisque nous rencontrons de nouvelles personnes qui n'auraient peut-être pas poussé la porte de la mairie pour nous dire ce qui n'allait pas... ou ce qui leur plaisait ! Alors bien sûr les demandes ne sont pas toutes faciles à traiter, mais c'est bien là le sens de l'engagement que d'essayer de trouver des solutions là où les problèmes sont complexes. Avec le maire et les élus présents, nous nous sommes engagés à apporter une réponse précise à chacun. Si nous entendons vos inquiétudes, nous oeuvrons pour y répondre dans la limite bien sûr de nos moyens. Je pense notamment à la problématique métropolitaine qui est au coeur des préoccupations. En reprenant nombre de compétences la Métro a de ce fait ôté aux villes des pré-carrés de longue date. Les élus et les services municipaux avaient ainsi l'habitude de répondre aux attentes des usagers selon une méthode rodée et qui avait fait ses preuves. La réactivité et l'efficacité n'en étaient que meilleures. 

Avec un nouvel acteur central, la Métro, pour tout ce qui touche à la voirie, à l'énergie, aux transports, à l'eau, à l'assainissement ou aux déchets, les cartes sont rebattues et chacun a dû retrouver sa place. L'équipe municipale continue de penser que nous devons travailler main dans la main avec les services métropolitains afin de faire avancer les dossiers mais nous ne sommes pas non plus dupes ; c'est pourquoi nous nous battrons chaque fois que nécessaire pour que le service public soit au rendez-vous !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve

Groupe Saint-Egrève Autrement

Des bibliothèques de quartier sacrifiées pour 2020

Le dossier de la médiathèque et des bibliothèques de quartier est plus que jamais d'actualité au moment où l'académicien Erik ORSENNA et Noël CORBIN, inspecteur général des affaires culturelles, viennent de rendre leur rapport porteur de propositions pour le "Plan national pour les bibliothèques". Ils préconisent notamment l'extension des horaires des bibliothèques en soirée et le week-end afin de renforcer "la culture et lutter contre la ségrégation culturelle". D'où l'importance des bibliothèques de quartier !

Le dernier journal municipal consacre plusieurs pages au projet de création de la "médiathèque du XXIème siècle": 500 m2 d'extension de la bibliothèque Barnave pour un coût total annoncé à 2 M€, et l'extension des horaires à 25 heures /semaine contre 19 actuellement. Quelques lignes sont consacrées au devenir des bibliothèques de Rochepleine et Fiancey dans un paragraphe malencontreusement intitulé "Questions annexes". Les habitants de ces quartiers ne considèrent pas ces structures comme des "annexes" mais bien comme des bibliothèques à part entière qui ont un rôle essentiel sur ces territoires. Ils l'ont exprimé publiquement en conseil municipal puis, plus symboliquement, lors de la cérémonie des voeux en janvier. De plus, en changeant la destination des bibliothèques de quartier c'est bien une réduction des horaires d'ouverture vers laquelle nous allons.

En effet, l'amplitude totale d'ouverture des bibliothèques Barnave, Rochepleine et Fiancey est actuellement de 48 heures et la majorité la réduira donc à 25 heures... 

Dans son éditorial du mois dernier, M. le Maire répète : "pour les annexes, je le redis fermement le livre continuera d'irriguer celles-ci comme toute la ville". La majorité municipale souhaite transformer les bibliothèques de quartier en "lieux de vie sociale où le livre sera présent". Mais où seront les bibliothécaires ? En tout cas, la livraison d'un équipement culturel flambant neuf juste avant les élections de 2020 sera bien opportune...encore une fois !

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise Charavin, Jean Marcel Puech et Hassan Belrhali (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Une médiathèque du 21ème siècle ?!

Toutes les bibliothèques se remettent en question avec le numérique et l'évolution des usages. A St Egrève, enfin, la ville semble s'être donné les moyens de réfléchir à l'évolution de ses bibliothèques. En juillet 2017, en présence de très nombreux Saint-Egrévois venus dire leur attachement à leur bibliothèque de quartier, la majorité municipale a voté une délibération dans laquelle on trouve notamment : "Le Maire propose que l'ensemble des services actuellement dédiés à la bibliothèque soient regroupés sur le site unique de Barnave... que les lieux libérés... resteront... des lieux de vie sociale et d'activités" 

Depuis est sorti le rapport Orsenna sur les bibliothèques. Il observe la transformation des bibliothèques en maisons de service public culturel. Il propose de développer l'accès de toutes et tous aux pratiques culturelles, avec un maître mot : OUVRIR ! Ouvrir davantage aux heures où le public  est disponible, ouvrir à tous les publics, ouvrir à l'ensemble des pratiques artistiques et culturelles, ouvrir à de nouveaux services, ouvrir depuis le domicile grâce à Internet, etc. 

M. le Maire, une médiathèque du 21ème siècle n'est pas seulement un projet architectural à 2 M€. C'est un projet qui "demande dans un premier temps une orientation politique claire" (cf. rapport cabinet ABCD que vous avez mandaté), que vous n'avez pas. Nous vous demandons de prendre le temps et de débattre pour : Définir une politique de lecture publique et une politique culturelle pour la ville ; Bien prendre en compte tous les scolaires et les enfants qui aujourd'hui vont dans les bibliothèques de quartier et n'iront pas jusqu'à Barnave ;

Se rappeler de la réaction des habitants à votre projet de fermeture des bibliothèques de Fiancey et Rochepleine, les conserver en sachant qu'une bibliothèque n'existe pas sans bibliothécaires ;Intégrer les propositions du rapport Orsenna dans ce projet.

Alors seulement, un projet d'espace culturel municipal pourra émerger, où les livres et la culture, les bibliothécaires et les habitants auront leur place.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

Groupe Front de Gauche - PCF

L'hôpital de St-Egrève a mal à sa santé !

Le lundi 26 février je suis allée à la rencontre des personnels du CHAI de St-Egrève, dans le cadre du Tour de France des hôpitaux organisé par les Parlementaires communistes. La discussion d'une heure et demi a été l'occasion d'en apprendre davantage sur les difficultés que connaît le Centre hospitalier Alpes-Isère. Suppression de lits (78 l'année dernière !), de centres médicaux-psychologiques, suppressions de postes et non-remplacement du personnel partant à la retraite, urgences non traitées ou orientées vers le privé (tentatives de suicide par exemple), posent le décor de l'agonie de la psychiatrie publique. Les conséquences sont dramatiques sur les délais de prise en charge, la qualité du soin et les conditions de travail. Des unités de soins ferment, la contention revient en force. Les services publics sont mis à mal au nom du dogme de l'austérité qui n'empêche pourtant pas les cadeaux fiscaux aux riches et aux grandes entreprises. Suite à cette visite les parlementaires vont formuler des propositions pour exiger du gouvernement une autre politique de santé publique et donner à nos hôpitaux les moyens financiers et humains digne de ce pays. Le Maire de St-Egrève, vice-président du Conseil d'Administration et Madame la député (membre du gouvernement Macron) ne peuvent être sourds aux cris d'alarme lancés par les personnels des hôpitaux ! C'est cette logique de casse du service public que j'entends continuer de combattre avec les élu-e-s progressistes, les habitant-e-s et avec les hospitaliers qui défendent un service public pour tous et une sécurité sociale financée par la cotisation !

Sylvie Guinand, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/