Expression politique - Septembre 2017

Groupe Priorité Saint-Egrève

Un bel été et une magnifique rentrée

Tout l'été, l'équipe municipale à tour de rôle est restée mobilisée avec les agents de la ville pour assurer la tranquillité des Saint-Egrévois. Ainsi, nous pouvons déjà nous féliciter de la situation aux Prises qui est passée d'inquiétante en 2017 à rassurante en 2018. Si de trop nombreuses incivilités et dégradations avaient été constatées il y a un an, force est de constater que les actions menées par la Ville ont aujourd'hui porté leurs fruits. Ainsi la sécurisation du site et sa fermeture ponctuelle en cas de pic de chaleur ont permis de rassurer tout un quartier et des commerçants inquiets. Quand nos oppositions municipales prônaient l'inaction, nous répondions solutions et cet été nous a donné raison. De la même manière à la piscine des Mails, la mise en place de mesures fortes, comme la carte de résident et les tarifs différenciés, a eu un effet immédiat : la tranquillité pour tous. Nous n'accorderons jamais d'excuses à ceux qui ne respectent pas la loi et autrui. Nous sommes élus pour défendre des valeurs et bâtir une ville respectueuse de son prochain. Et non pas pour laisser la porte ouverte aux incivilités et aux délits.
Le groupe majoritaire "Priorité Saint-Egrève" en profite pour saluer l'engagement des agents de la Ville pendant la période estivale et notamment ceux qui ont assuré la sécurité de tous. Notre police municipale s'est développée passant de six à huit agents mais ses missions  restent nombreuses et très engageantes. Nous saluons leur disponibilité, soirs et week-ends, pour permettre aux Saint-Egrévois d'évoluer dans une ville où la sécurité n'est pas prise à la légère. Le développement de la vidéo-protection dans les rues de Saint-Egrève ira  galement dans le sens d'une meilleure surveillance des comportements délictueux pour une ville plus agréable à vivre. La sécurité est la première des libertés et chacun doit pouvoir en bénéficier.
Nous vous souhaitons une excellente rentrée à Saint-Egrève !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
www.facebook.com/prioritesaintegreve

Groupe Saint-Egrève Autrement

Réunion publique (1ère partie) Vendredi 5 octobre de 20h à 22h

 

Aménagement urbain à Saint-Egrève : où allons-nous ?

(Salle Safran, Maison des Solidarités et des Familles, proche de la gare)

 

Avec les élus du groupe "Ecologie, Solidarité, Citoyenneté" nous vous proposons une soirée-débat ouverte à tous les habitants sur les enjeux qui impactent aujourd'hui notre commune en matière de développement urbain et de qualité de vie.
Nous vous invitons à venir participer et à réfléchir ensemble aux raisons de ces transformations urbaines importantes sur notre commune, ainsi qu'aux conséquences immédiates et futures qu'elles impliquent. Après un rappel des différents Plans Locaux d'Urbanisme (PLUs) SaintÉgrèvois successifs, nous situerons ces bouleversements dans le contexte métropolitain en évoquant le PLUi (PLU intercommunal). Enfin nous vous apporterons des éléments sur le logement social et les choix qui sont faits sur la commune.
Au plaisir de vous rencontrer et d'échanger avec vous sur ce sujet d'importance !

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Réunion publique ! (2e partie) Vendredi 5 octobre de 20h à 22h.

 

Aménagement urbain à St-Egrève : vers où allons-nous ?

(Salle Safran, Maison des Solidarités et des Familles, proche de la gare)

Pour réussir cette soirée organisée avec nos collègues "Saint-Egrève Autrement", nous aurons à répondre à un ensemble de questions :
• Saint-Egrève ville accueillante ou repliée sur elle-même ?
• Saint-Égrève accessible en transports, favorisant les déplacements sécurisés à pied et en vélo ou Saint-Egrève faisant la part belle aux voitures ?
• Saint-Égrève avec des zones résidentielles et économiques séparées ou mixées ?
• Saint-Égrève avec une nature et une biodiversité présentes dans nos parcs et nos quartiers ou Saint-Egrève ville dense et minéralisée ? Pour nous aider à répondre à ces questions posées de manière binaire, il nous faudra comprendre comment s'organise un territoire à l'échelle d'une commune et d'un bassin de vie. Incontournable, nous vous présenterons dans les grandes lignes en quoi consiste le Plan Local d'Urbanisme Intercommunal (PLUi) de la Métropole qui sera opérationnel à l'été 2019 et nous évoquerons aussi le Plan de Déplacements Urbains (PDU) soumis à enquête publique de mi-septembre à mi-octobre 2018. Et place à la discussion !

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr 

Groupe Front de Gauche - PCF

Rythmes scolaires : l'arbre qui cache la forêt !

A Saint-Egrève, environ 1615 enfants âgés de 2 à 10 ans vont rester sur une semaine de 4 jours et demi, tandis que 34 communes sur la Métropole vont mettre en place la semaine de 4 jours.
En réalité le débat sur les rythmes scolaires, tronqué, n'est pas à la hauteur des enjeux du bien-être de l'enfant. Avoir une école de la réussite pour tous les élèves demande une réflexion dans de nombreuses directions et un développement des moyens alloués tant à l'Education Nationale qu'aux collectivités locales et associations.
Il conviendrait par exemple de se pencher sur les évolutions profondes de l'organisation de notre société qui ont transformé les attentes et les pratiques familiales. Les évolutions dans les modes d'organisation des entreprises ou de gestion des personnels ne vont pas dans le sens d'une diminution du temps de travail : heures supplémentaires, horaires décalés et atypiques, travail du samedi et du dimanche. La réduction du temps de travail à 35 h par semaine, par exemple, serait de nature à réduire l'allongement des "journées" des élèves. D'autre part, les transformations de la cellule familiale - parents isolés, garde alternée - ont conduit à l'exigence de "vrais week-ends", de périodes de congés à partager. Le calendrier scolaire s'est jusqu'ici adapté par aménagements successifs du nombre de jours de classe, mais la journée de l'écolier français est l'une des plus lourdes d'Europe.
Les effets des suppressions d'emplois des dernières années se font sentir : dégradation des conditions d'étude, des conditions de travail des personnels avec réduction des effectifs d'enseignants mais aussi de surveillants, infirmières, assistantes sociales, médecins scolaires, psychologues scolaires, ATSEM.
L'objectif de réussite pour notre jeunesse n'est crédible que si l'Etat et les communes se donnent les moyens nécessaires pour lutter réellement contre l'échec scolaire en s'attaquant aux inégalités sociales et aux discriminations, par des politiques d'investissement et non d'austérité.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/