Expression politique - Mars 2017

Groupe Priorité Saint-Egrève

Avis favorable de la commune au programme local de l'habitat (PLH) : dépassons les clivages partisans !

Le premier Conseil Municipal de l'année 2017 s'est réuni le 15 février dernier et nous avons consacré une grande partie de notre réunion à débattre du programme local de l'habitat. Notre logement, notre habitat est l'une de nos premières préoccupations. Notre adjoint à l'urbanisme, Emmanuel Roux, l'a justement rappelé à cette occasion "c'est l'un de nos besoins fondamentaux et c'est justement le rôle du PLH : fixer les grandes orientations en matière de production de logement sur le territoire".
Le document soumis à notre approbation reprenant largement les objectifs déjà fixés par la ville lors de l'élaboration de son PLU en 2011 en matière de mixité sociale et de préservation du cadre de vie, la majorité municipale soutient avec enthousiasme l'adoption du PLH.
Nous pouvions attendre qu'un tel document de plus de 600 pages et élaboré en concertation avec l'ensemble des 49 communes de la métropole soit adopté à l'unanimité des membres du Conseil Municipal de Saint-Egrève.
Mais c'était sans compter sur nos élus de l'opposition qui demeurent dans l'incapacité d'expliquer clairement les raisons de leur désaccord. Surtout, ils restent, sur ce sujet comme sur tant d'autres, incapables de formuler des propositions crédibles et réalistes.
Les élus du groupe "Saint-Egrève Autrement" souhaitent des opérations immobilières à 100 % social alors même que le PLH métropolitain soutient fortement les démarches de mixité sociale. "Ne nous faites pas culpabiliser si l'on ne vote pas avec vous !" nous à alors répondu le leader du groupe "Ecologie, solidarité, citoyenneté" pour expliquer leur abstention.
Les masques tombent une nouvelle fois : incapables de dépasser les logiques partisanes, les élus du groupe "Saint-Egrève Autrement" ont finalement voté contre, alors même que le PLH a été élaboré par la majorité socialiste et écologiste de la Métropole ! Cherchez l'erreur !
Définitivement, les élus de l'opposition ne sont pas à une contradiction près....

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

Groupe Saint-Egrève Autrement

Le projet de PLH de la Métro confirme les propositions de notre groupe !

Le projet de la Métro pour un Plan Local de l'Habitat (PLH) pour la période 2017-2022, approuvé en décembre 2016, nous donne raison sur la nécessité de construire sur Saint-Egrève, en priorité, de petites opérations en 100% logement social. Idée que nous avons exposée et développée dans une tribune commune avec les élus du groupe "Saint-Egrève, Ecologie, Citoyenneté" dans le journal municipal de novembre 2016.
Lors du Conseil municipal de décembre 2016, la majorité a présenté une délibération allant à l'encontre de cette priorité dans les objectifs donnés par le PLH à Saint-Égrève en privilégiant encore une fois les opérations en mixité. Nous l'avons dit, la réalisation systématique de projets immobiliers mixtes dans lesquels les promoteurs privés vendent une partie de leurs logements à des bailleurs sociaux ne permettra pas d'atteindre le taux de 25% de logements sociaux qui sera obligatoire en 2025. De plus cette approche a pour conséquence de devoir construire un trop grand nombre de logements sur notre commune !
Tout en précisant que nous approuvons le projet de PLH, notre groupe a voté contre la délibération qui le présentait en février parce que (1) la majorité refuse de considérer la réalisation de petites opérations en logement social comme la priorité, et (2) cette délibération ne reprend pas les objectifs du PLH tels que la construction de logements très sociaux actuellement insuffisants dans notre commune, le développement de projets d'accession sociale, la nécessaire attention à porter à certaines copropriétés pouvant présenter des signes de fragilité, et surtout : la nécessité de mettre l'habitant au coeur de la politique de l'habitat.
Nous le répétons depuis plusieurs mois : les réunions de présentation des projets par les promoteurs ne sont QUE de l'information. C'est pourquoi nous demandons à la majorité d'organiser de véritables réunions publiques de CONCERTATION sur sa vision prospective du développement de Saint-Egrève en matière d'habitat.

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Il était une fois un parc amputé

La bataille pour la préservation du parc de Fiancey a commencé dès 2010. Nous étions nombreux à considérer que ce grand espace vert devait être entièrement sauvegardé à l'heure où le reste de la ville allait se densifier et accueillir plus d'habitants. De plus, nous avons toujours dénoncé le gaspillage du foncier qu'allaient engendrer les constructions sur cette étendue d'herbe. Et comme c'est une zone humide, la loi impose de réaliser des bassins de rétention correspondants au double de la superficie ainsi détruite ! Où seront ces compensations ?
Avec le soutien de plus de 600 saint-égrèvois qui s'étaient exprimés en faveur de la sauvegarde du parc lors de la révision du Plan Local d'Urbanisme approuvée en 2011, nous nous étions associés à une 1ère action en justice pour dénoncer le bétonnage du parc. Cela avait abouti en 2013 à une victoire devant les tribunaux et à la remise en cause des projets sur cet emplacement. La mairie avait ensuite fait appel et obtenu gain de cause en 2015 alors que, sur le fond du dossier, rien n'avait changé.
Entre le 1er et le 2ème jugement, nous avions dénoncé, de nouveau devant les tribunaux, la supercherie de la majorité qui avait dû se conformer au jugement de 2013 mais avait, dans les faits, maintenu en l'état ses projets de constructions sur le parc.
Au final, nous regrettons le temps perdu pour les usagers de la piscine, ceux de la petite enfance et dénonçons le gaspillage de ce beau terrain enherbé bien rare qu'il aurait fallu sanctuariser pour nos enfants. On aurait pu faire plus vite en construisant ailleurs puisque des alternatives étaient possibles. Malgré cela, nous sommes satisfaits : notre action a permis de réduire l'urbanisation de ce parc avec l'abandon d'un projet d'immeuble et une meilleure prise en compte dans les projets du caractère naturel de ce site. Et maintenant ? Un recours pour attaquer le permis de construire du pôle enfance et un référé suspensif pour demander l'arrêt des travaux ont été déposés. Et il en sera probablement de même pour la piscine...

 

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

Groupe Front de Gauche - PCF

Participation des habitants : le leurre municipal !

Une ville par tous et pour tous, c'est d'abord la participation concrète et active de la population. La citoyenneté doit pouvoir s'exercer au quotidien, partout et sur tous les sujets du local à l'international. A Saint-Egrève la majorité municipale se félicite de la qualité de la participation à travers les trois Conseils des habitants existants. Qu'en est-il-en vraiment ? Ils ont été créés comme de simples lieux d'information, destinés à rendre "pédagogique" l'explication des projets par la municipalité. Les conseillers d'opposition et les agents municipaux en sont exclus ! Et les habitants n'ont en réalité aucun pouvoir : vous pouvez vous exprimer mais pas agir.
Qu'est-ce qu'une vraie démocratie participative ?
Plus que donner son avis sur les projets, c'est co-décider ! Il faut renforcer le rôle de ces Conseils en les ouvrant à toutes et tous sans discrimination politique ou professionnelle, en leur accordant davantage de communication et un budget permettant la prise d'initiatives par les habitants : ouvrir des ateliers sur la fiscalité locale, l'action sociale, le logement, le budget, la restauration scolaire, l'accès à l'emploi, la lutte contre la délinquance, la création de la nouvelle piscine ou l'accès aux transports en commun pour tous...
Co-décider c'est aussi avoir les moyens financiers et réglementaires pour porter des pétitions, organiser des référendums et des initiatives citoyennes qui soient VRAIMENT à votre initiative.
Il est important d'éduquer à la citoyenneté, à l'esprit de débat dès le plus jeune âge. Le rôle d'un Conseil Municipal des Enfants n'est pas mineur dans la vie sociale et politique : il contribue à l'éducation populaire, à la découverte des institutions, à l'apprentissage du respect de l'autre, des règles de démocratie. Or la suppression de celui de St-Egrève en début de mandat, encore une fois, ne va pas dans le sens du progrès social.
"La véritable éducation consiste à pousser les gens à penser par eux-mêmes.", Chomsky in Comprendre le pouvoir.

 

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/