Expression politique - Septembre 2016

Groupe Priorité Saint-Egrève

L'avenir de nos enfants : notre priorité !

Si l'été rime bien souvent avec vacances, loisirs et repos bien mérités, les établissements scolaires de la commune ne restent pas pour autant fermés et éloignés de toutes activités. Bien au contraire ! La période estivale qui s'achève a été particulièrement riche en travaux et autres chantiers dans nos écoles pour préparer cette rentrée 2016.
L'école Prédieu fait depuis cet été l'objet d'une importante rénovation pour améliorer l'accessibilité, l'isolation des bâtiments et pour installer de nouveaux équipements de travail pour nos élèves et enseignants. En cette rentrée, nous poursuivons aussi la dotation en vidéoprojecteurs interactifs pour les classes élémentaires. En ce qui concerne les temps périscolaires, comme nous l'avions également envisagé en concertation avec les parents d'élèves et les équipes enseignantes, nous mettons en place une offre réorganisée autour de nouvelles activités et avec des horaires plus en adéquation avec les besoins des familles.
Avec 4 millions d'euros alloués chaque année au titre de sa politique éducative, la commune s'engage fortement et au-delà de ses compétences obligatoires pour préparer l'avenir des 1575 enfants scolarisés dans nos établissements.
Cet engagement nous le tenons bien volontiers parce que nous considérons que les conditions d'enseignement et plus largement l'éducation de nos enfants dans nos écoles sont au coeur de nos priorités pour Saint-Egrève. Nous disons ce que nous faisons et nous faisons ce que nous avons promis !
Notre ambition est simple : permettre à tous nos enfants d'apprendre, de s'épanouir, de s'ouvrir au monde dans des lieux de vie harmonieux, fonctionnels et adaptés à leurs activités. Nos objectifs sont clairs et partagés avec l'ensemble des membres de la communauté éducative : offrir à nos jeunes toutes les chances de réussir à Saint-Egrève.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 

Groupe Saint-Egrève Autrement

Depuis le 7 janvier 2015, jour de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo, la succession de drames en France nous plonge dans un profond désarroi.
Le monde semble être entré dans une ère nouvelle, incertaine et violente, et la tendance est grande - et bien compréhensible - de nous replier sur nous-mêmes. Dans le même temps, nous sommes amenés à réfléchir profondément à ce que nous sommes et à ce que nous souhaitons comme monde pour les générations à venir.
Car même si nous nous différencions par des histoires individuelles ou des convictions religieuses, des valeurs fondamentales nous relient fortement les uns aux autres : la liberté, l´égalité et la fraternité, et également la tolérance et la non-violence. Nous partageons tous la volonté de vouloir construire une société de progrès permanent, afin que chacun puisse trouver sa place et s'épanouir.
Pour répondre à cette situation inédite en France, nous devons rester unis, et tisser toujours plus en profondeur des liens entre nous. Pour ce faire nous pouvons aussi avoir confiance en notre jeunesse, toujours plus tolérante, curieuse et imaginative, pour relever les défis qui se posent à elle avec enthousiasme et détermination.
Dans ce contexte, le monde associatif est un formidable vecteur de lien social et permet de multiplier les occasions d'échanges et de rencontres et la journée annuelle des associations en septembre est un rendez-vous qui prend toute son importance.
Nous vous souhaitons une excellente rentrée.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Une ville accessible à tous

L'accessibilité de la ville et de ses activités à tous est une opportunité pour changer de regard sur les habitants et la cité elle-même. Cette accessibilité demande de prendre en compte la diversité des usages et des usagers de la ville pour : comprendre, s'orienter dans la ville ; communiquer, échanger des informations ; se déplacer ; accéder aux services, aux commerces, participer aux activités.
Notre ville abrite 16 315 habitants dont des enfants (18,5% de moins de 14 ans), des adultes, des seniors (23,2 % de plus de 60 ans, 8,9% de plus de 75 ans), des malvoyants, des malentendants, des parents et des nounous avec de grandes poussettes, des personnes ne lisant pas ou peu le français, d'autres marchant avec une canne, des béquilles ou un déambulateur, quelques-unes en fauteuil roulant, des résidants de l'AFIP avec un handicap intellectuel. Au total, au moins une personne sur trois rencontre des difficultés dans la ville. Prendre en compte la diversité des usages et des usagers demande une vraie concertation, pour connaître les difficultés rencontrées au quotidien par les habitants et améliorer ce qui peut l'être, pour prévoir ces usages dans les nouveaux projets et aménagements. Or cette concertation ne se fait pas à St-Egrève faute de volonté politique. Les élus laissent aux services les questions  techniques d'accessibilité, la commission communale d'accessibilité a une activité anecdotique alors que la prise en compte des différences devrait être systématique, encouragée et relayée dans toute la population. Par exemple pour éviter qu'une poussette soit bloquée par une voiture mal garée sur un trottoir ...
Des moyens existent, d'autres villes sont loin devant nous. Un agenda 22 pour rendre la vie quotidienne de tous plus facile, dans tous les domaines, ce serait l'idéal. Commençons par des initiatives très modestes : des bancs tous les 200m sur les trajets piétons, des toilettes publiques propres dans toute la ville, des informations en français facile à lire et à comprendre. Oui, chacun a sa place dans la ville.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 

Groupe Front de Gauche - PCF

Pour des lendemains de paix et de fraternité

J'aimerais comme Aragon posséder une gomme qui effacerait l'immondice humaine... Mon soutien va aux familles des victimes qui ont succombé depuis 2014 à la barbarie du groupe terroriste "Etat Islamiste" depuis 2014 : plus de 2700 morts dans 25 pays.
Encore une fois à Nice ce 14 juillet les services de l'Etat, de la Territoriale et de l'Hospitalière ont joué tout leur rôle pour soigner, rassurer, prendre en charge les familles, nettoyer la voierie... Véritables amortisseurs aux crises, ils sont les piliers de notre démocratie : il est temps de déclarer l'état d'urgence sociale pour stopper la baisse des dotations aux collectivités et déployer leur présence et celle des associations dans tous les territoires !
Je veux, en cette rentrée scolaire et sociale, rendre ici hommage aux agents publics qui rendent possibles au quotidien le bien-vivre ensemble et les liens de solidarité. Ces valeurs fondamentales permettent de dompter nos peurs, de comprendre l'autre, et de révéler les talents plutôt que les meurtrissures ou les déceptions.
Le service public laïc est le socle sur lequel peuvent se bâtir tous les projets collectifs ou individuels. Il permet au monde associatif, acteur incontournable de la vie locale, de s'épanouir dans son espace. Je tiens particulièrement à louer l'action des bénévoles qui créent des avenirs meilleurs et tant de passerelles entre les habitants. Au sein d'une centaine d'associations, vous êtes nombreux à donner des savoirs et du temps, permettre un accès aux loisirs, aux sports, aux questions environnementales et de transport, aux soins et aux droits, à l'Histoire et la culture, à favoriser les espaces d'échanges et de débats sociaux-politiques...
A Saint-Egrève il est vital de se battre pour maintenir et développer ces outils créateurs de lien social et d'émancipation du peuple. Avec un front de gauche renforcé, inventer ensemble la société progressiste dont les peuples ont besoin est la réponse aux peurs et désespoirs dans lesquels le système libéral les jette.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/