Expression politique - Décembre 2016

Groupe Priorité Saint-Egrève

Saint-Egrève : une ville accessible à tous !

Avec un patrimoine de plus de quatre-vingts établissements et installations recevant du public, la municipalité se fait un point d'honneur de mettre en oeuvre une politique ambitieuse en matière d'accessibilité.
La mobilité constitue en effet une des conditions essentielles de l'égalité des chances et de la participation à la vie de la cité. Et depuis 2007, la ville s'engage dans un important programme de mise aux normes de ses équipements, voiries et espaces publics.
Groupes scolaires, équipements sportifs, espace culturel, Pôle Jeunesse, Maison Borel, Maison des Solidarités et des Familles... : de nombreux établissements publics ont été rendus accessibles à Saint-Egrève, quelques semaines seulement après l'entrée en vigueur de la loi du 11 février 2015 "Pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées".
D'ici à 2021, plus d'un million d'euros sera engagé par la municipalité pour poursuivre ce programme. Dès l'année prochaine, l'Espace Robert Fiat, l'Eglise de La Monta ou encore les parcs publics de la Roselière, Fiancey et Marius Camet bénéficieront d'aménagements pour améliorer leur accessibilité.
En plus de l'effort conduit par la ville sur le patrimoine public, les Saint-Egrévois peuvent se réjouir des investissements réalisés par les commerces de proximité, artisans & autres services à la personne qui ont également rénové l'accès à leur établissement. Depuis 2015, près de cent professionnels locaux ont été accompagnés par les services de la ville dans leurs travaux.
Saint-Egrève est une ville résolument accessible à tous ! Et cet engagement nous le tenons bien volontiers parce que nous considérons que l'épanouissement des personnes en situation de handicap est au coeur de nos priorités pour Saint-Egrève. Nous disons ce que nous faisons et nous faisons ce que nous avons promis !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 

Groupe Saint-Egrève Autrement

Saint-Egrève doit prendre toute sa place dans la Métropole !

Déjà un an depuis que des compétences importantes ont été transférées de la Ville à la Métropole. En se tournant ainsi résolument vers l'avenir, notre agglomération a pris une nouvelle dimension. Dans le même temps les communes ont certes perdu certaines de leurs compétences mais elles ne se sont pas affaiblies pour autant... à la condition que les élus qui nous représentent au Conseil Métropolitain prennent toute leur place !
Ce n'est malheureusement pas ce qui est apparu lors des échanges que nous avons eu au cours du dernier Conseil Municipal : dans le document provisoire produit par l'exécutif de la METRO sur le Projet d'Aménagement et de Développement Durable, Saint-Egrève était reléguée au rôle d'observateur du bouillonnement métropolitain, simple porte d'entrée logistique de l'agglomération ! Selon les propres dires du Maire, il semblerait que la Ville n'ait pas eu son mot à dire sur l'avant-projet une semaine avant sa diffusion publique! Un comble pour la 6ème ville de l'agglomération...
Certes pour nombre de nos concitoyens l'échelon métropolitain est encore loin, mais peu à peu cette nouvelle dimension prend tout son sens. Et c'est l'échelon communal qui doit faire le lien, garantir une réelle proximité et être à l'écoute des habitants pour mieux les représenter.
Saint-Egrève doit prendre toute sa place dans les débats et les décisions prises par le Conseil Métropolitain et ne plus se contenter du simple rôle d'observateur.
Nous vous souhaitons une excellente fin d'année 2016.

Suite de l’article : voir Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Un air respirable

La qualité de l'air est devenue un enjeu majeur de santé publique. Dans les agglomérations, elle s'est améliorée depuis l'abandon du chauffage au charbon mais l'accroissement continu de la circulation et les chauffages au bois peu performants sont une nouvelle menace. On sait que beaucoup d'allergies et de maladies pulmonaires sont causées ou aggravées par les pollutions, particules et oxydes d'azote. Les agglomérations doivent aujourd'hui choisir entre les automobilistes qui réclament plus de fluidité du trafic et la santé des habitants (souvent les  mêmes !). Nous souffrons tous les jours des embouteillages alors que les affections respiratoires sont très étalées dans le temps. Il est donc bien tentant de satisfaire d'abord l'électeur-conducteur! Les solutions à long terme sont connues : limiter l'étalement urbain qui rend la voiture indispensable, développer des transports en commun, encourager le co-voiturage, le vélo, la marche, aider au remplacement des cheminées et poêles anciens par des appareils modernes bien moins polluants. C'est tout l'urbanisme qui est en cause et nos villes construites pour la voiture individuelle avec les zones d'habitation éloignées des lieux de travail nous mettent aujourd'hui dans une situation inextricable. Une difficulté majeure est que les décisions à court terme pour réduire les pollutions, comme le remplacement du diesel par les moteurs à essence, du chauffage au bois par le gaz ou l'électricité, conduisent à un accroissement du CO2, mauvais pour le climat, ce qui est pire encore ! Des mesures techniques ne peuvent suffire, les citoyens doivent changer : moins de déplacements en voiture, moins de chauffage, plus d'isolation, des chaudières performantes. Ces changements contraignants réclament un effort individuel mais sont efficaces immédiatement, et réduisent les dépenses. Ils doivent être accompagnés par des mesures d'incitation, c'est le rôle des municipalités et des agglomérations. Connaissez-vous les aides de la Métro pour l'isolation des copropriétés, pour le remplacement des cheminées ?

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 

Groupe Front de Gauche - PCF

Crise de la solidarité

L'analyse des besoins sociaux de septembre 2016 met en exergue que St-Egrève n'est pas épargnée par la dégradation de la situation économique des familles : le chômage a progressé de 17 % (41 % pour les jeunes de 23-24 ans), le nombre d'allocataires du RSA a bondit de 32 %, 7 % des foyers perçoivent une aide au logement, 42 % sont non-imposables et parmi eux 27 % ont déclaré moins de 15 000 euros de revenus annuels. Dans le même temps, 17 % des ménages de St-Egrève ont déclaré des revenus supérieurs à 50 000 euros annuels, ce qui est le taux le plus élevé de l'Isère (11 %).
La fracture sociale va créer une ville à deux vitesses si l'on ne propose pas d'urgence les moyens nécessaires pour l'enrayer, notamment avec une tarification plus solidaire pour accéder aux équipements municipaux et des subventions plus importantes aux associations de sport, loisirs, culture et d'accès à l'emploi des jeunes.
Les actions menées par le CCAS sont précieuses mais nécessitent le renforcement du nombre de personnels et de leur formation, en augmentant sa subvention et le budget de fonctionnement des services de la Ville.
Les orientations budgétaires proposées par la majorité municipale ne vont toujours pas dans ce sens et s'appuient encore une fois sur des préconisations qui viennent du gouvernement lui-même, alors qu'il est dans le même temps, et à juste titre décrié par elle. Ainsi nous savons déjà que l'augmentation du budget du personnel ne sera que de 0, 8 % quand il faudrait 2 % minimum pour maintenir le niveau des emplois. Clairement les dés sont jetés : ce sera "la mise en oeuvre volontariste de non-remplacement de départs à la retraite" et "le non-renouvellement des contrats de certains contractuels", idée suggérée par l'étude de l'institut "Randstad".
Lors du vote du budget je défendrai l'augmentation significative du budget de fonctionnement, mais c'est l'affaire de toute la population : une diminution des moyens conduira à moins de services publics pour tous. Ensemble nous pouvons imposer d'autres perspectives.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/