Expression politique - Avril 2016

Groupe Priorité Saint-Egrève

Nos priorités pour Saint-Egrève dans la Métropole : le défi de la proximité, l’engagement pour notre qualité de vie !

La Loi qui a organisé les nouvelles métropoles prive les communes de certaines compétences qui touchent directement à notre quotidien à tous. C’est le cas, par exemple, de la compétence “Voirie”. C’est même l’exemple le plus visible : qui peut dire que la manière dont nos rues et nos places sont aménagées, entretenues ou rénovées n’est pas un élément fort de notre quotidien ? On voit bien aujourd’hui, avec la montée en puissance de la Métropole, que la décision s’éloigne un peu de nous, habitants et élus de proximité. Le défi pour nous, élus des Saint-Egrévois sera de faire valoir les valeurs du bien-vivre et du bon-vivre que nous avons créées à Saint-Egrève depuis longtemps.
La qualité de vie à Saint-Egrève, c’est bien sûr un cadre de vie agréable et entretenu. Ce sont aussi des associations bien vivantes et dynamiques qui animent notre belle commune. Ce sont également des commerces de proximité accueillants et bien achalandés. Ce sont aussi des services publics de qualité au bénéfice du plus grand nombre.
C’est exactement ce que nous faisons au quotidien. Pour les compétences métropolitaines telles que la voirie, les ordures ménagères, l’eau, ..., nous transmettons avec les commentaires et les observations appropriées les demandes, particulièrement pour les questions de voirie et nous nous assurons (surtout) que vous aurez une réponse. Et pour ce qui relève encore de la commune, comme par exemple le soutien aux associations ou au commerce de proximité, nous continuons le travail quotidien de proximité que vous appréciez.
Le contexte budgétaire contraint ne nous empêche pas non plus, grâce à notre bonne gestion, de continuer à vous proposer de nombreux services municipaux qui correspondent au besoin du plus grand nombre.
La qualité de vie à Saint-Egrève, nous y sommes tous attachés et nous y travaillons tous les jours !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 

Groupe Saint-Egrève Autrement

Mais à quoi servent les élus de la majorité qui siègent à la Métropole ?

En 2016 d'importantes compétences ont été transférées de la Ville à la Métropole : l'eau, la voirie et l'urbanisme. Régulièrement vous nous questionnez donc pour savoir comment Saint-Egrève est représentée à la Métropole. Vous estimez en effet n'être pas suffisamment informés sur la Métropolisation et ses conséquences sur votre quotidien et vous avez raison ! Saint-Egrève est représentée au Conseil de la Métropole par 3 élus de la majorité municipale. Tous trois appartiennent au groupe NISC (Non-Inscrits - Société Civile). Ce groupe politique est dans l'opposition, aux côtés des groupes de Droite. Il ne fait pas partie de la Majorité plurielle de Gauche qui pilote la Métro. Saint-Egrève, 6e ville de l'agglomération, est donc totalement absente de l'exécutif métropolitain et ne détient aucune vice-présidence. Pour obtenir des informations sur cette représentation, il vous faut aller sur le site de la Métropole (www.lametro.fr), vous ne trouverez rien sur le site de la Ville !
De quelles commissions nos représentants sont-ils membres ? Quelle est leur implication au-delà du seul Conseil Métropolitain ? Comment s'investissent-ils pour participer aux débats et peser sur les choix politiques qui engagent l'avenir de l'agglomération et de notre Ville ? Aucun compte rendu de leur action ne nous est communiqué. Nous demandons que les élus Métropolitains soient identifiés sur le site Internet de la Ville, que les commissions dont ils sont membres soient précisées. Que leur participation et leurs prises de position soient rapportées, qu'ils en rendent compte à la population et que les sujets qui impactent fortement la vie des Saint-Egrèvois soient explicités en Conseil Municipal. Que les adjoints en charge d'une compétence transférée à la Métropole soient identifiés comme des interlocuteurs des Saint-Egrévois et que l'on ne se contente plus de donner le numéro de téléphone d'un service de la Métro à appeler en cas de problème !

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Quel urbanisme à St-Egrève ?

Depuis le 1er janvier 2016, c’est la Métro qui décide les changements en matière d’urbanisme et élabore le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, mais c’est toujours St Egrève qui délivre les permis de construire.
Notre groupe soutient une densification équilibrée permettant l’apport de nouveaux arrivants soucieux de se rapprocher de leur lieu de travail. Cette densification se traduit dans le PLU par des orientations visant à urbaniser prioritairement les zones comprises dans un rayon de 400 m autour des arrêts du tram. Dans ce périmètre, les règles de construction permettent d’ajouter un étage aux immeubles. D’autres zones d’aménagement sont aussi prioritaires : Fiancey/Prédieu, Charmettes, Pont de Vence, Champaviotte, Haut Monta, Gavanière, SICO et Trémouillère pour des projets d’envergure. Et le quartier  durable de la gare, grand projet municipal, semble au point mort depuis 2013. Aujourd’hui, les Saint-Egrévois mesurent les conséquences concrètes de la modification du PLU votée en 2011 en voyant les projets immobiliers sortir de terre. Pourtant, il a peut-être échappé à certains de nos concitoyens que ce PLU autorisait aussi la construction d’immeubles dans les zones pavillonnaires et dans des secteurs pouvant avoir un intérêt patrimonial ou paysager ? Si, sur le principe, nous approuvons ce choix de permettre une densification mieux répartie sur la commune, certains projets nous interrogent quant à leur insertion dans le milieu environnant : la construction d’un immeuble jouxtant le hameau caractéristique du Muret dont la moitié de la parcelle est en zone à risques et classée en zone naturelle ; le projet de logements rue du Vercors, au bord de la Vence en R+2 + combles ; la préemption sur un terrain allée de Bellevue pour construire 10 logements.
Si la commune se doit d’accueillir de nouveaux habitants, une vision globale de l’urbanisation et des espaces à préserver sur St-Egrève s’impose pour notre qualité de vie, à moins que la seule logique est désormais de faire la part belle aux promoteurs immobiliers ?

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 

Groupe Front de Gauche - PCF

Le printemps 2016 sera celui de la jeunesse !

Autour du débat sur le code du travail, mars a vu fleurir les luttes unitaires des salarié-e-s, des fonctionnaires, des étudiants et des lycéens. Et contrairement à ce qu'a déclaré Valls, les jeunes ne sont pas des ignorants : selon un sondage IFOP, 68 % des jeunes âgés de 18 à 29 ans, quel que soit le niveau social ou d'étude, le lieu d'habitation et la couleur politique, sont majoritairement opposés au projet de loi El Khomri. Mais au-delà de leur mécontentement, c'est une autre vision de la société qu'ils proposent : de meilleures garanties collectives dans le monde du travail pour lequel ils se préparent, 32 heures de travail, de meilleurs salaires, un statut rémunéré de l'étudiant, la reconnaissance de leurs qualifications... Ils n'en peuvent plus d'être la génération sacrifiée, qui baigne dans la précarité et le chômage : 62 % des jeunes diplômés n'ont pas de travail au bout d'un an ; 60 % des jeunes actifs de moins de 29 ans occupent un emploi précaire (CDD, contrats aidés ou stages) ou sont au chômage. St-Egrève n'est pas épargnée : selon l'Insee, 18,1 % des 16-25 ans sont privés d'emploi.
Dans ce contexte national, les politiques locales menées en faveur de la jeunesse sont essentielles pour enrayer la fracture sociale : favoriser l'accès à la citoyenneté, à la prise de responsabilité dans le monde associatif et politique, faire confiance aux idées et à l'inventivité des jeunes adultes c'est favoriser leur avenir d'actif bien dans sa société. Pour cela les espaces dédiés à la jeunesse et les moyens de les accompagner de façon pérenne doivent être développés sur notre commune, avec eux.
Rien n'est plus menteur que le vieil adage (...) : "Il n'y a rien de nouveau sous le soleil". "Le soleil lui-même a été jadis une nouveauté, et la terre fut une nouveauté, et l'homme fut une nouveauté. L'histoire humaine n'est qu'un effort incessant d'invention, et la perpétuelle évolution est une perpétuelle création". Jean Jaurès in "Discours à la jeunesse", 30 Juillet 1903 - Lycée d'Albi.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/