Expression politique - Septembre 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

A Saint-Egrève, la rentrée est numérique !

Comme dans toutes les communes, nous avons préparé la rentrée scolaire : entretenir et améliorer les bâtiments scolaires et les conditions d'accueil des enfants de Saint-Egrève font partie de nos compétences. Comme chaque année donc, les travaux (petits et grands) se sont  succédés pendant l'été dans les différents groupes scolaires que compte Saint-Egrève.
Nous avons également pour mission de fournir les moyens matériels aux écoles maternelles et primaires. C'est une mission traditionnelle et nous nous sommes toujours donnés les moyens budgétaires pour assurer un bon niveau de service à cette compétence municipale. Cette année est un peu exceptionnelle, nous avons décidé de réaliser un effort financier conséquent avec le début de la mise en oeuvre du plan numérique, objectif de mandat avant même qu'il ait été décidé par l'Etat. Il sera déployé sur 3 ans et nous commençons cette année avec 2 écoles. Comme parents ou grands parents, nous nous plaignons parfois que nos enfants ou petits-enfants passent trop de temps devant des écrans. Nous avons donc voulu qu'ils  apprennent à s'en servir à bon escient. Nous leur avons aussi donné les moyens matériels de puiser dans des ressources pédagogiques infinies. Ce plan est le fruit d'un partenariat constructif et fructueux avec l'Education Nationale. Ensemble, Ville, Education Nationale et  enseignants, nous avons voulu que les jeunes saint-égrévois puissent bénéficier d'une véritable éducation numérique. C'est un effort budgétaire important que nous avons fait, surtout dans le contexte de baisse importante de nos ressources financières que vous connaissez.  C'est un choix que nous avons délibérément effectué pour donner aux enfants de Saint-Egrève les moyens d'une éducation qui correspond à leurs besoins d'aujourd'hui et de demain et qui leur donne des outils pour comprendre le monde qui nous entoure. C'est un vrai choix "politique" au sens noble du terme et notre vision de l'action municipale : faire que la Ville facilite la vie aux Saint-Egrévois.
Bonne rentrée à tous !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 

Groupe Saint-Egrève Autrement

Pour un périscolaire plus ambitieux et plus ouvert au monde !

La Réforme des Rythmes Scolaires a pour ambition de permettre à tous les enfants de mieux apprendre à l'école. Elle favorise les apprentissages fondamentaux le matin, moment où les élèves sont les plus attentifs. L'état formalise l'éducation partagée : les communes se voient attribuer un rôle renforcé dans le rythme scolaire et l'éducation des enfants pour une continuité éducative entre l'école et les familles. Si nous avions salué la mise en place de la réforme dès 2013 dans les écoles de la ville, nous avions très rapidement souligné le peu d'ambition éducative de l'exécutif et le manque d'ouverture sur le monde extérieur. Peu avant la trêve estivale, un double sondage de l'opinion des parents (l'un commandé par la mairie, l'autre réalisé par les parents) confirmait ce que tout le monde savait : la majorité des parents sont peu satisfaits. L'offre proposée ne répond pas aux attentes d'activités périscolaires éducatives. Nous demandons que cet avis des parents soit complété par celui des agents de la ville, qui sont tous les jours au contact des enfants, par celui des enseignants et celui des médecins scolaires. Il s'agit, en effet, à travers l'écoute et la reconnaissance du rôle de chacun de susciter la mobilisation de tous pour parvenir à la mutualisation des énergies et des compétences. Nous plaidons de plus pour une plus forte participation des agents du périscolaire aux   Conseils d'Ecole. Pourquoi ne pas instaurer des Conseils du Périscolaire, à l'instar de ce qui se fait dans certaines villes ? Nous réitérons enfin notre souhait qu'un plus grand respect des rythmes de l'enfant soit observé, en distinguant les enfants de primaire et ceux de maternelle. L'accompagnement scolaire est une demande forte. Il ne s'agit pas de se "défausser" de son rôle de parents comme on a si souvent entendu l'exécutif l'affirmer, mais tout simplement d'un besoin légitime de soutien à l'éducation. C'est de plus l'occasion pour la  collectivité de s'engager en faveur des enfants les plus en difficulté et donc d'oeuvrer à réduire les inégalités. Nous devons enfin favoriser l'ouverture à la culture et au monde en associant, en amont, l'éventail des associations de St-Egrève ! La commune doit assurer la continuité éducative en cohérence et complémentarité avec les enseignants. Ce n'est pas un fardeau. C'est une mission républicaine.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Avec le tram E, agissons pour le climat !

À quelques jours de la 21e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21), les St-Egrévois ont la chance d'avoir désormais accès à un mode de transport non polluant. Les déplacements représentent plus de 30 % des émissions de gaz à effet de serre, essentiellement dues à l'automobile. Qu'on le veuille ou non, la voiture est largement responsable du réchauffement climatique. Pour ceux d'entre nous qui le peuvent, l'arrivée du tram E est l'occasion de prendre notre part de responsabilité. En changeant nos habitudes, nous contribuerons à maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2 degrés, ce qui est déjà trop. A St-Egrève, le nombre de véhicules par ménage reste bien supérieur à celui d'autres villes de l'agglo. Ainsi, en 2012, env. 90% des ménages possédaient au moins un véhicule (et presque 40% en avaient deux). À titre de comparaison, à Grenoble, seuls 65 % ont au moins une voiture et 14 % en possèdent deux. Avec 11,5 km, la ligne E est la seconde ligne de tram la plus longue de l'agglo. Notre commune compte cinq arrêts... en attendant ceux des Bonnais et Mairie, pourtant indispensables. Ce mode de transport est ponctuel, agréable, abordable, avec des passages toutes les 6 min aux heures de pointe. L'essayer, c'est l'adopter ! Autre alternative à la voiture : le vélo. Avez-vous essayé les nouvelles pistes cyclables mieux signalisées ou les parkings-relais à vélos ? Avez-vous compté vraiment ce que vous coûte une voiture? Prendre le tram plutôt que la voiture, c'est une sacrée économie! D'argent, mais aussi de temps perdu dans les embouteillages ou passé à chercher une place de  parking. Bien sûr, tout n'est pas parfait, des efforts restent à faire en matière de rabattement doux vers le tram : comment arriver jusqu'au tram E sans avoir besoin d'un véhicule motorisé ; d'intermodalité : comment bien voyager en utilisant plusieurs modes de déplacement  sur un même trajet ? Le débat sur la gratuité des transports en commun mérite aussi d'être ouvert. Bonne rentrée en tram, à pied ou en vélo !

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 

Groupe Front de Gauche - PCF

Une rentrée rythmée par l'austérité !

Les rythmes scolaires occupent les communes depuis la rentrée 2013. A Saint-Egrève, quel bilan de leur mise en place, et quels ajustements seraient nécessaires pour répondre aux enjeux d'un rythme adapté à l'enfant ? La réforme Peillon n'a pas fait la preuve de son efficacité, loin de là ! Elle a provoqué un transfert de charges de l'Etat aux collectivités, demandé une réorganisation de l'école et du péri- scolaire en impactant le milieu associatif et les familles dans leurs rythmes de travail et dans leurs modes de garde. Malgré les mobilisations des enseignants, parents d'élèves, personnels des collectivités et des associations, dénonçant la casse des conditions de travail et les inégalités territoriales créées, le gouvernement s'entête dans une réforme emblématique de la politique d'austérité. Taux d'emploi revus à la baisse, normes d'encadrement des enfants augmentées, recours à la vacation, fatigue des enfants, la liste est longue des sujets à débattre démocratiquement.
Certes la réforme est imposée aux collectivités mais elle ne doit pas être subie ! Nous pouvons, à la tête des villes, décider d'anticiper les besoins en ayant une politique globale de l'éducation qui prenne en compte autant les objectifs pédagogiques que sociaux et culturels et soit  créatrice de liens entre les acteurs de l'éducation et de l'animation. En commission municipale les élus de la majorité renvoient les questions des élus d'opposition à la responsabilité de l'éducation nationale : nous aurons un bilan quand celle-ci aura eu le temps de le transmettre à la municipalité ! L'éducation populaire est l'une des pistes d'action qui doit être conduite par l'Education Nationale, les familles et les animateurs. Au coeur de ce trio citoyen une municipalité est l'acteur privilégié pour tisser un vrai réseau territorial solidaire.
C'est ainsi que nous lutterons contre les replis, les intolérances et la xénophobie. C'est également ainsi que nous répondrons aux défis portant sur la laïcité et la refondation de l'école.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF