Expression politique - Février 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Tous citoyens !

Au moment où vous lirez ces lignes, beaucoup d’encre aura coulé depuis les attentats des 7 et 9 janvier. Je vous propose de réfléchir ensemble, au delà de l’horreur et de l’indignation, à ces faits odieux. Prenons le temps de voir comment, à notre niveau, dans notre ville, nous  pouvons agir pour une plus grande ouverture, une plus grande compréhension les uns des autres. Le mouvement associatif est bien sûr en première ligne dans le rapport à autrui : les actions que les associations saint-égrévoises mènent avec le soutien de la Ville contribuent à partager et à faire partager nos valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité, nos idéaux républicains.
La connaissance des autres passe également par la diffusion de la culture : livres, cinéma, théâtre, danse sont à Saint-Egrève à la portée de tous.
L’éducation de nos enfants aussi, à travers les clubs, les accueils péri-scolaires, les crèches et le soutien aux écoles, nous permettent de poser les bases d’un avenir plus respectueux des autres. Toutes ces associations sont bien vivantes à Saint-Egrève, toutes ces structures existent à Saint-Egrève. Faisons de tout cela, des atouts, une force pour consolider un meilleur “vivre ensemble” et préparer l’avenir. A la brutalité, à la terreur, répondons par le savoir pour tous, la connaissance des autres et le respect de chacun. Tous unis dans une même République, sachons nous connaître pour nous reconnaître : tous citoyens !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 

Groupe Saint-Egrève Autrement

Vivre Tous Ensemble

Les terribles évènements de janvier 2015 nous ont fortement ébranlés tant ils questionnent les fondements même de l'unité de notre pays. Même si l'action des forces de police et de gendarmerie nous rassure, que pouvons nous faire, habitants, élus locaux, chacun à notre échelle, pour favoriser le dialogue et vivre ensemble en paix ?
Nous sommes convaincus que deux acteurs ont un rôle essentiel dans la cohésion de notre société : l'école et les associations.
L'école de la République, tout en garantissant l'égalité des chances, contribue fortement à faire de nos enfants des citoyens, aptes au dialogue et respectueux des différences. C'est une lourde responsabilité mais fondamentale qu'endossent les enseignants et le personnel municipal encadrant.
Essayons de les soutenir, chacun à notre façon. Nous devons également mobiliser les moyens de la collectivité pour que nos écoles aient les capacités humaines et matérielles d'exercer leurs missions dans les meilleures conditions. Dans ce contexte, la réforme des rythmes  scolaires est une formidable opportunité pour les communes de jouer un rôle renforcé de co-éducateur de nos enfants. Le monde associatif a également une place centrale dans la cohésion sociale. Par sa nature bénévole, son ouverture à tous et sa très grande diversité, il permet à chacun de s'épanouir dans sa passion ou de découvrir un domaine inconnu. Chaque association, quel que soit son objet, crée du lien entre les citoyens et leur permet d'échanger afin de mieux vivre ensemble. Il faut favoriser et soutenir fortement le monde associatif  ans sa diversité et permettre à chaque initiative indépendante de trouver sa place. Nous encourageons tout le monde à s'engager ou à participer, d'une manière ou d'une autre, à la vie des associations. La France est un pays formidable. L'avenir est ouvert pour nous et pournos  enfants. Les défis sont là, nous avons les moyens de les relever, tous ensemble.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (PS) - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

2015 : tolérance et démocratie

Les assassinats à Charlie hebdo, à Montrouge et à Vincennes les 7 et 9 janvier ont créé un profond séisme dans la société française et bien au-delà. Notre groupe municipal condamne ces actes barbares, est solidaire des victimes et de leurs familles, et appelle toute la  population de Saint-Egrève à la tolérance, au respect de l’autre, de ses différences et à la vigilance contre toute dérive sécuritaire et liberticide. Plus que jamais il nous semble important d’affirmer haut et fort que nous n’avons pas peur de ceux qui cherchent à nous diviser ou à nous opposer les uns aux autres, mais que nous n’avons pas non plus besoin d’un Etat policier pour veiller à notre sécurité au point de nous priver de nos libertés fondamentales.
Face à la montée des intégrismes et de l’extrême droite, une municipalité a le devoir de lutter contre toutes les formes de discrimination religieuses et racistes. Elle peut le faire, par exemple, en encourageant les initiatives des associations qui travaillent dans ce sens. Elle peut également travailler en partenariat avec les écoles, les collèges et toutes les structures qui accueillent des enfants et des jeunes autour de projets éducatifs et culturels axés sur le respect des règles de la laïcité, mais aussi de la liberté de pensée, d’expression et de culte. Enfin, elle peut encourager les échanges interculturels à tous les niveaux, y compris au sein de services municipaux. Une ville ouverte et démocratique est aussi une ville qui encourage l’expression de ses habitants et de la diversité des membres qui l’habitent. C’est pourquoi notre groupe demande une augmentation du nombre de panneaux d’expression libre et des panneaux associatifs. Pourquoi pas une page d’expression libre sur le site de la ville ? Nous aurions aussi aimé lors de la traditionnelle cérémonie des voeux que chaque conseiller municipal ait la possibilité de s’adresser personnellement à la population. Quand une seule voix couvre systématiquement toutes les autres, le silence fait le lit de l’indifférence et de l’abstention.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 

Groupe Front de Gauche - PCF

SOMBRE BUDGET 2015

L'élaboration du budget 2015 pour notre ville s'est déroulée au moment où le gouvernement décidait une baisse sans précédent des dotations de l'Etat aux Communes, soit 28 milliards pour la période de 2014 à 2017. A St-Egrève le budget se trouve amputé de 200 000 € en 2014 et 470 000 € en 2015. A cela s'ajoutent les incertitudes sur l'emploi public et les conséquences financières de la métropolisation pour les communes. Souligner cela, c'est être réaliste. Les communes financent plus de 70 % des investissements publics. Les restrictions imposées au nom de l'Europe ne peuvent qu'aggraver la crise et le chômage : emplois publics et privés sont menacés. Les pouvoirs de décision des communes et les moyens financiers pour développer les services à la population vont se réduire comme peau de chagrin pour être transférés à la métropole. Dans ces conditions la part du budget de la commune consacré au social, à la solidarité, à la proximité et à la démocratie doit être renforcée en priorité avec une réelle concertation avec les habitants. L'information ne suffit pas. Les constructions du pôle enfance et de la piscine intercommunale sont urgentes, en étalant le financement dans le temps pour éviter une augmentation de la fiscalité. Les contribuables n'en peuvent plus ! Autre point à discuter : la réalisation d'une maison médicale d'urgence, avec tous les partenaires concernés, pour mieux répondre aux besoins de la population et soulager les services d'urgences du C.H.U. A ce jour aucune réaction de la majorité municipale à cette proposition. C'est regrettable ! On ne peut gérer les communes, berceaux de la démocratie, en dehors des contraintes imposées par l'Etat. Mais leur devenir est préoccupant. Se lamenter comme le fait la majorité municipale ne suffit pas. Il est urgent d'agir pour mettre en échec les sombres projets gouvernementaux. Par exemple en agissant pour la gratuité des transports, gage d'écologie, de solidarité et d'emplois. Au regard de ces éléments, j'ai voté contre le budget 2015, adopté par la majorité

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
Pour une gauche authentique à Saint-Egrève
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com