Expression politique - Décembre 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Notre hommage aux victimes des lâches attentats à Paris le 13 novembre

Nous nous inclinons devant la mémoire des victimes innocentes et assurons, même si cela peut sembler dérisoire, leurs proches et leurs familles, de notre compassion et de notre solidarité.
Nous pensons aussi à tous les blessés qui luttent pour leur survie. Nos pensées les soutiennent.

Notre nation a été touchée en plein cœur, celui qui bat au sein de notre pays, de notre capitale, celui qui s'est tu par centaine dans les poitrines des victimes, souvent très jeunes. Les terroristes ont voulu en faisant taire la jeunesse de France, faire taire l'expression de notre mode de vie démocratique.

Quoi de plus normal pour nous en France, quelles que soient nos opinions, de décider de passer une soirée agréable entre amis ou en famille, à la terrasse d'un café, dans une salle de spectacle ou dans un stade de foot ? C'est notre façon de vivre, la plus commune à tous, qui a été attaquée.

Malgré la douleur, nous ne devons pas laisser parler l'esprit de vengeance. Oui, il faut une réponse, adaptée et adéquate, comme l'ont dit les plus hautes autorités de l'Etat. Cette réponse ne peut se trouver que dans l'Etat de droit.

Nous ne devons pas renoncer à nos valeurs démocratiques pour combattre le terrorisme dont le but est précisément celui-là : nous faire renoncer aux valeurs de la Démocratie.

Nous devons rester vigilants et confiants dans les valeurs de la République, notre bien commun.

N'ayons pas peur et restons fiers d'être des citoyens de France, la France immémoriale et immortelle, celle de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité.

Catherine Kamowski, Daniel Boisset, Catherine Haddad, Emmanuel Roux, Geneviève Reynier, Pierre Paillardon , Jacqueline Paulhan, Antoine Frisari, Evelyne Cassanelli, René Descombat, Evelyne Joyaud, Roger Genevois, Adeline Perroud, Benjamin Coiffard, Véronique Jaubert, Ridha Ben Kaab, Corinne Meunier, Yves Bertrand, Geneviève Ducarre, Gilles Eymery, Laurence Froissard, Pascal De Filippis, Jeanne Forestier, Bernard Breso, Caroline Bruno, Dominique Paulin.

Groupe Saint-Egrève Autrement

Paris, 13 novembre 2015

Nous voudrions exprimer ici notre émotion vis-à-vis des attentats de Paris. Nous pensons avec une profonde tristesse aux familles des victimes, aux proches, aux amis. Nous pensons également aux très nombreuses personnes blessées et à celles qui sont traumatisées. Nous sommes encore choqués par la barbarie des actes, d'une violence inouïe, d'un âge qu'on aurait voulu croire totalement révolu.
Dans ce chaos de sentiments mêlés, un peu de réconfort toutefois.
Tout d'abord cet élan mondial de solidarité avec la France qui nous donne le sentiment d'être soutenus et, dans le même temps, celui d'appartenir à un très grand groupe, celui de l'Humanité.
En second lieu nous ressentons très fortement la chance de vivre dans une grande démocratie, qui garantit la stabilité de notre société par ses institutions fortes et qui assure dans le même temps la sécurité de tous, grâce notamment à ses forces de l'ordre, ses pompiers, ses médecins, tous admirables de courage.
Alors que faire en tant qu'élus locaux ? Nous sommes convaincus qu'il faut privilégier et renforcer le vivre ensemble. Par le soutien aux écoles, aux associations, à la culture... C'est le sens de notre action, nous la poursuivrons en faisant en sorte de ne laisser personne de côté.
Nous vous souhaitons des fêtes de fin d'année solidaires et chaleureuses, en famille et entre amis.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Mercredi dernier au Conseil Municipal, avant la minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, chaque Président de groupe s'est exprimé. Voici, résumé, ce que nous avons dit.
Nos premiers mots vont vers les familles en deuil, vers ces jeunes citoyens français ou non fauchés alors qu'ils prenaient simplement le temps de bien vivre. Nos pensées vont également vers toutes les victimes du terrorisme qui frappe aussi d'autres peuples, on l'a vu récemment au Liban ou en Turquie.
Nous devons réagir, oui, mais de manière réfléchie, dans un objectif de paix à long terme. Prenons le temps de trouver les réponses adéquates pour lutter contre la barbarie et pour vivre ensemble avec nos différences. Ne rentrons pas dans une logique de vengeance, de repli sur soi, ne sombrons pas dans la peur.
Comment ne pas faire le lien avec le 7 janvier et rappeler ce que défendait Charlie hebdo sans concession? Le principe républicain qui garantit le vivre ensemble : la laïcité, si malmenée depuis 20 ans.
Nous ne pouvons que constater l'échec partiel de notre modèle d'intégration pour une partie de nos concitoyens de toutes origines, vivant souvent dans les quartiers populaires. Ghettoïsation de certains quartiers, sentiment d'exclusion très fort de la part des habitants. La montée du communautarisme a mis à mal ce vivre-ensemble et a conduit au contraire à " vivre les uns à côté des autres".
C'est à l'opposé du modèle français, certes imparfait, d'intégration assimilationniste, où se sentir français est le résultat de l'acceptation de valeurs communes : liberté, égalité, fraternité, d'une France républicaine, héritière des Lumières et laïque plutôt que d'une France où l'on se revendique d'abord d'une origine géographique, ethnique ou religieuse.
L'une des réponses à la barbarie et aussi à la montée insupportable de l'extrême droite, ne peut passer que par plus d'Education, de Culture et par la défense ferme de la laïcité.
"La laïcité est une nécessité absolue pour la paix sociale entre personnes d'origines différentes" disait E.Badinter.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 

Groupe Front de Gauche - PCF

Les services publics : notre bien commun !

Encore meurtris par les attentats du 13 novembre 2015, qui ont atteint en plein cœur notre démocratie, nous avons plus que jamais besoin de reconstruire du lien social et de la solidarité dans notre société.
J'ai tenu, lors du conseil municipal du 18 novembre 2015, à assurer de mon soutien et de ma compassion les victimes et leurs familles mais aussi à dénoncer la responsabilité de l'Etat quant à sa politique extérieure et qui a laissé grandir en son sein un système inégalitaire, a favorisé le démantèlement de services publics de proximité et le sentiment d'abandon de nombreux concitoyen‐ne‐s, terreau pour engendrer une jeunesse en manque de repères et proie facile pour se laisser embrigader par des idéologies mortifères. Les jeunes qui ont tiré sur la jeunesse qui vit ont grandi dans nos quartiers. Nous devons nous garder de céder aux amalgames sur les migrants et les réfugiés, qui fuient justement les horreurs que nous avons vécues à Paris, aux idées racistes et aux stigmatisations des musulman‐e‐s.
Au contraire faisons faire vivre ensemble les valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité en mettant au centre du débat public les questions économiques et sociales pour apporter des réponses de progrès. Le rôle des services publics de proximité et des associations y est essentiel. Pendant les évènements la qualité des agents publics a été soulignée unanimement. L'engagement et le professionnalisme des personnels n'ont pas failli aux côtés de la population dans ces moments très durs. Ils sont les piliers de notre démocratie, il est primordial de les maintenir à tout prix, malgré le contexte très austéritaire imposé par le gouvernement.
Les orientations budgétaires présentées par la majorité ne vont pas dans ce sens. La municipalité utilisera pour réduire la masse salariale : non renouvellement des départs en retraites, réorganisations de postes pour en supprimer, non remplacement d'agents absents... Ce n'est pas acceptable et c'est contraire à une politique sociale et de relance économique.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/