Expression politique - Septembre 2014

Groupe Priorité Saint-Egrève

Budget des communes :  attention danger !

L’Association des Maires de France, association  apolitique qui regroupe les communes et les   intercommunalités de France, vient de nous alerter sur  la prochaine amputation par l’Etat de 30 % de nos  dotations d’ici 2017. On le sait, les finances de l’Etat  connaissent un déficit chronique depuis des décennies mais ce n’est pas le cas de la majorité des communes  et certainement pas le cas à Saint-Egrève. Depuis 1995, nous avons rétabli les finances de la Ville et veillé  scrupuleusement à les gérer prudemment. Nous  maîtrisons les dépenses et recourons de manière  prudente à l’emprunt (et seulement pour financer des équipements au service du plus grand nombre). En  même temps, nous assurons une qualité des services  publics rendus aux Saint-Egrévoises et aux Saint-Egrévois.

En plus de cette baisse des dotations, l’Etat multiplie les contraintes sur nos budgets en transférant des charges  sans réelle contrepartie (le dernier exemple  est la réforme des rythmes scolaires) ou en multipliant les normes (qui rendent notre action plus coûteuse).  Tout cela va nous amener à rendre des arbitrages  difficiles. Et encore, à Saint-Egrève, nous ne devons pas nous plaindre : la situation budgétaire et financière de  la Ville est bonne, meilleure même que dans beaucoup d’autres communes. Il n’empêche que, pour conserver cette bonne santé, et ne pas recourir à l’augmentation  des impôts, comme nous nous y sommes engagés, il va falloir faire des choix que l’Etat se refuse à faire pour  lui-même !

La préparation du budget municipal pour 2015 va  bientôt commencer. C’est dans le même esprit de  responsabilité, de solidarité et d’efficacité qui nous  anime depuis le début que nous le ferons pour Saint-Egrève et pour tous les Saint-Egrévois.
Bonne rentrée à tous !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrèv
e

 

Groupe Saint-Egrève Autrement

Non à la construction de la piscine dans le parc de  Fiancey !

Au cours de la campagne des élections  municipales, notre liste a marqué sa volonté de  préserver le parc de Fiancey de toute nouvelle  construction et démontré la faisabilité de l’implantation  d’une nouvelle piscine sur le site  de la piscine des  Mails.

En 2013, le Tribunal  administratif a jugé  recevable le recours présenté contre la construction de  cette piscine et du Pôle petite enfance sur le parc de Fiancey et annulé partiellement le Plan Local  d’Urbanisme qui classait une partie de ce parc en  zones UJ et UB permettant ces constructions. La  majorité municipale a fait appel de cette décision. Une  nouvelle procédure d’enquête publique a été organisée pour modifier le PLU. Nous maintenons notre position et nous nous prononcerons contre toute délibération venant modifier le Plan Local d’Urbanisme pour  permettre une construction sur le parc.

Nous sommes, en effet, convaincus que construire sur la frange ouest du parc de Fiancey serait une erreur qui impacterait  fortement la qualité de vie des Saint-Egrèvois. Ces  constructions refermeraient le parc sur lui-même, alors  que l’une de ses qualités est son ouverture sur la  ville. La majorité minimise l’impact de la piscine, des  parkings et du Pôle petite enfance sur l’emprise au sol  et donc sur la qualité du parc de Fiancey.

La localisation d’une nouvelle piscine modulable, c’est-à-dire couverte et pouvant être découverte pendant l’été, à  l’emplacement de l’actuelle piscine des Mails présente l’avantage de ne pas bouleverser le paysage Saint-Egrèvois. Le projet de ce nouvel équipement ainsi  positionné peut, s’il est bien mené, être réalisé en un  an et demi, c’est-à-dire en réduisant la période de  fermeture de la piscine actuelle à un seul été. Son  emplacement présente l’avantage d’être moins coûteux (en raison de la qualité du terrain), il est proche du  tram et d’autres équipements sportifs de la ville et  surtout il ne réduit pas l’espace vert apprécié par tous,  Saint-Egrèvois et habitants de l’agglomération, que  constitue le parc de Fiancey.

Jean Marcel Puech, Françoise Charavin et Hassan Belrhali (PS)

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Que se tram-t-il à la rentrée ?

En attendant l’inauguration du 2e tronçon du tram E à  l’été 2015, il faut prendre le bus et le tram pour aller à  Grenoble. A terme, c’est un transport à haute  fréquence (6 minutes en heure de pointe) et un service  jusqu’à 1h30 du matin qui devraient séduire les Saint-Egrèvois. Il reste un an pour préparer l’arrivée du vrai  tram. Nous attendons des parkings-relais pour les  voitures ET pour les vélos ; une meilleure sécurité sur  les pistes cyclables. Les lignes 54 et 30 vont connaître  des changements. La 54 partira du Pont de Vence et  arrivera à Sassenage/Chamechaude sans connexion avec le tram A à Fontaine, ce qui est regrettable. Elle  desservira toujours Vence Eco Parc, Cap 38 mais à  partir du Pont de Vence, permettant ainsi un   rabattement vers le tram E. La 30 s’appellera ligne 22 ;  elle s’arrêtera désormais au nouveau terminus du tram B. Conséquence : pour atteindre Europole, il y aura un changement. Les bus seront moins fréquents (toutes  les 15 ou 30 mn). Mais elle fonctionnera aussi le  dimanche, enfin !

D’autres lignes vont voir le jour : la 60 et 61 au départ  du Pont de Vence et à destination de Proveysieux et  Quaix en Chartreuse et la 63 et 52 au départ de la gare et à destination de Mont-Saint Martin et Veurey. Ces  lignes « Flexo » (horaires réguliers aux heures de pointe  et service à la demande en dehors), sont un  plus pour les habitants des balcons de Chartreuse et pour les Saint-égrèvois.

Si nous voyons de réelles avancées, à y regarder de  plus près, les destinations comme Grenoble centre  (Victor Hugo) et sa gare sont désormais accessibles  avec un changement. Or les études montrent que la  multiplication des changements décourage les usagers.

Alors quid d’un transport par câble reliant les lignes E, B et A ? Si l’idée fait son chemin et parait séduisante pour  une liaison directe avec la Presqu’île et Fontaine,  nous demandons que ce projet soit débattu avec les  habitants, étudié sereinement par le SMTC en  envisageant d’autres alternatives : prolongement du  tram B jusqu’à SMLV pour se connecter au E, service de vélos électriques entre les B et E, autoroutes cyclables.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos

 

Groupe Front de Gauche - PCF

Le groupe “Pour une gauche authentique à Saint-Egrève” n’a pas transmis de texte d’expression politique pour le Journal de Saint-Egrève du mois de septembre.