Expression politique - Juin 2014

Groupe Priorité Saint-Egrève

Le jumelage bien vivant !

Le mois dernier, Saint-Egrève a été placée sous le signe de l’Europe. Il y a eu bien sûr les élections européennes avec leur lot de surprises ou de désillusions. Nous avons surtout fêté avec nos amis allemands de Karben
le quarantième anniversaire de notre serment d’amitié et du jumelage qui unit nos deux villes.
Il faut se souvenir de la volonté et du courage qu’il aura fallu aux élus de cette époque pour mettre en place ce partenariat. Quarante ans après, le défi a été relevé et au fil du temps, des liens durables ont été tissés entre
nos villes et surtout entre nos habitants.
C’est l’Europe des peuples, liés par leur Histoire et par leurs valeurs communes que tous ont contribué à créer. Elle s’est construite à Saint-Egrève, comme dans beaucoup d’autres communes de France et  d’Allemagne, pas à pas, grâce à une meilleure connaissance des uns et des autres.
Les Saint-Egrévoises et les Saint-Egrévois ont joué un rôle important dans cette aventure. La Ville, elle aussi, à travers ses propres actions a participé à ce mouvement de fraternité et d’amitié. Elle a soutenu et continue à soutenir l’association Saint-Egrève Jumelages dans ses actions et ses projets. De leur côté, les enfants du  Conseil Municipal Enfants ont rencontré leurs homologues allemands.
Cette année, notre horizon s’est encore élargi à d’autres pays avec le projet Comenius du Collège Barnave où des jeunes Saint-Egrévois se sont investis.
La chaleureuse réception en Mairie a été l’occasion de célébrer et de faire vivre cette amitié européenne qui contribue à la paix et à notre prospérité. En plus de la célébration d’un passé mémorable, ce quarantième anniversaire est aussi l’occasion d’un passage de témoin entre la génération des pionniers et une  nouvelle génération qui va prendre la relève. C’est incontestablement le signe que Saint-Egrève, plus que jamais, participe, à son niveau et avec ses moyens, à la construction européenne.


Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

Groupe Saint-Egrève Autrement

Quels moyens pour l’opposition ?

Être dans l’opposition à Saint-Egrève est une  expérience enrichissante et… éprouvante ! Jugez-en plutôt. Les groupes de l’opposition ont demandé à Madame le Maire à être regroupés lors des Conseils Municipaux, car nous voulons dorénavant travailler ensemble et souhaitions donc être assis côte à côte. Ce sera NON. Non car “cela briserait la symétrie de la disposition des groupes autour de la table” (sic !). Vous ne rêvez pas. Comme à l’école, on nous assoit. Et ce n’est pas important s’il y a 4 personnes d’un côté (2 groupes) et 3 de l’autre (1 groupe), l’argument de la symétrie tiendra jusqu’au bout. Diviser pour mieux régner, c’est la stratégie que Madame Kamowski adopte d’emblée. Nous demandions de plus que le directeur de cabinet de Madame le Maire soit éloigné de notre table. En effet, de manière curieuse et unique ici à Saint-Egrève, le directeur de cabinet du Maire se retrouve assis à proximité immédiate de groupes de l’opposition. On voudrait nous contrôler qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! Enfin, cerise sur le gâteau, Madame le Maire a décidé que l’ensemble des expressions politiques (4 groupes) tiendra dans une seule et même page du journal municipal car “cela coûterait trop cher de rajouter des pages  supplémentaires”. Nos textes comporteront donc dorénavant 2150 signes au lieu des 3000 comme précédemment ! Si vous devez plisser des yeux pour nous lire, c’est pour des raisons d’économie… A aucun moment Madame le Maire n’envisagera de réduire le nombre de pages que la mairie produit chaque mois pour que les 3 groupes de l’opposition puissent convenablement s’exprimer... Sachez enfin que chaque élu de l’opposition dispose de : 50 timbres par an, 150 euros (après négociation, cette somme étant restée bloquée à 60 euros depuis de nombreuses années) pour se documenter et d’un bureau (par groupe) au 2ème étage de la mairie comprenant une table et un téléphone. A notre demande, un poste informatique devrait y être installé pour que nous puissions travailler dignement.


Jean Marcel Puech, Françoise Charavin et Hassan Belrhali (PS)

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Pourquoi le 25 mai 2014 fallait-il choisir l’Europe ?

L’Union Européenne ne s’est pas construite sur l’objectif premier d’un simple marché économique mais elle est bien le résultat d’une volonté de réconciliation après les guerres fratricides sur notre continent. C’est ainsi que sera mise en place en 1952 la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier : les ressources indispensables à l’effort de guerre seront dorénavant utilisées à développer d’autres industries. Pour les états et les peuples, l’histoire nous apprend que deux voies sont possibles :
- le repli sur soi, se traduisant par le nationalisme, souvent teinté au départ d’un patriotisme en  apparence inoffensif. Cette voie, du non à l’Europe, du “c’est la faute à l’autre” est une fausse bonne idée. Les conséquences sont toujours les mêmes : l’isolement ou pire la recherche de (re)conquêtes territoriales comme pour la Russie avec l’Ukraine.
- la coopération, c’est le cas de l’Union Européenne avec ses avantages et ses défauts.
Oui l’Europe doit être plus politique et davantage solidaire. Pour cela il faut rechercher une  harmonisation fiscale concernant les entreprises et les individus, sociale avec un système de protection pour tous, un salaire minimum identique ainsi qu’un système assurantiel public collectif ambitieux contre les aléas de la vie. Évidemment cette Europe doit être motrice dans la transition écologique et la lutte contre le  dérèglement climatique. C’est donc un approfondissement de cette union que nous devons rechercher plutôt qu’un nouvel élargissement ou une extension d’accords commerciaux outre atlantique qui empêcheront cette Europe qualitative d’émerger. Saint-Egrève doit pleinement jouer son rôle pour favoriser l’adhésion à l’Europe : les jumelages avec d’autres villes doivent être entretenus et vivants, de même nous devons nous donner les moyens d’envoyer plus de Saint-égrèvois visiter nos voisins européens : c’est un moyen fort pour les nouvelles générations de prendre conscience de l’atout européen, de comprendre d’autres cultures et d’apprendre la tolérance à travers la différence.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos

 

Groupe Front de Gauche - PCF

Elue sur un programme de “gauche authentique”, le fil conducteur qui guidera mes interventions et actes politiques sera mon attachement profond à donner aux citoyens leur rôle essentiel d’acteur et décideur dans leur lieu de vie. Etre élue d’opposition, c’est saisir l’opportunité d’inviter au débat et à la participation les premiers concernés par les affaires politiques : vous. C’est ouvrir la porte du Conseil à des sujets qui répondent à vos besoins, vos aspirations : logement, emploi, services publics, espaces verts, équipements sportifs, transports, santé, culture. C’est respecter le mandat que vous m’avez confiée- je remercie chaleureusement mes électeurs pour leur confiance - en oeuvrant au sein de la Commune par une attention constante à les traiter à travers l’actualité locale et les décisions à prendre avec vous. Dans le contexte  d’austérité imposé par un gouvernement PS et une Europe libérale à l’extrême, qui se révèle concrètement par une baisse de 10 milliards des dotations de l’Etat  aux collectivités, c’est ensemble que nous pèserons dans les choix politiques de l’équipe majoritaire pour décider des priorités dans les réponses à vos besoins. Avec notre entrée en “métropole”, la population ne peut plus s’appuyer sur les élus à qui elle a accordé sa confiance lors de ces récentes élections municipales. Dès le 1er janvier 2015 un certain nombre de  compétences ne seront plus du ressort de vos élus municipaux mais communautaires. Les décisions concernant par exemple l’urbanisme, la construction de la piscine, vont dépendre de priorités de rentabilité bien loin de l’intérêt général et décidées par des élus qui n’habitent pas St-Egrève. Dans cette situation, nous avons tous , élus majoritaires comme élus d’opposition, population, la responsabilité de faire des communes le dernier rempart de protection contre les politiques d’austérité et pour des choix budgétaires privilégiant l’accès aux droits fondamentaux.

Sylvie GUINAND