Expression politique - Juillet 2014

Groupe Priorité Saint-Egrève

Vigilance sur le budget municipal !

L’heure est difficile pour les finances publiques, nous le  savons. Les collectivités locales n’ont pas ce problème puisque nos budgets doivent obligatoirement être  votés à l’équilibre. Une commune ne peut emprunter pour financer ses investissements qu’après avoir payé  tous ses frais de fonctionnement, de personnel et les  intérêts de ses emprunts. Tout cela est très contrôlé et  la situation financière de Saint-Egrève est très saine,  avec des frais de fonctionnement maîtrisés, des  investissements raisonnables et des emprunts limités au strict nécessaire.

Pourtant, l’Etat fait “participer” les collectivités locales,  donc les communes, à son “effort de redressement des comptes publics”. Depuis plusieurs années déjà, toutes les dotations sont plus ou moins gelées voire tout  simplement diminuées. Nos partenaires comme le  Département ou la Métro font de même. Cela pèse sur notre budget.

Cette année, l’Etat vient d’ajouter une “contribution à  l’assainissement des finances publiques”. Pour Saint-Egrève, c’est presque 200 000 € qui nous sont enlevés par l’Etat et l’année prochaine, ce seront 400 000 €.
Il est certain que nous devons tous faire des efforts  mais il ne faut pas que cela soit au détriment de la  qualité des services rendus aux Saint-Egrévoises et aux Saint-Egrévois.

A cela s’ajoute la Métropolisation qui va induire un coût pour Saint-Egrève. Bien sûr, des transferts de recettes  vont compenser les transferts de charges et nos  impôts n’augmenteront pas. Nous serons très vigilants  là-dessus. Mais ces transferts vont peser sur nos  grands équilibres financiers. C’est un peu technique et là encore, il nous faudra faire preuve d’encore davantage de vigilance et de rigueur. Nous en avons  l’habitude, nous continuerons à le faire en conservant  évidemment à l’esprit, notre engagement de ne pas  augmenter pendant toute la durée du mandat, la part  communale des impôts locaux hors inflation. C’est un  engagement que nous tiendrons. Je vous souhaite un excellent été.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

Groupe Saint-Egrève Autrement

Saint-Egrève totalement absente de l’exécutif de la Métro !

124 élus communautaires représentant les 49  communes de l’agglomération élargie depuis 2013 vont bâtir ce que sera notre agglomération dans les années  à venir. Ce travail sera notamment porté par le Président, ses vice-présidents et le bureau de la Métro récemment élus.

Or, malgré son rang de 6ème ville de l’agglomération,   Saint-Egrève ne sera pas représentée dans l’exécutif de la Métro : les élus de la majorité municipale en sont  totalement exclus et pas un mot de cette absence dans l’abondante communication de la municipalité depuis le  jour du vote !

A quelques mois du passage en Métropole, l’enjeu était  pourtant particulièrement important : c’est  l’avenir de nos communes et de notre agglomération  qui est engagé. De nombreuses compétences,  urbanisme et logement, voirie, économie, notamment,  seront, dès janvier 2015, assurées par la future  Métropole dans un objectif de progrès et de solidarité  intercommunale. Le champ d’action de la Métropole sera encore plus important si l’on songe aux charges  renforcées qui lui incomberont du fait de la dissolution annoncée des Conseils Généraux. Au moment de ce  profond ouleversement des compétences de nos institutions, la présence de notre Ville dans les  instances de l’exécutif de l’agglomération était  essentielle. La liste Saint-Egrève Autrement avait fait de  la présence renforcée de notre Ville au sein de  l’agglomération un objectif important de la campagne  des municipales. Mais les responsables de la Métro  n’ont pas été dupes de la manoeuvre de l’équipe  sortante : élue sous l’étiquette Centre-MoDem en 2008, et, avec la même équipe, élue sous l’étiquette (trompeuse) Divers Gauche en 2014, elle escomptait  glaner quelques responsabilités auprès de la majorité de gauche. Elle a perdu son pari. Ce sont malheureusement les Saint-Egrèvois qui le payent  aujourd’hui.

Notre groupe suivra très attentivement la mise en place de la Métropole qui portera l’avenir de notre  agglomération pour une meilleure qualité de vie de ses habitants.

Françoise Charavin, Jean Marcel Puech et Hassan Belrhali (PS)

 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Quelle (vraie) démocratie entre deux élections ?

Le 27 mai dernier, la charte de fonctionnement des conseils des habitants a été soumise aux membres du conseil municipal. Créés il y a trois ans, à l’initiative du maire, ces instances sont présentées comme un outil de démocratie de proximité. Si l’intention est louable, le mode de fonctionnement contredit cette ambition. Selon la majorité, le nombre idéal de participants dans  chaque conseil serait de 20 (!) personnes, soit env. 60 personnes pour une ville qui compte plus de 16 000  habitants ! Elles vont devoir être assidues ! Pour faire partie de ces conseils d’habitants, il faut montrer patte  blanche : ne pas siéger au conseil municipal (surtout  quand on est dans l’opposition) et ne pas être employé par la ville, mais ils sont ouverts aux syndics de  copropriété (curieux, non ?)…

A Saint-Egrève, la démocratie de proximité fait sourire : élaboration des projets municipaux sans consultation  en amont des associations, un conseil des jeunes prévu dès 2008 qui n’a toujours pas vu le jour, une politique jeunesse municipalisée et menée à la baguette plutôt  que confiée à une association d’éducation populaire, des travaux dans la rue du Muret pour 1,2 millions  d’euros présentés le 27 mai comme un « avant-projet »  et qui débutent le 12 juin, soit tout juste une semaine après la réunion publique de quartier qui visait à  recueillir l’avis de la population concernée…

Un an après la réforme des rythmes scolaires, aucun  bilan n’a non plus été tiré en toute transparence avec les principaux intéressés : les enfants et leurs parents. Face à la montée de l’extrême-droite, la majorité  pourrait marquer des points en menant une vraie  politique en faveur de la démocratie participative et de la transparence. Pourquoi ne pas organiser par  exemple un vrai débat et peut-être un référendum  d’initiative populaire sur la construction ou non de la  piscine et du pôle enfance au parc de Fiancey, en  accordant le droit de vote à tous les habitants de Saint-Egrève quelle que soit leur nationalité ?

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos

 

Groupe Front de Gauche - PCF

La parole aux citoyen-ne-s !

Abstention massive aux élections européennes,  montée inquiétante de l’extrême-droite, faible participation aux débats publics… au-delà des  messages de mécontentement des politiques menées,  c’est la traduction d’une démocratie qui ne fonctionne plus en ne donnant plus ni pouvoir de parole ni pouvoir de décision au peuple. Le pouvoir de parole c’est avoir  tous les éléments d’un projet avant de pouvoir le faire évoluer selon les besoins exprimés par le plus grand  nombre. Le pouvoir de décision c’est voter par référendum si nécessaire sur les projets qui ont une  portée sociale et environnementale ou économique. C’est bien à l’échelon de la commune que les réponses de proximité se jouent avec l’appui de la participation  de la population, encore faut-il se donner les vrais  moyens de la développer. Pour s’offrir une vitrine de démocratie participative la majorité propose 3 conseils des Habitants organisés par secteur, régis par une  Charte proposée au Conseil Municipal du 4 juin 2014. Elle cadre les débats dans le sens d’une information  des projets politiques du groupe majoritaire sans  visibilité sur les contenus qui seront abordés ni  comment ils seront préparés avec la population, même éloignée des moyens d’information. Ces assemblées  seront ouvertes à tous les habitants sauf aux élus  d’opposition et aux fonctionnaires territoriaux !

Comme pour le pôle jeunesse et les projets  d’aménagements de notre cadre de vie nos positions  dans l’opposition étaient unanimes : des bilans précis  sont nécessaires et les contre-propositions doivent  pouvoir être prises en compte ! Les prochains sujets  qui seront rapidement à l’ordre du jour : révision du  PLU et débat d’orientations budgétaires.

Pour agir encore plus efficacement ensemble, j’invite  mes électrices et électeurs, toutes celles et ceux qui  souhaitent le changement maintenant, à exprimer leurs propositions lors des Conseils des Habitants ou à m’écrire en mairie.

Sylvie GUINAND