Site de la ville de Saint Égrève Site de la ville de Saint Égrève

Accessibilité| Contact| Newsletter| Flux RSS| Retrouvez-nous sur : Facebook Dailymotion Twitter Youtube Disponible sur App Store Disponible sur Google Play
Réduire le texteAgrandir le texteInverser le contrasteRétablir les styles par défautImprimer la pageEnvoyer à un amiAjouter aux favoris

Expressions politiques 2018

Septembre 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Un bel été et une magnifique rentrée

Tout l'été, l'équipe municipale à tour de rôle est restée mobilisée avec les agents de la ville pour assurer la tranquillité des Saint-Egrévois. Ainsi, nous pouvons déjà nous féliciter de la situation aux Prises qui est passée d'inquiétante en 2017 à rassurante en 2018. Si de trop nombreuses incivilités et dégradations avaient été constatées il y a un an, force est de constater que les actions menées par la Ville ont aujourd'hui porté leurs fruits. Ainsi la sécurisation du site et sa fermeture ponctuelle en cas de pic de chaleur ont permis de rassurer tout un quartier et des commerçants inquiets. Quand nos oppositions municipales prônaient l'inaction, nous répondions solutions et cet été nous a donné raison. De la même manière à la piscine des Mails, la mise en place de mesures fortes, comme la carte de résident et les tarifs différenciés, a eu un effet immédiat : la tranquillité pour tous. Nous n'accorderons jamais d'excuses à ceux qui ne respectent pas la loi et autrui. Nous sommes élus pour défendre des valeurs et bâtir une ville respectueuse de son prochain. Et non pas pour laisser la porte ouverte aux incivilités et aux délits.
Le groupe majoritaire "Priorité Saint-Egrève" en profite pour saluer l'engagement des agents de la Ville pendant la période estivale et notamment ceux qui ont assuré la sécurité de tous. Notre police municipale s'est développée passant de six à huit agents mais ses missions  restent nombreuses et très engageantes. Nous saluons leur disponibilité, soirs et week-ends, pour permettre aux Saint-Egrévois d'évoluer dans une ville où la sécurité n'est pas prise à la légère. Le développement de la vidéo-protection dans les rues de Saint-Egrève ira  galement dans le sens d'une meilleure surveillance des comportements délictueux pour une ville plus agréable à vivre. La sécurité est la première des libertés et chacun doit pouvoir en bénéficier.
Nous vous souhaitons une excellente rentrée à Saint-Egrève !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

construction

Réunion publique (1ère partie) Vendredi 5 octobre de 20h à 22h

Aménagement urbain à Saint-Egrève : où allons-nous ? (Salle Safran, Maison des Solidarités et des Familles, proche de la gare)

Avec les élus du groupe "Ecologie, Solidarité, Citoyenneté" nous vous proposons une soirée-débat ouverte à tous les habitants sur les enjeux qui impactent aujourd'hui notre commune en matière de développement urbain et de qualité de vie.
Nous vous invitons à venir participer et à réfléchir ensemble aux raisons de ces transformations urbaines importantes sur notre commune, ainsi qu'aux conséquences immédiates et futures qu'elles impliquent. Après un rappel des différents Plans Locaux d'Urbanisme (PLUs) SaintÉgrèvois successifs, nous situerons ces bouleversements dans le contexte métropolitain en évoquant le PLUi (PLU intercommunal). Enfin nous vous apporterons des éléments sur le logement social et les choix qui sont faits sur la commune.
Au plaisir de vous rencontrer et d'échanger avec vous sur ce sujet d'importance !

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Réunion publique ! (2e partie) Vendredi 5 octobre de 20h à 22h.
Aménagement urbain à St-Egrève : vers où allons-nous ? (Salle Safran, Maison des Solidarités et des Familles, proche de la gare)

Pour réussir cette soirée organisée avec nos collègues "Saint-Egrève Autrement", nous aurons à répondre à un ensemble de questions :
• Saint-Egrève ville accueillante ou repliée sur elle-même ?
• Saint-Égrève accessible en transports, favorisant les déplacements sécurisés à pied et en vélo ou Saint-Egrève faisant la part belle aux voitures ?
• Saint-Égrève avec des zones résidentielles et économiques séparées ou mixées ?
• Saint-Égrève avec une nature et une biodiversité présentes dans nos parcs et nos quartiers ou Saint-Egrève ville dense et minéralisée ?
Pour nous aider à répondre à ces questions posées de manière binaire, il nous faudra comprendre comment s'organise un territoire à l'échelle d'une commune et d'un bassin de vie. Incontournable, nous vous présenterons dans les grandes lignes en quoi consiste le Plan Local d'Urbanisme Intercommunal (PLUi) de la Métropole qui sera opérationnel à l'été 2019 et nous évoquerons aussi le Plan de Déplacements Urbains (PDU) soumis à enquête publique de mi-septembre à mi-octobre 2018. Et place à la discussion !

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Rythmes scolaires : l'arbre qui cache la forêt !

A Saint-Egrève, environ 1615 enfants âgés de 2 à 10 ans vont rester sur une semaine de 4 jours et demi, tandis que 34 communes sur la Métropole vont mettre en place la semaine de 4 jours.
En réalité le débat sur les rythmes scolaires, tronqué, n'est pas à la hauteur des enjeux du bien-être de l'enfant. Avoir une école de la réussite pour tous les élèves demande une réflexion dans de nombreuses directions et un développement des moyens alloués tant à l'Education Nationale qu'aux collectivités locales et associations.
Il conviendrait par exemple de se pencher sur les évolutions profondes de l'organisation de notre société qui ont transformé les attentes et les pratiques familiales. Les évolutions dans les modes d'organisation des entreprises ou de gestion des personnels ne vont pas dans le sens d'une diminution du temps de travail : heures supplémentaires, horaires décalés et atypiques, travail du samedi et du dimanche. La réduction du temps de travail à 35 h par semaine, par exemple, serait de nature à réduire l'allongement des "journées" des élèves. D'autre part, les transformations de la cellule familiale - parents isolés, garde alternée - ont conduit à l'exigence de "vrais week-ends", de périodes de congés à partager. Le calendrier scolaire s'est jusqu'ici adapté par aménagements successifs du nombre de jours de classe, mais la journée de l'écolier français est l'une des plus lourdes d'Europe.
Les effets des suppressions d'emplois des dernières années se font sentir : dégradation des conditions d'étude, des conditions de travail des personnels avec réduction des effectifs d'enseignants mais aussi de surveillants, infirmières, assistantes sociales, médecins scolaires, psychologues scolaires, ATSEM.
L'objectif de réussite pour notre jeunesse n'est crédible que si l'Etat et les communes se donnent les moyens nécessaires pour lutter réellement contre l'échec scolaire en s'attaquant aux inégalités sociales et aux discriminations, par des politiques d'investissement et non d'austérité.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Juillet 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Une gestion saine année après année pour des projets d'avenir

Nous avons voté le compte administratif 2017 qui entérine les choix budgétaires faits pendant un an par la municipalité. Au final et pour aller dans le sens des budgets précédents, nous avons des finances saines avec une capacité aussi bien de gestion du quotidien que d'investissement pour l'avenir.

Ce bilan très satisfaisant est le fruit d'un travail d'équipe porté de longue date par les élus de Priorité Saint-Egrève. Dans chaque délégation, dans chaque direction en mairie et dans chaque service, le bon sens a été élevé en dogme. Cela permet de proposer aux Saint-Egrèvois des équipements et des services de qualité tout en maitrisant les coûts.

De la même manière, le contribuable n'est pas davantage sollicité car nous avons su faire mieux avec moins de moyens (baisse des dotations de l'Etat comme dans chaque collectivité française). Alors bien sûr décider c'est faire des choix et tout choix peut toujours être objet à critique. Mais force est de constater, que ceux faits par notre équipe portent leurs fruits puisque nos investissements profitent au plus grand nombre (La Vence Scène, équipements sportifs ou salles associatives par exemple) tout en proposant des services adaptés ; on peut citer le Patio, les subventions à l'USSE (300.000 € par an) ou celles allouées à l'Association Familiale pour proposer des activités à nos enfants.

Ce bilan nous permet d'aller sereinement vers l'avenir et de l'anticiper au mieux sans pénaliser les ménages saint-égrèvois. Malheureusement toutes les villes n'ont pas ce raisonnement et d'autres voudraient dépenser toujours plus. Alors nous le savons bien, au final qui paie l'addition en cas de mauvaise gestion ? Le contribuable. Et cela n'arrivera certainement pas à Saint-Egrève ! Bien au contraire vous pouvez compter sur nous pour poursuivre à vos côtés à développer la ville en harmonie et dans le respect de tous.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

Faire plus, plus rapidement et mieux avec les finances communales

Lors de la présentation du compte administratif 2017 en Conseil municipal de juin, nous sommes à nouveau intervenus pour dire notre désaccord sur une politique financière qui manque d'ambition pour Saint-Egrève.
Notre souhait n'est pas de voir augmenter la dépense publique et la dette. Mais, nous le constatons, la capacité d'investissement de la Ville est sous exploitée, sa situation financière peut lui permettre de faire plus, plus rapidement et mieux. Un exemple : la réhabilitation de l'école Barnave dont le chantier va (enfin !) démarrer aurait du être engagée depuis longtemps déjà.

Nous refusons d'entendre comme seul leitmotiv que notre commune a des finances saines, les choix politiques d'une collectivité locale ne peuvent pas être dictés par de fausses contraintes budgétaires.
Les réserves constituées à partir des résultats d'exploitation s'élevaient, fin 2017, à près de 10 millions d'euros. Selon la majorité municipale il s'agit de réserves pour les investissements de fin de mandat. Quels investissements ?

Nous avons donc, à nouveau, voté contre ce compte administratif. Et dans ce contexte financier qui pourrait être beaucoup mieux valorisé nous avons demandé notamment :
Le maintien des 2 bibliothèques de quartiers en lien avec la future médiathèque assurant ainsi un service égalitaire sur tous les territoires de la commune.
L'assouplissement et l'élargissement du financement des associations.
La reprise des classes transplantées,
La reprogrammation de la patinoire de Noël.
......

Plus généralement, l'exécutif municipal doit mieux prendre en compte l'évolution de notre ville qu'elle soit liée au contexte national ou, plus localement, aux constructions récentes et à l'arrivée de nouveaux Saint-Egrèvois, aux évolutions sociologiques et au vieillissement de la population.
Pour ce faire, une réflexion prospective sur les incidences en termes de besoins et de services est indispensable, elle fait pourtant défaut.

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Le sport à Saint-Egrève : merci aux associations !

fête du sportLe journal municipal d'avril dernier mettait à la une « le sport à la carte » avec 4 pages consacrées à ce sujet. Dans cet article, pas un mot sur l'action des associations, qui permet aux Saint-Egrévois de faire du sport ! Nous avons une furieuse envie de combler cette lacune.
Le sport à St-Egrève repose sur deux jambes :
- des équipements sportifs suffisants et en bon état ;
- des associations avec des moyens humains qui organisent les activités.
Pour que tout fonctionne bien, la confiance entre les deux doit être au rendez-vous.
Organisation et gestion, entraînements, transports, compétitions, presque tout est fait par des bénévoles, à l'exception de quelques entraineurs rémunérés et de quelques salariés pour la gestion à l'USSE.
Plus de 30 associations proposent des activités sportives, dont beaucoup ne reçoivent pas de subventions de la ville.
On sait que la pratique du sport a des vertus essentielles : prévention, santé, éducation, mixité sociale, animation...
Nous pensons que les associations et l'ensemble des bénévoles qui organisent et favorisent ces pratiques pourraient être mieux aidées et valorisées par la ville. Par la prise en charge de plus de formations des bénévoles qui ont besoin de monter en compétences, par un meilleur soutien aux projets associatifs avec un permanent dédié à cette mission, par des appels à projets pour développer la pratique sportive en direction de publics spécifiques.
A une époque où les bénévoles s'épuisent et se font de plus en plus rares, les habitants de St-Egrève leur disent MERCI!

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Les vacances : un droit pour tous !

Même si le taux de pauvreté n'est que de 7 % à St-Egrève, les disparités de moyens entre foyers restent importants : 10 % des habitants les plus pauvres gagnent au plus 10 644 € tandis que les 10 % de la population les plus riches perçoivent au moins 42 750 €. Environ 31 % des foyers fiscaux sont non imposables. Le taux de chômage est passé à 8 %, soit une évolution de 33 % en trois ans...

Dans ce contexte, à St-Egrève comme ailleurs, c'est un enfant sur trois et un adulte sur deux qui ne partira pas en vacances cet été.

Aujourd'hui, personne n'imaginerait que les congés payés puissent ne pas exister... et pourtant... Il a fallu plus de 2 millions de travailleurs en grève pendant plusieurs mois pour que le patronat et le gouvernement accordent, le 8 juin 1936, 17 % de revalorisation des salaires, la limitation de la durée de travail à 40 heures par semaine... et les congés payés.

82 ans après ces accords Matignon, le droit aux vacances est toujours malmené et 60 % des foyers gagnant moins de 1 300 euros par mois restent chez eux.

Parce que les vacances permettent de s'évader de ses problèmes du quotidien, de se ré-inventer, de resserrer des liens familiaux, le Secours Populaire Français (SPF) mène toute l'année des actions pour concrétiser des projets « vacances ». Pendant l'été, le concours de nombreux bénévoles permet d'offrir aux personnes seules, aux familles, aux seniors, aux jeunes et aux enfants, l'occasion de s'évader quelques jours.

Je tenais à rendre hommage à celles et ceux qui, au SPF et dans les associations de St-Egrève, œuvrent avec cœur à redonner du sens aux valeurs de partage et de solidarité.

« Notre but simple et humain, est de permettre aux masses de la jeunesse française de trouver dans la pratique des sports, la joie et la santé et de construire une organisation des loisirs telle que les travailleurs puissent trouver une détente et une récompense à leur dur labeur ».
Léo Lagrange, sous-secrétaire d'État aux sports et à l'organisation des Loisirs, 1936.

Sources chiffres : Insee

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Juin 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

" Ya qu'à, faut qu'on"

Cette maxime populaire est parfaite pour reprendre la problématique des Prises dans la bouche de certains détracteurs qui face à l'action et aux solutions concrètes ne proposent que théorie et prises de positions démagogiques.
Aujourd'hui la municipalité agit concrètement pour tenter de résoudre un problème tout aussi concret pour les riverains et pour tous ceux qui subissent des incivilités croissantes en raison de l'attractivité de ce lieu. Dès l'été 2017 le phénomène de groupes de jeunes venus de toute l'agglomération s'est aggravé pour déboucher sur de nombreuses plaintes. La municipalité devait réagir, c'est pourquoi, au cours de l'hiver nous avons consulté sur place les habitants. Nous avons ensuite proposé une solution à ceux qui étaient les plus concernés, à savoir les riverains directs, avec la mise en place d'une barrière anti-saut (afin de casser l'attractivité pour certains) et la possibilité de fermer le site en cas de risque d'attroupement massif. Toutes les autres hypothèses ayant été écartées car ne pouvant être réalisées (la présence permanente de forces de police ou d'animateurs sur site qui n'auraient eu aucune efficacité en l'espèce). Face à l'immobilisme et aux théoriciens nous avons donc agi pour le bien-être de tous. Dans le même temps nous avons informé les riverains et nous nous sommes assurés d'une signalétique pour indiquer la fermeture en cas de nécessité.
Maintenant une seule certitude : nous avons réagi face aux incivilités. Est-ce que le résultat sera efficace à 100% ? Personne ne peut le dire. Tout comme chaque action préventive, la garantie parfaite ne peut être annoncée et nous dirions même que si elle l'était ce ne serait que pur mensonge et démagogie. L'équipe municipale s'est engagée à faire un bilan à la fin de l'été pour constater de l'efficacité réelle du dispositif et pour améliorer ce qui pourrait l'être. Nous pensons que cette méthode, concerter/agir/faire le bilan, est celle qui permet à chacun d'être à sa place. Voilà l'efficacité que nous voulons !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

Les Prises, un espace naturel unique : interdiction ou mise en valeur ?

Les élus d'opposition ont rédigé une nouvelle tribune commune. La forme de deux pavés séparés nous est imposée. Il faut donc lire les 2 dans l'ordre pour recomposer cette tribune.

1ère partie

Il existe à Saint-Egrève un espace naturel exceptionnel au bord de la Vence, à l'entrée du parc de Chartreuse, à cheval sur les territoires de Quaix et Proveysieux : les Prises. Ce lieu n'est pas toujours connu des Saint-Egrèvois. Mais les plus âgés racontent qu'ils allaient s'y baigner lorsqu'ils étaient jeunes. Certains y ont même appris à nager ! Or depuis 2005, la baignade est interdite par arrêté municipal, mais sans effet sur les pratiques et la fréquentation des lieux. De fait, la baignade n'y est pas dangereuse, mais sauter du haut de la cascade est assurément risqué.
les prises

Des désordres qui ne sont pas nouveaux ont pris une ampleur inédite. En juin 2017, les élus ont été informés par l'association de quartier et des habitants de problèmes causés par des groupes de jeunes allant aux Prises ou en revenant, pendant les périodes de forte chaleur : incivilités, dégradations dans les maisons de riverains, vols à la supérette...
En novembre une visite sur place a été organisée en présence du Maire pour évaluer la situation. Puis plus rien ! Malgré les annonces de la municipalité, aucune concertation n'a été engagée ni avec les conseils des habitants, ni avec l'association de quartier.

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Les Prises, un espace naturel unique : interdiction ou mise en valeur ?

2ème partie

Fin avril 2018 : un courrier informait les habitants de la Monta de la décision unilatérale de la municipalité d'installer une clôture au début du sentier « afin d'interdire l'accès en période de forte fréquentation ». Aucune concertation préalable à cette décision !

Une réunion en mairie le 17 mai destinée à présenter la « solution » retenue par la majorité municipale a mis en lumière les nombreux défauts de celle-ci : bien d'autres accès existent, certains sont dangereux ; une barrière peut être contournée et la frustration induite par l'interdiction d'accès au site ne peut que conduire à augmenter la tension. Enfin, les Saint-Egrèvois seront privés d'un espace naturel très agréable et frais en plein été.
les prises

Les problèmes de délinquance ont un impact important sur la qualité de vie des habitants d'un quartier. Pour autant, les solutions apportées par cette décision municipale nous semblent complètement inadaptées.

Mis devant le fait accompli, nous demandons à la majorité :

  • un bilan dès septembre de la fréquentation et des incivilités induites par la fermeture ;
  • la création immédiate d'un groupe de travail ad hoc associant le Parc naturel régional de Chartreuse, la Métro, Proveysieux et Quaix, des représentants des Conseils des habitants, des riverains, des élus de l'opposition, ainsi que des jeunes usagers du site.

L'objectif : trouver, ensemble, des solutions pérennes qui préservent cet espace naturel de qualité et son accès, sa tranquillité et ce, dès l'an prochain.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Vous avez la parole !

Depuis le début du mandat, l'emploi est au coeur de mes préoccupations, en particulier celui des jeunes, touchés par un fort taux de chômage. Ils ont besoin d'élu-e-s qui se battent pour maintenir l'emploi dans notre bassin de vie et les services publics qui en permettent le développement.
Le gouvernement a décidé de s'attaquer frontalement à la fonction publique, à ses missions et ses agents. Que ce soit en matière de pouvoir d'achat, de défense des missions publiques et des moyens qui leurs sont attribués, les politiques actuelles vont dans le mauvais sens tant  pour les agents, que les missions publiques et la population. Dans les communes nous avons un devoir de résistance : maintenir les effectifs et préserver la qualité du service rendu. Dans cet esprit je suis attentive aux réorganisations des missions au sein de la Ville, aux conditions de travail des agents, à leur formation et leurs rémunérations.
Mais j'interviens également régulièrement en-dehors des dossiers traités par le Conseil Municipal : par exemple pour que la ville s'oppose à la privatisation des VFD, le site de St-Egrève risquant d'être impacté, et à la fermeture de la gare SNCF, dont le dernier guichet permettait lien social et accès humain aux informations. Je suis allée à la rencontre des personnels de l'hôpital (voir article d'avril) et je soutiens activement l'action de l'association pour la gratuité des transports en commun, une proposition d'ailleurs reprise par la Maire de Paris depuis quelques mois.
La construction de logements de qualité et abordables est nécessaire. Encore faut-il que cela voit le jour dans le cadre d'une urbanisation qui ne soit pas anarchique mais équilibrée et respectueuse de l'écologie c'est à dire en préservant des espaces verts.
Je pourrai citer d'autres exemples, mais pour être au coeur des aspirations légitimes de la population, il est indispensable de lui donner la parole pour recueillir ses propositions. C'est ce que je vous propose en vous invitant à me faire part de vos idées citoyennes sur mon blog : https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Mai 2018

 

Groupe Priorité Saint-Egrève

Le respect de son prochain, ciment de la cohésion

Les équipes successives de Priorité Saint-Egrève ont eu à coeur de bâtir une ville à vivre et attractive. Aujourd'hui la commune attire au sein même de l'agglomération et à l'extérieur de celle-ci. La rançon de ce succès est sans doute que la densité augmente sur l'axe du tramway, là où des pavillons individuels existaient. L'équilibre dans une ville est une alchimie fragile qu'il s'agit de préserver. Ainsi notre objectif est clair et le restera, permettre à chacun de s'épanouir dans une ville aux multiples visages comme aux multiples quartiers. En bénéficiant du tramway, la ville a été reliée au coeur même de l'agglomération, ce qui a des avantages indéniables pour la mobilité de chacun, de l'étudiant au senior en passant par l'actif qui chaque jour évitera les embouteillages. Avec l'équipe municipale nous sommes heureux de permettre à chaque Saint-Egrévois d'être fier de sa ville qui allie proximité et services. Nous sommes également très vigilants pour que le respect et le dialogue soient permanents dans la ville, quelque soit le niveau d'échanges.
Nous pensons aussi aux incivilités qui malheureusement existent et pas uniquement dans notre ville. Le site des Prises, à La Monta, est un lieu agréable qui permet le contact direct avec la nature et le plaisir de la baignade, mais malheureusement ce site est également devenu un lieu de tension du fait du non-respect de certains venus de Saint-Egrève ou d'ailleurs dans l'agglomération. Nous avons alerté la gendarmerie qui fait son possible pour maintenir la situation, mais force est de constater que cela ne suffit pas. La ville a donc décidé d'empêcher le saut, qui par ailleurs pouvait s'avérer dangereux et de fermer si besoin était le site. Le but est bien de rendre ce lieu moins attractif, non pas pour les familles, mais pour ceux qui commettent des incivilités. Le site sera donc majoritairement ouvert, sauf en cas de risque de dégradation de la situation. Nous voulons tous que ce lieu retrouve sa tranquillité et vous pouvez compter sur nous !

Pascal de Filippis, président de Priorité Saint-Egrève
facebook.com/prioritesaintegreve


Groupe Saint-Egrève Autrement

Construire à Saint-Egrève oui, mais pas n'importe comment !

Depuis le début de ce mandat notre position sur l'urbanisme de Saint-Egrève est claire et constante. Notre constat : les besoins en logements sont importants sur le territoire de la Métro où la demande ne cesse de croître. La construction de logements pour des ménages modestes en location ou en accession sociale à la propriété est un enjeu essentiel.
Notre position : Oui il faut construire sur Saint-Egrève ! Pour accueillir de nouveaux habitants, pour permettre aux enfants des Saint-Egrèvois de se loger, pour offrir aux locataires du parc social la possibilité d'acquérir un logement. Mais il faut tout mettre en oeuvre pour produire des logements à des prix abordables par tous et tenir compte du tissu bâti existant !
Ce que nous observons : une densification anarchique de la commune sans réflexion préalable sur le devenir à 10, 20 ans des différents quartiers. A minima, les promoteurs présentent leurs projets (déjà finalisés !!) lors de réunions publiques. Mais à aucun moment la majorité n'a présenté une réflexion globale sur l'évolution des secteurs de la ville aux habitants et ne l'a soumise à la concertation publique. Avec une application trop mécanique du PLU, nous sommes confrontés à des opérations immobilières au coup par coup qui contribuent à une densification sans cohérence globale de notre commune, source de craintes pour les habitants.
De plus, le choix de produire systématiquement des opérations mixtes comportant 65 % de logements en accession et 35% de locatifs sociaux conduit à construire encore plus pour atteindre 25 % de logements sociaux en 2025 (objectif de la loi ALUR). Or sur des petites opérations, cette mixité pourrait être abandonnée au profit du logement social.
De nombreux projets immobiliers sont encore à venir. Mobilisons-nous pour participer activement aux réunions de présentation en gardant à l'esprit que c'est aujourd'hui que se construit le vivre ensemble dans le Saint-Egrève de demain.

F Charavin, JM Puech et H Belrhali
(hassan.belrhali.ps@gmail.com)


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Alerte biodiversité !

Les grenouilles de l'étang de Rochepleine ne chantent plus. Que s'est-il passé ? En 15 ans, 30% des oiseaux ont disparu. Pourquoi donc ? Il y a 20 ans, après 500 km en voiture, on ne voyait plus à travers le pare-brise tant il y avait d'insectes écrasés ! Et aujourd'hui ?
Les néonicotinoïdes, insecticides généreusement utilisés, sont très probablement les coupables. Moins d'insectes, les oiseaux n'ont plus assez à manger. C'est tout le cycle de la vie qui est perturbé, la fertilisation et l'aération des sols, la pollinisation des plantes, etc. Et ce n'est que la partie visible de l'effondrement de la biodiversité. L'activité humaine est à l'origine de cette détérioration généralisée des terres. Toutes les espèces animales et végétales sont menacées. Plus les connaissances progressent, plus on se rend compte que l'équilibre dans lequel nous vivons est fragile et que des atteintes qui semblent minimes ont des effets sur toute la chaîne biologique, depuis les minuscules bactéries jusqu'aux grands mammifères et bien sûr aux humains. C'est le cri d'alarme qu'ont lancé fin mars les experts mondiaux de la biodiversité réunis en Colombie
Que faire ? D'abord une action globale est nécessaire : changer les pratiques agricoles, restaurer les écosystèmes dégradés, recréer des réserves de biodiversité : forêts, zones humides, espaces naturels. Et arrêter de nourrir notre bétail avec du soja cultivé à la place des forêts équatoriales.
Au niveau de la ville, intégrer la biodiversité, c'est d'abord savoir où on en est : établir un Atlas de la biodiversité communale ; c'est créer des espaces verts, préserver ceux qui existent, protéger les passages de faune par les trames vertes et bleues, éteindre les lumières la nuit pour protéger la faune nocturne ; c'est aussi faire comprendre les enjeux aux habitants par la concertation. Au niveau individuel, il s'agit de passer à un mode de consommation plus sobre, des produits locaux, moins de viande et de gaspillage, végétaliser tout ce qui peut l'être. Nous espérons pouvoir entendre encore longtemps les oiseaux chanter !

L.Amadieu, B.Ruef, E.Bruyant
groupe.eco.sol@orange.fr


Groupe Pour une gauche authentique

En mai, mène la lutte qui te plaît !

"L'histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l'invincible espoir.", Jean Jaurès. A St-Egrève la mobilisation de la population aux commémorations du 8 mai reste chaque année aussi forte, et je m'en réjouis, grâce notamment aux bénévoles qui oeuvrent toute l'année pour que le Souvenir de nos anciens combattants soit honoré et notre Histoire comprise. Cet effort de mémoire n'est pas un combat dépassé. Elle est même indispensable pour ne pas reconduire au pouvoir nazisme et fascisme, et à la mort plus de 62 millions de civils. Les premières victimes de ces régimes d'extrême-droite furent les Communistes allemands puis européens, puis vinrent les juifs, les tziganes, les homosexuels et les personnes en situation de handicap.
La Journée Nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation (29 avril), la Journée de Capitulation sans condition de l'Allemagne nazie (8 mai), la Journée nationale de la Résistance (28 mai) et l'appel du 18 juin sont autant d'hommages à toutes les femmes et tous les hommes qui, par leur engagement, ont permis que notre pays recouvre la liberté et une société plus humaine. Ils ont en effet su créer les conditions de construction d'une société plus solidaire, grâce notamment au Conseil National de la Résistance : création de la sécurité sociale, nationalisation de l'énergie, des grandes banques, création de la Fonction Publique... Ces enjeux sont d'actualité. Les luttes des cheminots et fonctionnaires le montrent, ils sont toujours au coeur des débats et des affrontements politiques !
D'aucuns seraient bien inspirés de se souvenir des propos du Général De Gaulle, qui déclarait en novembre 1943 : « Il ne faut plus qu'on puisse trouver un homme ni une femme qui ne soient assurés de vivre et de travailler dans des conditions honorables de salaire,  d'alimentation, d'habitation, de loisir, d'hygiène et d'avoir accès au savoir et à la culture ». Tout un programme au coeur des débats actuels !

Sylvie GUINAND, Front de Gauche - PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Avril 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Notre quartier parlons-en... et vivons-le !

Deux matinées ont déjà eu lieu en 2018 avec ce dispositif participatif : la 1ère qui a débuté du côté de Saint-Robert pour aller vers la Pinéa et se terminer aux abords de la gare. La 2de qui a traversé le quartier de Rochepleine et qui s'est achevée à l'Espace Europe. A chaque fois, les habitants sont venus avec beaucoup de choses à dire et à raconter. En tant qu'élus, nous sommes confrontés toute l'année à nombre de situations délicates pour lesquelles des réponses précises et souvent urgentes doivent être apportées. Mais ces visites dans les quartiers restent un plus, puisque nous rencontrons de nouvelles personnes qui n'auraient peut-être pas poussé la porte de la mairie pour nous dire ce qui n'allait pas... ou ce qui leur plaisait ! Alors bien sûr les demandes ne sont pas toutes faciles à traiter, mais c'est bien là le sens de l'engagement que d'essayer de trouver des solutions là où les problèmes sont complexes. Avec le maire et les élus présents, nous nous sommes engagés à apporter une réponse précise à chacun. Si nous entendons vos inquiétudes, nous oeuvrons pour y répondre dans la limite bien sûr de nos moyens. Je pense notamment à la problématique métropolitaine qui est au coeur des préoccupations. En reprenant nombre de compétences la Métro a de ce fait ôté aux villes des pré-carrés de longue date. Les élus et les services municipaux avaient ainsi l'habitude de répondre aux attentes des usagers selon une méthode rodée et qui avait fait ses preuves. La réactivité et l'efficacité n'en étaient que meilleures.
Avec un nouvel acteur central, la Métro, pour tout ce qui touche à la voirie, à l'énergie, aux transports, à l'eau, à l'assainissement ou aux déchets, les cartes sont rebattues et chacun a dû retrouver sa place. L'équipe municipale continue de penser que nous devons travailler main dans la main avec les services métropolitains afin de faire avancer les dossiers mais nous ne sommes pas non plus dupes ; c'est pourquoi nous nous battrons chaque fois que nécessaire pour que le service public soit au rendez-vous !

Pascal de Filippis
www.facebook.com/prioritesaintegreve


Groupe Saint-Egrève Autrement

Des bibliothèques de quartier sacrifiées pour 2020

Le dossier de la médiathèque et des bibliothèques de quartier est plus que jamais d'actualité au moment où l'académicien Erik ORSENNA et Noël CORBIN, inspecteur général des affaires culturelles, viennent de rendre leur rapport porteur de propositions pour le "Plan national pour les bibliothèques". Ils préconisent notamment l'extension des horaires des bibliothèques en soirée et le week-end afin de renforcer "la culture et lutter contre la ségrégation culturelle". D'où l'importance des bibliothèques de quartier !
Le dernier journal municipal consacre plusieurs pages au projet de création de la "médiathèque du XXIème siècle": 500 m2 d'extension de la bibliothèque Barnave pour un coût total annoncé à 2 M€, et l'extension des horaires à 25 heures /semaine contre 19 actuellement. Quelques lignes sont consacrées au devenir des bibliothèques de Rochepleine et Fiancey dans un paragraphe malencontreusement intitulé "Questions annexes". Les habitants de ces quartiers ne considèrent pas ces structures comme des "annexes" mais bien comme des bibliothèques à part entière qui ont un rôle essentiel sur ces territoires. Ils l'ont exprimé publiquement en conseil municipal puis, plus symboliquement, lors de la cérémonie des voeux en janvier. De plus, en changeant la destination des bibliothèques de quartier c'est bien une réduction des horaires d'ouverture vers laquelle nous allons.
En effet, l'amplitude totale d'ouverture des bibliothèques Barnave, Rochepleine et Fiancey est actuellement de 48 heures et la majorité la réduira donc à 25 heures...
Dans son éditorial du mois dernier, M. le Maire répète : "pour les annexes, je le redis fermement le livre continuera d'irriguer celles-ci comme toute la ville". La majorité municipale souhaite transformer les bibliothèques de quartier en "lieux de vie sociale où le livre sera présent". Mais où seront les bibliothécaires ? En tout cas, la livraison d'un équipement culturel flambant neuf juste avant les élections de 2020 sera bien opportune...encore une fois !

F.Charavin, JM Puech et H Belrhali
(hassan.belrhali.ps@gmail.com)


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Une médiathèque du 21ème siècle ?!

Toutes les bibliothèques se remettent en question avec le numérique et l'évolution des usages. A St Egrève, enfin, la ville semble s'être donné les moyens de réfléchir à l'évolution de ses bibliothèques. En juillet 2017, en présence de très nombreux Saint-Egrévois venus dire leur attachement à leur bibliothèque de quartier, la majorité municipale a voté une délibération dans laquelle on trouve notamment : "Le Maire propose que l'ensemble des services actuellement dédiés à la bibliothèque soient regroupés sur le site unique de Barnave... que les lieux libérés... resteront... des lieux de vie sociale et d'activités"
Depuis est sorti le rapport Orsenna sur les bibliothèques. Il observe la transformation des bibliothèques en maisons de service public culturel. Il propose de développer l'accès de toutes et tous aux pratiques culturelles, avec un maître mot : OUVRIR ! Ouvrir davantage aux heures où le public  est disponible, ouvrir à tous les publics, ouvrir à l'ensemble des pratiques artistiques et culturelles, ouvrir à de nouveaux services, ouvrir depuis le domicile grâce à Internet, etc.
M. le Maire, une médiathèque du 21ème siècle n'est pas seulement un projet architectural à 2 M€. C'est un projet qui "demande dans un premier temps une orientation politique claire" (cf. rapport cabinet ABCD que vous avez mandaté), que vous n'avez pas. Nous vous demandons de prendre le temps et de débattre pour : Définir une politique de lecture publique et une politique culturelle pour la ville ; Bien prendre en compte tous les scolaires et les enfants qui aujourd'hui vont dans les bibliothèques de quartier et n'iront pas jusqu'à Barnave ;
Se rappeler de la réaction des habitants à votre projet de fermeture des bibliothèques de Fiancey et Rochepleine, les conserver en sachant qu'une bibliothèque n'existe pas sans bibliothécaires ;Intégrer les propositions du rapport Orsenna dans ce projet.
Alors seulement, un projet d'espace culturel municipal pourra émerger, où les livres et la culture, les bibliothécaires et les habitants auront leur place.

L.Amadieu, B.Ruef, E.Bruyant
groupe.eco.sol@orange.fr


Groupe Pour une gauche authentique à Saint-Egrève

L'hôpital de St-Egrève a mal à sa santé !

Le lundi 26 février je suis allée à la rencontre des personnels du CHAI de St-Egrève, dans le cadre du Tour de France des hôpitaux organisé par les Parlementaires communistes. La discussion d'une heure et demi a été l'occasion d'en apprendre davantage sur les difficultés que connaît le Centre hospitalier Alpes-Isère. Suppression de lits (78 l'année dernière !), de centres médicaux-psychologiques, suppressions de postes et non-remplacement du personnel partant à la retraite, urgences non traitées ou orientées vers le privé (tentatives de suicide par exemple), posent le décor de l'agonie de la psychiatrie publique. Les conséquences sont dramatiques sur les délais de prise en charge, la qualité du soin et les conditions de travail. Des unités de soins ferment, la contention revient en force. Les services publics sont mis à mal au nom du dogme de l'austérité qui n'empêche pourtant pas les cadeaux fiscaux aux riches et aux grandes entreprises. Suite à cette visite les parlementaires vont formuler des propositions pour exiger du gouvernement une autre politique de santé publique et donner à nos hôpitaux les moyens financiers et humains digne de ce pays. Le Maire de St-Egrève, vice-président du Conseil d'Administration et Madame la député (membre du gouvernement Macron) ne peuvent être sourds aux cris d'alarme lancés par les personnels des hôpitaux ! C'est cette logique de casse du service public que j'entends continuer de combattre avec les élu-e-s progressistes, les habitant-e-s et avec les hospitaliers qui défendent un service public pour tous et une sécurité sociale financée par la cotisation !

Sylvie GUINAND, Front de Gauche - PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

 

 

Mars 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Le livre dans nos quartiers
Nous avons cette chance pour une ville de 16000 habitants, mais avec des proportions géographiques modestes, d'avoir trois points de lecture avec Barnave, Rochepleine et Fiancey. Cette volonté affirmée depuis longtemps par l'équipe municipale de permettre à chacun d'avoir accès facilement à la lecture doit être poursuivi. C'est dans cet esprit que nous avons imaginé la médiathèque du XXIe siècle qui sera située à Barnave. Mais c'est également avec cette volonté affichée que Rochepleine et Fiancey continueront d'exister avec la présence du livre. Quelle sera-t-elle ? Ce sera aux Saint-Egrévois et à l'équipe municipale de réfléchir aux modalités de mise à disposition. La concertation qui s'étalera jusqu'en 2020 permettra de dégager les attentes de chacun. Le groupe majoritaire "Priorité Saint-Egrève" est depuis toujours engagé dans la défense du lien social dans la ville et continuera d'agir en ce sens. Le livre peut y contribuer mais l'art et la culture également. L'offre s'étoffe chaque jour avec les activités proposées par la Ville. Au vu des fréquentations de nos structures et des associations, le public semble se retrouver dans ces moments de partage et de convivialité. 
Alors bien sûr nous pouvons regretter les postures politiques de nos oppositions essayant de surfer sur la vague de la crainte de fermetures.
Mais nous les comprenons aussi : ont-ils tant de matière à la critique ? Nous laissons les habitants juges de nos actions et de nos efforts pour la vitalité de la ville. Nous poursuivons notre chemin et nous accélérons.
Pour continuer cet échange, nous vous invitons à nous contacter via notre messagerie facebook ou par mail priorite.saintegreve@gmail.com. La prochaine Assemblée Générale de notre association sera également l'occasion de rencontrer ceux qui souhaitent s'engager pour l'avenir de Saint-Egrève !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

Toujours aussi peu de transparence sur les travaux des Conseils des Habitants
La charte du Conseil des Habitants (que la majorité actuelle a rédigée !) prévoit dans son article 9.2. que le 1er Adjoint doit "informer le Conseil Municipal des avancées des travaux, des questions et des avis des trois conseils des habitants...", et ce au moins une fois par an. Or depuis le début du mandat (mars 2014) un seul retour de travaux a eu lieu en novembre 2016, et ce à notre demande. 
A nouveau lors du Conseil Municipal de janvier 2018, les élus des trois groupes de l'opposition sont intervenus pour réclamer une présentation des travaux des Conseils des Habitants. Ainsi mise en cause pour ce nouveau manquement, la majorité s'est engagée à fournir ces éléments pour le Conseil Municipal de mars. L'indépendance et la transparence des travaux de cette instance sont les conditions sine qua non pour une véritable démocratie participative locale. Au delà du respect que nous devons au travail des Conseils des Habitants, il est souhaitable que leurs débats et leurs conclusions soient présentés en Conseil Municipal, lieu institutionnel de concertation, de contrôle et de décision. 
Mais on le voit bien à travers les "concertations" manquées sur les bibliothèques, les rythmes scolaires et aujourd'hui ce manque de transparence sur les travaux des Conseils des Habitants, Saint-Egrève manque cruellement d'un forum d'expression libre et de débats publics.

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

La planète chauffe !
L'ONU s'est dotée en 1992 d'un cadre de lutte contre le réchauffement climatique à l'échelle planétaire. Depuis 1995 les pays se réunissent pour réduire les émissions de gaz à effet de serre lors des COP. En 1997, les pays développés se sont engagés à réduire leurs émissions de 5% de 2008 à 2012 via le protocole de Kyoto. Cet accord a été prolongé jusqu'en 2020 et prévoit pour les pays engagés une réduction de 18% de leurs émissions. Avec la COP 23 les bonnes intentions ont refait surface mais l'objectif est difficile à atteindre. Pourtant la teneur en gaz à effet de serre dans l'atmosphère ne cesse d'augmenter. En tant qu'habitants d'un pays à forte consommation énergétique, nous contribuons au dégagement de CO2 dans l'air, nous sommes tous acteurs du changement climatique. Nous  devons changer nos modes de vie. Savez-vous qu'à Grenoble la température a déjà augmenté de 1,3 degré ? En ville, le transport automobile particulier  reste encore très présent, il est gourmand en énergie et polluant. 76% des déplacements automobiles sont des trajets de 1 à 3 km. Ces petits trajets sont pour la plupart faciles à réaliser à pied, à vélo ou en transports en commun. La multiplication des pistes cyclables, la diminution de la vitesse dans les rues, rendent ces déplacements plus sûrs. 
Nous défendons cette pluralité de modes de transport, des liaisons continues et sécurisées pour les modes doux. Les bénéfices en sont connus pour notre santé, pour la qualité de l'air, pour la diminution des gaz à effet de serre, alors essayons et profitons de la balade.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Médiathèque du XXIe siècle : pour quels enjeux de lecture publique ?
Derrière l'affichage d'une "médiathèque du XXIe siècle" vantée par la majorité municipale, quelle politique de lecture publique est défendue par celle-ci ? Aucune.
La bibliothèque municipale reste l'équipement culturel de base : première porte d'entrée vers la culture, elle représente aussi parfois le seul espace culturel en accès libre dans les quartiers. C'est un échelon fondamental pour l'égalité territoriale, la citoyenneté et le développement économique du territoire et un outil majeur de la cohésion sociale. 
La baisse de dotations de l'Etat entraînant des restructurations arbitraires, des suppressions de postes et la baisse des budgets d'acquisition affectent ces réseaux de bibliothèques auxquels nous sommes attachés à St-Egrève. 
"Programmateur culturel, médiateur numérique, webmestre, responsable de l'action culturelle ou de la formation, curateur de données, ludothécaire... Nos missions se diversifient de plus en plus et de nouvelles compétences apparaissent, ouverture d'esprit, sens du service public, imagination et créativité au service de l'expérimentation, méthodologie de projet (expo, animation, événement culturels...) autant de nécessité à se former, à comprendre l'évolution de nos pratiques pour suivre une évolution des demandes et des publics"., Bertrand Calenge in Les bibliothèques et la médiation des connaissances. 
Au-delà d'être une structure architecturale, une médiathèque du XXIe siècle doit d'abord s'inscrire dans une politique ambitieuse de lecture publique, qui permette à plusieurs équipements de se développer en réseau pour être à la fois des espaces faciles d'accès aux collections (panier, portage, liens renforcés avec les partenaire sociaux et éducatif), aux ressources numériques, à des postes informatiques, aux animations, et des lieux d'échanges et de co-construction avec les usagers qui deviennent ainsi acteurs de la lecture publique. 
"La seule chose que vous ayez absolument besoin de savoir est l'emplacement d'une bibliothèque". Albert Einstein.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Février 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Rythmes scolaires : il a fallu choisir

En laissant la "liberté" aux communes de choisir entre 4 ou 5 matinées de travail, l'État a voulu permettre aux collectivités qui n'étaient pas en mesure d'appliquer la réforme de 2013 d'en sortir. Pour mémoire, c'est seulement entre 2008 et 2013 que les petits Français ont connu une exception en travaillant 4 jours.
Certaines petites communes, ou des plus grandes mais dans des situations financières difficiles, ne proposaient pas toujours des activités péri-éducatives de qualité aux enfants. A partir de là, le bénéfice chrono-biologique reconnu pour 5 matinées de travail pouvait être mis à mal.
A Saint-Egrève, la municipalité s'est interrogée pour savoir si l'offre proposée aux enfants au sein des groupes scolaires était satisfaisante. Il en ressort que les 5 matinées permettent de proposer des activités diverses et à un rythme adapté aux familles, après que la ville a travaillé en amont avec les parents d'élèves pour améliorer l'offre initiale.
Pour choisir entre 4 ou 5 matinées, l'ensemble de la municipalité a pesé plusieurs facteurs : l'existence d'une offre de qualité à Saint-Egrève, le rythme bénéfique de travail avec 5 matinées, reconnu par la communauté pédagogique, et bien sûr l'avis des parents d'élèves.  Ces-derniers ont ainsi été réunis lors d'une rencontre en mairie en fin d'année. Des échanges ont également eu lieu avec les élus au travers notamment des conseils d'écoles. De plus, des consultations organisées spontanément par les parents d'élèves ont permis de dégager des tendances variables selon les écoles.
C'est à partir des trois éléments (consultations, notamment lors des conseils d'école du 1er trimestre, rythmes chrono-biologiques et organisation qualitative) que les élus ont débattu de l'apprentissage et de l'intérêt de l'enfant. Ils ont alors donné leur conclusion comme demandé par l'Éducation Nationale. Celle-ci a été de ne pas demander de dérogation pour un retour à 4 jours d'école. Cela a certes un coût pour la ville, de l'ordre de 300 000€ par an, mais l'intérêt de l'enfant reste la priorité.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

Les 7 élus d'opposition ont rédigé une nouvelle tribune commune. La forme de trois pavés et signatures séparés nous est imposée. Il faut donc lire les 3 dans l'ordre pour recomposer cette tribune.

1ère partie

Il y a déjà un an, nous avons alerté les Saint-Egrèvois sur la politique d'urbanisme déséquilibrée conduite par la majorité actuelle. A l'heure où s'élabore le futur Plan Local d'Urbanisme Intercommunal (PLUI), il est plus que jamais important de veiller à ce que l'espace disponible sur la commune soit utilisé à bon escient. Certes, la compétence urbanisme a été transférée à la Métropole, mais la commune doit être porteuse d'une vision, partagée avec les habitants, du devenir des différents quartiers. C'est un préalable indispensable. Ce regard vers l'avenir prendra en compte la vie future des habitants : lieux de vie, de rencontre, de pratiques sportives et culturelles, besoins en matière de services, d'espaces verts, d'emploi et de déplacement,... Notre ville devient plus dense, gardons-la bien verte et aérée ! Préservons et développons les espaces verts. Le PLU actuel prévoit au moins 30% d'espaces verts dans tous les projets en incluant des parkings enherbés qui souvent ne le resteront pas et des toits végétalisés utiles certes, mais qu'on ne voit que du ciel. D'où cette impression de béton !
C'est 30% de vrais espaces verts que le nouveau PLUI doit imposer. De plus, l'implantation des immeubles doit prévoir une bande verte plantée pour les séparer de la rue et de la vue des passants.
A l'inverse du PLU actuel qui permet de construire...

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

2ème partie

.../... des immeubles partout, le futur PLUI doit identifier des secteurs à préserver en fonction de critères liés à leur contexte: intérêt patrimonial, morphologie urbaine, corridors écologiques, distance par rapport au tram.
Pour une ville où il fait bon vivre, Il s'agit de végétaliser et de développer de nouveaux espaces paysagers : espaces publics, jardins communautaires, en récupérant par exemple les délaissés (carrefour Bd Jomardière/rue C.Brenier, maison Fagot à La Monta, friche Vicat, autour de la Gare, ...).
La continuité des espaces verts constitue une trame verte qui permet aux plantes et aux animaux de vivre et de se déplacer, c'est essentiel pour la biodiversité. Les zones humides doivent être sanctuarisées et préservées de toute construction. En ce qui concerne les zones commerciales gourmandes en surfaces au sol, une importante réflexion est à mener en limitant les espaces construits et les parkings au sol pour favoriser les espaces naturels paysagers. Même si l'aménagement de ces zones est une compétence métropolitaine, la Ville a son mot à dire. Dans la nouvelle ère des mobilités douces, la marche à pied redevient un mode de transport. Alors, recréons des chemins piétons agréables et continus dans la ville, propices à la promenade et à nos trajets quotidiens. Vence, Biolle et Isère, canal des usiniers, les bords de l'eau sont très présents à Saint-Egrève, mettons les en valeur ! Quelle ville voulons-nous ? Pour quels habitants ? Une ville où il fait bon vivre, une ville où les enfants des Saint-Egrèvois peuvent, s'ils le souhaitent, trouver leur premier logement, une ville...

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

3ème partie

... solidaire qui se donne les moyens d'accueillir de nouveaux habitants.
C'est à partir de ces choix que doit se décliner la politique d'urbanisme et de logement. Préserver d'indispensables espaces verts et, dans le même temps, construire de nouveaux logements peut paraître contradictoire et demande de penser la ville autrement. Puisque les m² constructibles sont rares, il ne faut pas les gaspiller dans des projets inadaptés et trop chers.
Laisser les seuls promoteurs privés intervenir au coup par coup, sans vision globale du devenir des quartiers, ne peut que faire flamber le prix des terrains et rendre encore plus difficile la réalisation de projets de logements pour les ménages des catégories moyennes ou modestes. Créons les opportunités pour que les bailleurs sociaux construisent des logements locatifs et en accession sociale à la propriété. Ils ont fait la preuve de leur capacité à innover sur les questions énergétiques en particulier. Ils ont la préoccupation de la gestion future des logements qu'ils construisent et apportent la plus grande vigilance à la qualité de leurs prestations. La collectivité doit être actrice de la mise en oeuvre du PLUI : en permettant à des projets de logements abordables de voir le jour, en incitant à la réhabilitation du parc existant, en revitalisant les quartiers anciens. C'est en intervenant sur tous ces axes que l'offre correspondra à la demande. Ces réflexions, nos trois groupes les ont menées pour alimenter le débat sur le futur PLUI. Nous vous engageons à donner votre avis sur le site de La Métro, dans l'espace dédié à la concertation.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Janvier 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Nos quartiers, écoutons-les

L'échange dans la ville doit-être permanent. Si les 26 élus de Priorité Saint-Egrève ont été élus dès le 1er tour en 2014 pour un mandat de six années, il n'en reste pas moins que les projets se font avec, et pour, les habitants. Ainsi, parmi les instances de dialogue avec les Saint-Egrévois il existe les conseils des habitants et le dispositif "Notre quartier parlons-en !". Si les 1ers permettent à des citoyens volontaires d'échanger sur des sujets précis en lien avec le conseil municipal, le second donne l'occasion à chaque habitant d'interpeller les élus, et en 1er le maire, au sein de son quartier. Les premières visites de cette session ont eu lieu dans le quartier de la Vence. Si le froid de saison était présent, la chaleur des conversations a largement compensé ce mercure difficile. Tout le monde n'est pas toujours en accord de prime abord, surtout lorsqu'un dossier vous touche directement en tant que riverain, mais chacun reconnaît que le dialogue permet d'avancer. En tant qu'élus, nous sommes ravis de permettre ces moments qui font que la ville et la démocratie vivent. A ce titre, nous en profitons pour rappeler que Priorité Saint-Egrève n'est pas qu'un groupe au sein du conseil municipal, mais que cette entité existe également pour permettre à chacun d'échanger sur la ville. En tant que président, je vous invite à nous rejoindre à l'occasion de cette nouvelle année, en envoyant un mail à priorite.saintegreve@gmail.com ou en nous envoyant un message privé sur notre facebook. Le dialogue n'est pas à sens unique entre la majorité au conseil et les Saint-Egrévois. Participer dès maintenant, c'est également faire vivre sa vision de Saint-Egrève. En attendant, permettez-moi de vous souhaiter, au nom de l'ensemble de la liste, une excellente année 2018 et en espérant continuer de vous accompagner au mieux dans votre quotidien au sein de la ville que nous partageons et que nous aimons.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

Vers une année nouvelle

En ce début d'année 2018, nous devrions peut-être vous reparler du manque d'ambition de la majorité à travers son projet de budget municipal, évoquer la fermeture annoncée des bibliothèques de quartier, revenir sur le projet de vidéosurveillance, souligner les difficultés rencontrées par les associations de quartier ou évoquer l'urbanisme désordonné qui sévit sur notre commune,...
Nous reviendrons bien sûr prochainement sur tous ces sujets, c'est notre rôle dans le cadre du mandat que vous nous avez confié.
Aujourd'hui, volontairement optimistes, nous préférons tourner notre regard vers 2018, année nouvelle que nous souhaitons apaisée et solidaire dans une Métropole porteuse d'avenir, prenant en compte les enjeux environnementaux et la nécessaire lutte contre les inégalités.
Tels sont les voeux que nous formulons pour cette année 2018. Très belle année à tous !

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Bonne année active !

Bonne année, bonne année, chaque année les bonnes résolutions ressurgissent. Mais que fait-on vraiment pour qu'elle soit bonne, cette nouvelle année ? Et si chacun d'entre nous donnait une vraie impulsion à cette année qui commence ? Quels rapports peut-on avoir avec sa
ville ? Ne sommes-nous que des consommateurs des services de notre commune ? Ne devrions-nous pas aussi devenir des citoyens acteurs, acteurs de nos vies bien-sûr, mais aussi acteurs de notre ville ?
Vous rêvez d'une ville où il fait bon vivre, sans pollution ? Essayez de laisser votre véhicule au garage et tenter l'aventure du déplacement autrement : tram, bus, vélo, marche.
Vous rêvez d'une ville propre ? Soyons tous exemplaires !
Vous rêvez d'une ville dynamique ? Montez des projets qui vous tiennent à coeur avec vos amis, vos voisins et réalisez-les. Et renseignez-vous, de nombreuses associations réalisent des actions formidables et sont prêtes à vous accueillir.
Vous rêvez d'une ville solidaire ? Parlez autour de vous, les idées arriveront par centaines et à plusieurs, c'est plus facile de les transformer en projet concret.
Vous rêvez d'une ville de culture ? Dites bien fort à votre maire que vous voulez garder toutes les bibliothèques !
Vous savez ce qui peut améliorer votre vie et celle de vos familles, celle des habitants de la ville, alors ne laissez pas vos idées dormir, partagez-les !
Et n'hésitez pas à nous rejoindre pour que votre ville soit plus dynamique, plus verte, plus solidaire.
Bonne année à tous, bonne année active !

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Pour une année 2018 de liberté, d'égalité et de fraternité !

En cette année 2018 qui s'ouvre à nous, je tenais à souhaiter à toutes et tous mes voeux de bonheur, de réussite dans vos projets et de rêves à oser, dans un climat de Paix et de solidarité.
Espérer des lendemains meilleurs n'est pas aisé dans un contexte où les souffrances individuelles et collectives sont multiples avec l'aggravation du chômage, la dégradation des conditions de travail, l'épuisement professionnel.
La toute-puissance du marché qui impose sa loi génère une pression exacerbée sur les travailleurs de la planète. Dans son livre "La troisième guerre mondiale est sociale" Bernard Thibault donne le ton : 2,3 millions de travailleurs décèdent chaque année du fait d'un accident ou d'une maladie liée au travail. C'est plus de victimes dans le cadre du travail qu'il n'y en a dans tous les conflits et guerres réunies au cours d'une année !
Le rapport sur les inégalités mondiales (décembre 2017) révèle que celles-ci se creusent toujours plus entre les 10 % de la population mondiale les plus riches et les autres - nous. Les pressions sur les salaires les plus bas sont les plus fortes, tandis que la fiscalité diminue pour les plus riches. Depuis 1980, les détenteurs de patrimoine privé se sont enrichis, tandis que les États se sont appauvris. Ces conséquences sont très visibles dans notre vie locale : fermeture en 2017 du guichet de la Gare de St-Egrève et fermetures de lignes en perspectives comme Grenoble-La Mure, rachat des VFD par une filiale du fonds de pensions CUBE, suppressions de postes dans les collectivités, délocalisations d'entreprises... L'emploi local est décimé, des familles entières touchées de plein fouet par des déracinements ou des pertes brutales de revenus, tandis que les dividendes explosent !
Des voies pour sortir de ces catastrophes politiques, économiques et sociales sont possibles.
Citoyens engagés au quotidien, nous pouvons construire des droits dans la solidarité et la justice : un monde meilleur est à portée de rêve si on le décide vraiment !

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Accès paiement en ligne par CB

Ville de Saint-Egrève, 36 av. Général de Gaulle, 38120 SAINT EGREVE
Tél. 04 76 56 53 00