Site de la ville de Saint Égrève Site de la ville de Saint Égrève

Accessibilité| Contact| Newsletter| Flux RSS| Retrouvez-nous sur : Facebook Dailymotion Twitter Youtube Disponible sur App Store Disponible sur Google Play
Réduire le texteAgrandir le texteInverser le contrasteRétablir les styles par défautImprimer la pageEnvoyer à un amiAjouter aux favoris

Expressions politiques 2018

Février 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Rythmes scolaires : il a fallu choisir

En laissant la "liberté" aux communes de choisir entre 4 ou 5 matinées de travail, l'État a voulu permettre aux collectivités qui n'étaient pas en mesure d'appliquer la réforme de 2013 d'en sortir. Pour mémoire, c'est seulement entre 2008 et 2013 que les petits Français ont connu une exception en travaillant 4 jours.
Certaines petites communes, ou des plus grandes mais dans des situations financières difficiles, ne proposaient pas toujours des activités péri-éducatives de qualité aux enfants. A partir de là, le bénéfice chrono-biologique reconnu pour 5 matinées de travail pouvait être mis à mal.
A Saint-Egrève, la municipalité s'est interrogée pour savoir si l'offre proposée aux enfants au sein des groupes scolaires était satisfaisante. Il en ressort que les 5 matinées permettent de proposer des activités diverses et à un rythme adapté aux familles, après que la ville a travaillé en amont avec les parents d'élèves pour améliorer l'offre initiale.
Pour choisir entre 4 ou 5 matinées, l'ensemble de la municipalité a pesé plusieurs facteurs : l'existence d'une offre de qualité à Saint-Egrève, le rythme bénéfique de travail avec 5 matinées, reconnu par la communauté pédagogique, et bien sûr l'avis des parents d'élèves.  Ces-derniers ont ainsi été réunis lors d'une rencontre en mairie en fin d'année. Des échanges ont également eu lieu avec les élus au travers notamment des conseils d'écoles. De plus, des consultations organisées spontanément par les parents d'élèves ont permis de dégager des tendances variables selon les écoles.
C'est à partir des trois éléments (consultations, notamment lors des conseils d'école du 1er trimestre, rythmes chrono-biologiques et organisation qualitative) que les élus ont débattu de l'apprentissage et de l'intérêt de l'enfant. Ils ont alors donné leur conclusion comme demandé par l'Éducation Nationale. Celle-ci a été de ne pas demander de dérogation pour un retour à 4 jours d'école. Cela a certes un coût pour la ville, de l'ordre de 300 000€ par an, mais l'intérêt de l'enfant reste la priorité.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

Les 7 élus d'opposition ont rédigé une nouvelle tribune commune. La forme de trois pavés et signatures séparés nous est imposée. Il faut donc lire les 3 dans l'ordre pour recomposer cette tribune.

1ère partie

Il y a déjà un an, nous avons alerté les Saint-Egrèvois sur la politique d'urbanisme déséquilibrée conduite par la majorité actuelle. A l'heure où s'élabore le futur Plan Local d'Urbanisme Intercommunal (PLUI), il est plus que jamais important de veiller à ce que l'espace disponible sur la commune soit utilisé à bon escient. Certes, la compétence urbanisme a été transférée à la Métropole, mais la commune doit être porteuse d'une vision, partagée avec les habitants, du devenir des différents quartiers. C'est un préalable indispensable. Ce regard vers l'avenir prendra en compte la vie future des habitants : lieux de vie, de rencontre, de pratiques sportives et culturelles, besoins en matière de services, d'espaces verts, d'emploi et de déplacement,... Notre ville devient plus dense, gardons-la bien verte et aérée ! Préservons et développons les espaces verts. Le PLU actuel prévoit au moins 30% d'espaces verts dans tous les projets en incluant des parkings enherbés qui souvent ne le resteront pas et des toits végétalisés utiles certes, mais qu'on ne voit que du ciel. D'où cette impression de béton !
C'est 30% de vrais espaces verts que le nouveau PLUI doit imposer. De plus, l'implantation des immeubles doit prévoir une bande verte plantée pour les séparer de la rue et de la vue des passants.
A l'inverse du PLU actuel qui permet de construire...

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

2ème partie

.../... des immeubles partout, le futur PLUI doit identifier des secteurs à préserver en fonction de critères liés à leur contexte: intérêt patrimonial, morphologie urbaine, corridors écologiques, distance par rapport au tram.
Pour une ville où il fait bon vivre, Il s'agit de végétaliser et de développer de nouveaux espaces paysagers : espaces publics, jardins communautaires, en récupérant par exemple les délaissés (carrefour Bd Jomardière/rue C.Brenier, maison Fagot à La Monta, friche Vicat, autour de la Gare, ...).
La continuité des espaces verts constitue une trame verte qui permet aux plantes et aux animaux de vivre et de se déplacer, c'est essentiel pour la biodiversité. Les zones humides doivent être sanctuarisées et préservées de toute construction. En ce qui concerne les zones commerciales gourmandes en surfaces au sol, une importante réflexion est à mener en limitant les espaces construits et les parkings au sol pour favoriser les espaces naturels paysagers. Même si l'aménagement de ces zones est une compétence métropolitaine, la Ville a son mot à dire. Dans la nouvelle ère des mobilités douces, la marche à pied redevient un mode de transport. Alors, recréons des chemins piétons agréables et continus dans la ville, propices à la promenade et à nos trajets quotidiens. Vence, Biolle et Isère, canal des usiniers, les bords de l'eau sont très présents à Saint-Egrève, mettons les en valeur ! Quelle ville voulons-nous ? Pour quels habitants ? Une ville où il fait bon vivre, une ville où les enfants des Saint-Egrèvois peuvent, s'ils le souhaitent, trouver leur premier logement, une ville...

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

3ème partie

... solidaire qui se donne les moyens d'accueillir de nouveaux habitants.
C'est à partir de ces choix que doit se décliner la politique d'urbanisme et de logement. Préserver d'indispensables espaces verts et, dans le même temps, construire de nouveaux logements peut paraître contradictoire et demande de penser la ville autrement. Puisque les m² constructibles sont rares, il ne faut pas les gaspiller dans des projets inadaptés et trop chers.
Laisser les seuls promoteurs privés intervenir au coup par coup, sans vision globale du devenir des quartiers, ne peut que faire flamber le prix des terrains et rendre encore plus difficile la réalisation de projets de logements pour les ménages des catégories moyennes ou modestes. Créons les opportunités pour que les bailleurs sociaux construisent des logements locatifs et en accession sociale à la propriété. Ils ont fait la preuve de leur capacité à innover sur les questions énergétiques en particulier. Ils ont la préoccupation de la gestion future des logements qu'ils construisent et apportent la plus grande vigilance à la qualité de leurs prestations. La collectivité doit être actrice de la mise en oeuvre du PLUI : en permettant à des projets de logements abordables de voir le jour, en incitant à la réhabilitation du parc existant, en revitalisant les quartiers anciens. C'est en intervenant sur tous ces axes que l'offre correspondra à la demande. Ces réflexions, nos trois groupes les ont menées pour alimenter le débat sur le futur PLUI. Nous vous engageons à donner votre avis sur le site de La Métro, dans l'espace dédié à la concertation.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Janvier 2018

Groupe Priorité Saint-Egrève

Nos quartiers, écoutons-les

L'échange dans la ville doit-être permanent. Si les 26 élus de Priorité Saint-Egrève ont été élus dès le 1er tour en 2014 pour un mandat de six années, il n'en reste pas moins que les projets se font avec, et pour, les habitants. Ainsi, parmi les instances de dialogue avec les Saint-Egrévois il existe les conseils des habitants et le dispositif "Notre quartier parlons-en !". Si les 1ers permettent à des citoyens volontaires d'échanger sur des sujets précis en lien avec le conseil municipal, le second donne l'occasion à chaque habitant d'interpeller les élus, et en 1er le maire, au sein de son quartier. Les premières visites de cette session ont eu lieu dans le quartier de la Vence. Si le froid de saison était présent, la chaleur des conversations a largement compensé ce mercure difficile. Tout le monde n'est pas toujours en accord de prime abord, surtout lorsqu'un dossier vous touche directement en tant que riverain, mais chacun reconnaît que le dialogue permet d'avancer. En tant qu'élus, nous sommes ravis de permettre ces moments qui font que la ville et la démocratie vivent. A ce titre, nous en profitons pour rappeler que Priorité Saint-Egrève n'est pas qu'un groupe au sein du conseil municipal, mais que cette entité existe également pour permettre à chacun d'échanger sur la ville. En tant que président, je vous invite à nous rejoindre à l'occasion de cette nouvelle année, en envoyant un mail à priorite.saintegreve@gmail.com ou en nous envoyant un message privé sur notre facebook. Le dialogue n'est pas à sens unique entre la majorité au conseil et les Saint-Egrévois. Participer dès maintenant, c'est également faire vivre sa vision de Saint-Egrève. En attendant, permettez-moi de vous souhaiter, au nom de l'ensemble de la liste, une excellente année 2018 et en espérant continuer de vous accompagner au mieux dans votre quotidien au sein de la ville que nous partageons et que nous aimons.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève
Retrouvez toutes les positions du groupe majoritaire sur la page www.facebook.com/prioritesaintegreve



Groupe Saint-Egrève Autrement

Vers une année nouvelle

En ce début d'année 2018, nous devrions peut-être vous reparler du manque d'ambition de la majorité à travers son projet de budget municipal, évoquer la fermeture annoncée des bibliothèques de quartier, revenir sur le projet de vidéosurveillance, souligner les difficultés rencontrées par les associations de quartier ou évoquer l'urbanisme désordonné qui sévit sur notre commune,...
Nous reviendrons bien sûr prochainement sur tous ces sujets, c'est notre rôle dans le cadre du mandat que vous nous avez confié.
Aujourd'hui, volontairement optimistes, nous préférons tourner notre regard vers 2018, année nouvelle que nous souhaitons apaisée et solidaire dans une Métropole porteuse d'avenir, prenant en compte les enjeux environnementaux et la nécessaire lutte contre les inégalités.
Tels sont les voeux que nous formulons pour cette année 2018. Très belle année à tous !

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté
Françoise CHARAVIN,
Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Bonne année active !

Bonne année, bonne année, chaque année les bonnes résolutions ressurgissent. Mais que fait-on vraiment pour qu'elle soit bonne, cette nouvelle année ? Et si chacun d'entre nous donnait une vraie impulsion à cette année qui commence ? Quels rapports peut-on avoir avec sa
ville ? Ne sommes-nous que des consommateurs des services de notre commune ? Ne devrions-nous pas aussi devenir des citoyens acteurs, acteurs de nos vies bien-sûr, mais aussi acteurs de notre ville ?
Vous rêvez d'une ville où il fait bon vivre, sans pollution ? Essayez de laisser votre véhicule au garage et tenter l'aventure du déplacement autrement : tram, bus, vélo, marche.
Vous rêvez d'une ville propre ? Soyons tous exemplaires !
Vous rêvez d'une ville dynamique ? Montez des projets qui vous tiennent à coeur avec vos amis, vos voisins et réalisez-les. Et renseignez-vous, de nombreuses associations réalisent des actions formidables et sont prêtes à vous accueillir.
Vous rêvez d'une ville solidaire ? Parlez autour de vous, les idées arriveront par centaines et à plusieurs, c'est plus facile de les transformer en projet concret.
Vous rêvez d'une ville de culture ? Dites bien fort à votre maire que vous voulez garder toutes les bibliothèques !
Vous savez ce qui peut améliorer votre vie et celle de vos familles, celle des habitants de la ville, alors ne laissez pas vos idées dormir, partagez-les !
Et n'hésitez pas à nous rejoindre pour que votre ville soit plus dynamique, plus verte, plus solidaire.
Bonne année à tous, bonne année active !

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Eric Bruyant, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Pour une année 2018 de liberté, d'égalité et de fraternité !

En cette année 2018 qui s'ouvre à nous, je tenais à souhaiter à toutes et tous mes voeux de bonheur, de réussite dans vos projets et de rêves à oser, dans un climat de Paix et de solidarité.
Espérer des lendemains meilleurs n'est pas aisé dans un contexte où les souffrances individuelles et collectives sont multiples avec l'aggravation du chômage, la dégradation des conditions de travail, l'épuisement professionnel.
La toute-puissance du marché qui impose sa loi génère une pression exacerbée sur les travailleurs de la planète. Dans son livre "La troisième guerre mondiale est sociale" Bernard Thibault donne le ton : 2,3 millions de travailleurs décèdent chaque année du fait d'un accident ou d'une maladie liée au travail. C'est plus de victimes dans le cadre du travail qu'il n'y en a dans tous les conflits et guerres réunies au cours d'une année !
Le rapport sur les inégalités mondiales (décembre 2017) révèle que celles-ci se creusent toujours plus entre les 10 % de la population mondiale les plus riches et les autres - nous. Les pressions sur les salaires les plus bas sont les plus fortes, tandis que la fiscalité diminue pour les plus riches. Depuis 1980, les détenteurs de patrimoine privé se sont enrichis, tandis que les États se sont appauvris. Ces conséquences sont très visibles dans notre vie locale : fermeture en 2017 du guichet de la Gare de St-Egrève et fermetures de lignes en perspectives comme Grenoble-La Mure, rachat des VFD par une filiale du fonds de pensions CUBE, suppressions de postes dans les collectivités, délocalisations d'entreprises... L'emploi local est décimé, des familles entières touchées de plein fouet par des déracinements ou des pertes brutales de revenus, tandis que les dividendes explosent !
Des voies pour sortir de ces catastrophes politiques, économiques et sociales sont possibles.
Citoyens engagés au quotidien, nous pouvons construire des droits dans la solidarité et la justice : un monde meilleur est à portée de rêve si on le décide vraiment !

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Accès paiement en ligne par CB

Ville de Saint-Egrève, 36 av. Général de Gaulle, 38120 SAINT EGREVE
Tél. 04 76 56 53 00