Site de la ville de Saint Égrève Site de la ville de Saint Égrève

Accessibilité| Contact| Newsletter| Flux RSS| Retrouvez-nous sur : Facebook Dailymotion Twitter Youtube Disponible sur App Store Disponible sur Google Play
Réduire le texteAgrandir le texteInverser le contrasteRétablir les styles par défautImprimer la pageEnvoyer à un amiAjouter aux favoris

Expressions politiques 2015

Janvier 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

La Métropolisation est en marche !

Au nom de toute l'équipe municipale, je vous souhaite une très bonne année en vous assurant une nouvelle fois de notre engagement total pour faire avec vous de Saint-Egrève une ville où il fait toujours bon vivre !
La nouveauté de ce début d'année 2015 est la transformation de la Métro en Métropole. Ce sera un passage en douceur : rien n'a fondamentalement changé le 1er janvier à 0 heures ! Les compétences ont bien été transférées automatiquement (c'est la loi) à la Métropole mais, comme Catherine Kamowski l'avait proposé, elles continuent à être exercées sur le terrain par les personnels, jusque-là agents de la Ville de Saint-Egrève, qui restent à Saint-Egrève et dont les salaires seront intégralement refacturés à la Métropole. C'est  d'ailleurs le cas également dans les 48 autres communes de notre agglomération. Pour 2015, nous pouvons donc être assurés de pouvoir continuer à assurer la qualité de service que les Saint-Egrévois connaissent et apprécient. L'enjeu pour nous sera  la place des communes, donc de Saint-Egrève, dans ce nouveau grand ensemble. Ce sera même le sens de l'action de nos 3 conseillers métropolitains, Catherine Kamowski, Catherine Haddad et Daniel Boisset. Laommune est l'aire de la  proximité métropolitaine par excellence. Les élus communaux en sont les agents et les garants car qui mieux qu'eux ont la connaissance du terrain et des habitants ? Qui mieux qu'eux connaissent les particularités locales ? Qui plus qu'eux ont reçu la légitimité de parler en votre nom ? Les élus de Saint-Egrève sont les plus capables de faire remonter vos préoccupations relatives aux compétences exercées par la Métropole. La proximité à Saint-Egrève, nous connaissons et nous la mettons en oeuvre : nous connaissons notre ville, nous connaissons ses habitants, nous connaissons leurs besoins et leurs préoccupations. Nous sommes évidemment favorables à la Métropole mais nous sommes contre l'uniformisation. Nous ne voulons pas  d'une Métropole qui nivelle, nous voulons d'une Métropole qui excelle et qui respecte les communes.
Nous, c'est PSE, Priorité Saint-Egrève !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève



Groupe Saint-Egrève Autrement

image voeux 2015 Saint-Egrève Autrement

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (PS) - hassan.belrhali.ps@gmail.com


 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Saint-Egrève : combien de nationalités ?

Au moins 46. Etonnant, non ?
Les Européens sont les plus nombreux, notamment depuis les accords de Schengen (1985) et la libre circulation des travailleurs en Europe.
Originaires d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie ou d'Amérique latine, ils vivent parmi nous depuis des années ou quelques mois. Venus pour des raisons multiples, ceux qui ont fui la guerre y apprécient la paix et tous s'insèrent dans notre société, en en apprenant la langue et les usages.
Chercheurs, étudiants, médecins, aides à domicile, ils habitent ici et apportent leurs compétences et leurs richesses humaines et culturelles.
L'Europe est en crise, les inégalités s'accroissent, le chômage augmente, et pourtant, elle continue d'attirer de plus en plus de migrants : migrations économiques, migrations climatiques, migrations dues aux guerres... Faire le choix de l'immigration est pour beaucoup une question de survie, même si les conditions pour arriver en Europe sont si difficiles que des milliers de personnes meurent chaque année en tentant de passer les frontières.
Les chiffres le prouvent, la France accueille de moins en moins d'immigrés : 4 fois moins que dans les années 60 et bien moins que la Suède, la Norvège, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et même la Suisse, en proportion du nombre d'habitants. Seuls quelques milliers de Syriens ont été accueillis en France, contre 72 000 en Allemagne et plus de 1,2 million au Liban qui a pourtant bien peu de ressources ! "Les politiques migratoires devraient être une priorité pour les pays de l'OCDE, et les politiques d'intégration considérées comme le meilleur investissement possible en terme de croissance économique, de cohésion sociale et de bien-être", a déclaré M. Gurría, Secrétaire général de l'OCDE, le 1er décembre 2014.
Que peut-on faire de plus à St Egrève pour accueillir ces nouveaux migrants ? D'abord créer des occasions de rencontres et d'échanges : des repas partagés, des concerts, des échanges de services sans argent (par exemple dans une accorderie), etc.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr


 

Groupe Front de Gauche - PCF

Résister et construire en 2015 !

Pour cette nouvelle année je veux vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de réussite pour vos projets individuels et collectifs.
Les décisions de ceux qui nous gouvernent et s'entêtent avec les politiques d'austérité, n'augurent pas de lendemains enchantés qui seraient placés sous le signe du progrès économique et social, du renouveau pour le bien-être humain. Même les collectivités locales vont avoir à gérer une baisse sans précédent des dotations de l'état. Faut- il pour autant se résigner ? Je ne le pense pas.Rien n'est fatal, tout dépend de l'intervention des femmes et des hommes. A la résignation opposons la résistance à tout ce qui va dans le sens de la régression et proposons la construction d'une politique fondée sur des valeurs humaines, de paix, de justice, d'égalité, de fraternité.
Le changement au quotidien comme au niveau de la République ou de l'Europe est à portée de main si nous l'édifions dans l'unité et l'action.
Oui, nous allons résister car la preuve est faite qu'on ne sort pas de la crise de la spéculation financière en s'attaquant au pouvoir d'achat des familles !
Nous allons résister car on ne soigne pas la dette sans s'attaquer aux pratiques usuraires des banques !
Nous allons résister car réduire la dépense publique, c'est réduire les droits des individus et c'est tuer l'investissement donc l'emploi !
Pour sortir de la crise c'est vous qui êtes compétents : prenez la parole !
"Ceux qui vivent sont ceux qui luttent" a si bien écrit Victor Hugo. Dans ce territoire de résistance populaire l'écho de ces mots ne peut être qu'entendu.
Modestement mais avec détermination j'entends avec vous, Saint-Egrèvoises et Saint-Egrèvois, poursuivre en 2015 mon engagement en faveur d'une vie meilleure pour toutes et tous.
Si notre terre est abimée par la surexploitation des êtres humains et des ressources naturelles, elle a aussi de formidables atouts : l'intelligence, la fraternité, l'esprit de résistance de celles et ceux qui l'habitent.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
Pour une gauche authentique à Saint-Egrève
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com

Février 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Tous citoyens !

Au moment où vous lirez ces lignes, beaucoup d’encre aura coulé depuis les attentats des 7 et 9 janvier. Je vous propose de réfléchir ensemble, au delà de l’horreur et de l’indignation, à ces faits odieux. Prenons le temps de voir comment, à notre niveau, dans notre ville, nous  pouvons agir pour une plus grande ouverture, une plus grande compréhension les uns des autres. Le mouvement associatif est bien sûr en première ligne dans le rapport à autrui : les actions que les associations saint-égrévoises mènent avec le soutien de la Ville contribuent à partager et à faire partager nos valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité, nos idéaux républicains.
La connaissance des autres passe également par la diffusion de la culture : livres, cinéma, théâtre, danse sont à Saint-Egrève à la portée de tous.
L’éducation de nos enfants aussi, à travers les clubs, les accueils péri-scolaires, les crèches et le soutien aux écoles, nous permettent de poser les bases d’un avenir plus respectueux des autres. Toutes ces associations sont bien vivantes à Saint-Egrève, toutes ces structures existent à Saint-Egrève. Faisons de tout cela, des atouts, une force pour consolider un meilleur “vivre ensemble” et préparer l’avenir. A la brutalité, à la terreur, répondons par le savoir pour tous, la connaissance des autres et le respect de chacun. Tous unis dans une même République, sachons nous connaître pour nous reconnaître : tous citoyens !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève



Groupe Saint-Egrève Autrement

Vivre Tous Ensemble

Les terribles évènements de janvier 2015 nous ont fortement ébranlés tant ils questionnent les fondements même de l'unité de notre pays. Même si l'action des forces de police et de gendarmerie nous rassure, que pouvons nous faire, habitants, élus locaux, chacun à notre échelle, pour favoriser le dialogue et vivre ensemble en paix ?
Nous sommes convaincus que deux acteurs ont un rôle essentiel dans la cohésion de notre société : l'école et les associations.
L'école de la République, tout en garantissant l'égalité des chances, contribue fortement à faire de nos enfants des citoyens, aptes au dialogue et respectueux des différences. C'est une lourde responsabilité mais fondamentale qu'endossent les enseignants et le personnel municipal encadrant.
Essayons de les soutenir, chacun à notre façon. Nous devons également mobiliser les moyens de la collectivité pour que nos écoles aient les capacités humaines et matérielles d'exercer leurs missions dans les meilleures conditions. Dans ce contexte, la réforme des rythmes  scolaires est une formidable opportunité pour les communes de jouer un rôle renforcé de co-éducateur de nos enfants. Le monde associatif a également une place centrale dans la cohésion sociale. Par sa nature bénévole, son ouverture à tous et sa très grande diversité, il permet à chacun de s'épanouir dans sa passion ou de découvrir un domaine inconnu. Chaque association, quel que soit son objet, crée du lien entre les citoyens et leur permet d'échanger afin de mieux vivre ensemble. Il faut favoriser et soutenir fortement le monde associatif  ans sa diversité et permettre à chaque initiative indépendante de trouver sa place. Nous encourageons tout le monde à s'engager ou à participer, d'une manière ou d'une autre, à la vie des associations. La France est un pays formidable. L'avenir est ouvert pour nous et pournos  enfants. Les défis sont là, nous avons les moyens de les relever, tous ensemble.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (PS) - hassan.belrhali.ps@gmail.com


 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

2015 : tolérance et démocratie

Les assassinats à Charlie hebdo, à Montrouge et à Vincennes les 7 et 9 janvier ont créé un profond séisme dans la société française et bien au-delà. Notre groupe municipal condamne ces actes barbares, est solidaire des victimes et de leurs familles, et appelle toute la  population de Saint-Egrève à la tolérance, au respect de l’autre, de ses différences et à la vigilance contre toute dérive sécuritaire et liberticide. Plus que jamais il nous semble important d’affirmer haut et fort que nous n’avons pas peur de ceux qui cherchent à nous diviser ou à nous opposer les uns aux autres, mais que nous n’avons pas non plus besoin d’un Etat policier pour veiller à notre sécurité au point de nous priver de nos libertés fondamentales.
Face à la montée des intégrismes et de l’extrême droite, une municipalité a le devoir de lutter contre toutes les formes de discrimination religieuses et racistes. Elle peut le faire, par exemple, en encourageant les initiatives des associations qui travaillent dans ce sens. Elle peut également travailler en partenariat avec les écoles, les collèges et toutes les structures qui accueillent des enfants et des jeunes autour de projets éducatifs et culturels axés sur le respect des règles de la laïcité, mais aussi de la liberté de pensée, d’expression et de culte. Enfin, elle peut encourager les échanges interculturels à tous les niveaux, y compris au sein de services municipaux. Une ville ouverte et démocratique est aussi une ville qui encourage l’expression de ses habitants et de la diversité des membres qui l’habitent. C’est pourquoi notre groupe demande une augmentation du nombre de panneaux d’expression libre et des panneaux associatifs. Pourquoi pas une page d’expression libre sur le site de la ville ? Nous aurions aussi aimé lors de la traditionnelle cérémonie des voeux que chaque conseiller municipal ait la possibilité de s’adresser personnellement à la population. Quand une seule voix couvre systématiquement toutes les autres, le silence fait le lit de l’indifférence et de l’abstention.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr


 

Groupe Front de Gauche - PCF

SOMBRE BUDGET 2015

L'élaboration du budget 2015 pour notre ville s'est déroulée au moment où le gouvernement décidait une baisse sans précédent des dotations de l'Etat aux Communes, soit 28 milliards pour la période de 2014 à 2017. A St-Egrève le budget se trouve amputé de 200 000 € en 2014 et 470 000 € en 2015. A cela s'ajoutent les incertitudes sur l'emploi public et les conséquences financières de la métropolisation pour les communes. Souligner cela, c'est être réaliste. Les communes financent plus de 70 % des investissements publics. Les restrictions imposées au nom de l'Europe ne peuvent qu'aggraver la crise et le chômage : emplois publics et privés sont menacés. Les pouvoirs de décision des communes et les moyens financiers pour développer les services à la population vont se réduire comme peau de chagrin pour être transférés à la métropole. Dans ces conditions la part du budget de la commune consacré au social, à la solidarité, à la proximité et à la démocratie doit être renforcée en priorité avec une réelle concertation avec les habitants. L'information ne suffit pas. Les constructions du pôle enfance et de la piscine intercommunale sont urgentes, en étalant le financement dans le temps pour éviter une augmentation de la fiscalité. Les contribuables n'en peuvent plus ! Autre point à discuter : la réalisation d'une maison médicale d'urgence, avec tous les partenaires concernés, pour mieux répondre aux besoins de la population et soulager les services d'urgences du C.H.U. A ce jour aucune réaction de la majorité municipale à cette proposition. C'est regrettable ! On ne peut gérer les communes, berceaux de la démocratie, en dehors des contraintes imposées par l'Etat. Mais leur devenir est préoccupant. Se lamenter comme le fait la majorité municipale ne suffit pas. Il est urgent d'agir pour mettre en échec les sombres projets gouvernementaux. Par exemple en agissant pour la gratuité des transports, gage d'écologie, de solidarité et d'emplois. Au regard de ces éléments, j'ai voté contre le budget 2015, adopté par la majorité

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
Pour une gauche authentique à Saint-Egrève
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com

Mars 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Le sens de notre action : agir pour Saint-Egrève et les Saint-Egrévois !

Ce mois de mars marque la fin de notre première année au travail pour Saint-Egrève et les Saint-Egrévois, le moment de faire un point sur notre action à votre service.
Dès le mois de mars 2014, avec l'aide des services municipaux, nous avons commencé par préparer la mise en oeuvre des projets de mandat. Les échanges, riches et nombreux, que nous avons eu pendant la campagne électorale nous ont permis de définir les actions concrètes que nous souhaitons avec vous voir mises en oeuvre tout au long des six années. Au fur et à mesure des mois, nous avons pu connaître la réalité exacte des ponctions de l'Etat et leur impact sur notre budget. Même si la situation est "compliquée", nous avons, contrairement à d'autres communes, pu voter notre budget en décembre comme c'est l'habitude. C'est, bien sûr, un budget de transition, nous l'avons dit dès le mois de novembre mais c'est un budget pour les Saint-Egrévois autour des 3 priorités que nous avons définies : les  solidarités, la réussite éducative et la transition énergétique.
L'autre chantier fut de suivre la mise en place de la Métropole. Là encore,  nous ne l'avons pas "découvert" après notre élection. Nous nous y étions préparés et nous en avions parlé, entre nous et avec vous aussi, pendant la campagne électorale. Les choses se sont depuis précisées et nous commençons à voir concrètement ce que "Métropole" veut dire pour Saint-Egrève et les Saint-Egrévois. Ce n'est que le commencement et nous aurons l'occasion d'en parler ensemble. Une chose est sûre : il  faut que l'excellence saint-égrévoise continue et nous y veillerons !
En bref, nous ne nous payons pas de mots, nous agissons. Nous ne sommes pas dans la posture, nous sommes dans l'action. Nous ne lançons pas des slogans mais des projets. Nous ne sommes pas dans l'idéologie mais au service du bien commun.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève



Groupe Saint-Egrève Autrement

une métropole à construire ensemble

L'opposition municipale réclamait depuis longtemps un débat public sur la Métropole. Un peu tard, et bien après d'autres communes, l'amorce d'un débat a enfin eu lieu le 4 février dernier en conseil municipal. Le Président de la Métro, Christophe FERRARI, est venu exposer le projet métropolitain devant une assistance nombreuse. Lors de son intervention, M. FERRARI a présenté la métropolisation comme un processus dans lequel les habitants sont fortement invités à participer. C'était le message fort de la soirée : la Métropole est à co-construire. Avec les communes mais également avec les citoyens.
Notre groupe a affirmé son adhésion au projet métropolitain, porteur d'ambition pour l'avenir de notre territoire. Nous avons développé notre vision d'une  agglomération plus solidaire et proche des habitants. Nous souhaitons que soient maintenus l'emploi et les conditions de travail des agents qui seront transférés de notre collectivité à la Métro. Nous avons également formulé le voeu que "le parc de Fiancey, zone humide et seul espace vert d'importance dans ce secteur de l'agglomération, soit inscrit dans les espaces naturels métropolitains à préserver" - le texte de notre intervention est disponible sur demande à l'adresse ci-dessous. La  Métropolisation, c'est aussi une formidable occasion de décloisonner les communes, d'inciter les exécutifs à sortir de la logique municipale, de mutualiser les moyens et les services chaque fois que cela est possible. Saisissons-nous ensemble de cette opportunité !

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (PS) - hassan.belrhali.ps@gmail.com


 

Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

A quoi sert l'opposition ?

Cette première année dans l'opposition nous a permis de nous investir dans les dossiers municipaux, de comprendre le fonctionnement du conseil municipal et de nous former. Notre cap pour cette mandature est de faire avancer les idées auxquelles nous croyons en influençant les projets municipaux ou en les contestant quand nous les jugeons mauvais. Nous souhaitons ainsi peser de toute notre force sur la vie locale, dans l'intérêt général. Notre premier rôle est d'abord d'exister en tant  qu'opposition ! La majorité n'a pas besoin de nous pour faire adopter ses décisions! D'ailleurs elle n'accepte que peu la contradiction, pourtant saine en démocratie.
Le Conseil Municipal est une assemblée délibérante, pas une chambre d'enregistrement. Nous réclamons par exemple un droit de saisine, avec des débats et référendums sur les enjeux qui divisent les Saint-Egrèvois ou pour lesquels des alternatives existent : emplacement de la piscine, du pôle enfance, modalités de la  réforme des rythmes scolaires, de la participation des habitants à la vie de la commune...
Notre premier combat a été la contestation du règlement intérieur qui réduit la place de notre expression dans le journal municipal. Ce n'est pas fini. Par ailleurs, nous nous efforçons toujours de comprendre le pourquoi d'une délibération quand le projet d'ensemble n'est pas ou peu expliqué par la majorité. C'est l'objet de notre travail en commissions. Nous avons aussi demandé le bilan social, le plan éducatif local, le patrimoine foncier de la commune et de la Métro, le règlement publicitaire,  le registre des permis de construire, l'évaluation de l'agenda 21 et des précédents conseils des habitants, ... pour poser des questions, et prendre des décisions en connaissant les enjeux.
A l'avenir, nous tâcherons de déposer davantage d'amendements et de propositions à l'ordre du jour du CM. Pour mieux prendre en compte les demandes de tous les Saint-Egrèvois que nous représentons, n'hésitez pas à nous écrire, venir nous voir, nous sommes disponibles pour vous.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr


Groupe Front de Gauche - PCF

La gratuité des transports publics : pour une avancée écologique et sociale

L'arrivée du tramway à St-Egrève est prévue pour l'été 2015. C'est un moyen de transport rapide et confortable qui nous rappelle combien la gratuité des transports publics dans l'agglomération Grenobloise - que notre équipe avait inscrite dans son programme municipal - est nécessaire et possible. C'est la seule solution efficace contre la pollution ; la preuve en est donnée par la mise en gratuité temporaire opérée par toutes les grandes agglomérations lors des pics de pollution. La gratuité  des transports, c'est aussi un précieux pouvoir d'achat rendu aux familles (le budget transports pèse entre 10 et 15% des dépenses d'un foyer). C'est le principe novateur d'éco-gratuité opposé aux sempiternelles éco-taxes et culpabilisations un peu faciles des citoyen(ne)s. C'est une mesure adoptée dans un nombre de villes de plus en plus important, non seulement en France mais aussi en Europe (jusqu'en Estonie, qui a adopté cette éco-gratuité pour sa capitale). Toutes les expériences  l'ont désormais montré : l'éco-gratuité des transports publics, c'est une réduction drastique des embouteillages, de la pollution, des incivilités et de la paralysie  économique. C'est du nouveau lien social, une nouvelle qualité de vie pour les communes de périphérie. L'actuelle tarification, c'est un coût des embouteillages par foyer estimé à 677 Euros par an, c'est la fuite en avant vers de nouvelles infrastructures sans cesse saturées et chères : 300 Millions d'Euros pour le seul  élargissement de l'A 480. Alors, comment la gratuité des transports publics de l'agglo est-elle possible, dès maintenant ?
Nous développerons dans le numéro du mois  prochain les différentes solutions possibles. Il s'agit d'un choix politique, au sens noble. Aux côtés des communistes, de plus en plus de citoyen(ne)s, mais aussi de  forces politiques et syndicales, portent désormais cette proposition. Pour une avancée écologique et sociale.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
Pour une gauche authentique à Saint-Egrève
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com

Avril 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Piscine intercommunale : enfin du concret !

Ce mois-ci voit l'aboutissement de la longue réflexion sur le dossier de la piscine intercommunale : le SIVOM du Néron va délibérer pour prendre la compétence lui permettant de construire la nouvelle piscine intercommunale.
Ce nouveau centre nautique viendra remplacer les deux piscines existantes de Saint-Egrève et de Saint-Martin-Le-Vinoux. Elles ont largement fait leur temps et nous avons besoin d'un lieu confortable, accessible et adapté aux besoins d'aujourd'hui : la pratique sportive, la détente ou le loisir.
Vous le savez, il sera implanté sur le terrain enherbé jouxtant le parc de Fiancey. Cette question a été tranchée : par le Plan Local d'Urbanisme de Saint-Egrève qui permet clairement l'implantation d'un équipement sportif à cet endroit, par le choix unanime des six Maires des  communes membres du SIVOM, et surtout, par les élections municipales où chaque liste en présence a exposé sa préférence (et vous avez, vous aussi, clairement exprimé votre choix). Bien sûr, d'autres possibilités existaient, elles ont été soigneusement envisagées et ce site est le meilleur choix en termes d'emplacement, d'accessibilité et de desserte.
Avec ses deux bassins intérieurs et son bassin extérieur, cette nouvelle piscine permettra d'accueillir, outre les scolaires et les sportifs, davantage de public que les deux piscines actuelles dans des conditions bien meilleures qu'aujourd'hui et d'offrir un espace de loisirs et de  détente pour les familles pendant les mois d'été. Voilà les objectifs.
Quant aux moyens, les élus du SIVOM du Néron, dont les élus de Saint-Egrève, ont voulu dès le départ définir un cadre de financement réaliste. Il n'était pas question de "faire rêver" avec un projet que nous n'aurions pas pu nous payer. C'est aussi ce qui a pris du temps. Le budget (9 millions d'euros) et le plan de financement sont établis.
Dernière information : la mise en service est prévue pour 2020. Il reste maintenant à donner corps à ce beau projet mais le plus dur est fait !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

Sauvegardons le parc de Fiancey !

L'Union de quartier de Fiancey, l'association Vert Saint-Egrève, les élus d'oppositions socialistes et EELV, ainsi que plusieurs habitants de la commune ont décidé ensemble de déposer devant le tribunal administratif de Grenoble un nouveau recours en annulation contre la modification du PLU de Saint-Egrève du 24 Novembre 2014 pour dire NON aux constructions sur le parc de Fiancey, poumon vert de la commune et d'une partie de l'agglomération. La majorité persiste dans ses projets de construction alors même que le tribunal administratif du 26 septembre 2013, s'est prononcé très clairement en faveur de la sauvegarde du parc.
Sans attendre le jugement de l'appel qu'elle a fait, après une modification réglementaire et une enquête publique favorable, la municipalité relance ses projets sur le parc. Nous continuons à penser que le parc de Fiancey est un bien commun inestimable dans une ville qui se densifie. Lieu de détente pour tous, il est aussi une zone humide qui crée une éponge naturelle pour les eaux ruisselantes des pentes du Néron.
OUI, nous sommes favorables à l'augmentation du nombre de places en crèche et à un nouvel équipement aquatique pour les habitants, les scolaires et l'USSE natation. Mais pas à cet endroit, le seul argument de la proximité d'un arrêt de tram n'est pas suffisant !
NON, ne vous y trompez pas, nous ne sommes pas les responsables des retards actuels. Si la piscine n'existe toujours pas c'est parce que les élus du SIVOM n'ont toujours pas réussi à s'entendre sur le portage financier d'un projet dont les coûts, à cet emplacement particulier, ne sont pas maîtrisés.
Nous déplorons le manque de débat réel sur ce dossier majeur pour l'avenir de notre commune et l'hypocrisie de la majorité affirmant qu'il n'existe pas d'autres emplacements. Des alternatives existent ailleurs sur la commune encore faudrait-il qu'elles soient sérieusement  étudiées !
Pour notre part, tous ensemble, nous vous convierons prochainement à venir débattre de l'avenir du parc de Fiancey.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (PS) - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

 

Sauvegardons le parc de Fiancey !

L'Union de quartier de Fiancey, l'association Vert Saint-Egrève, les élus d'oppositions socialistes et EELV, ainsi que plusieurs habitants de la commune ont décidé ensemble de déposer devant le tribunal administratif de Grenoble un nouveau recours en annulation contre la modification du PLU de Saint-Egrève du 24 Novembre 2014 pour dire NON aux constructions sur le parc de Fiancey, poumon vert de la commune et d'une partie de l'agglomération. La majorité persiste dans ses projets de construction alors même que le tribunal administratif du 26 septembre 2013, s'est prononcé très clairement en faveur de la sauvegarde du parc.
Sans attendre le jugement de l'appel qu'elle a fait, après une modification réglementaire et une enquête publique favorable, la municipalité relance ses projets sur le parc. Nous continuons à penser que le parc de Fiancey est un bien commun inestimable dans une ville qui se densifie. Lieu de détente pour tous, il est aussi une zone humide qui crée une éponge naturelle pour les eaux ruisselantes des pentes du Néron.
OUI, nous sommes favorables à l'augmentation du nombre de places en crèche et à un nouvel équipement aquatique pour les habitants, les scolaires et l'USSE natation. Mais pas à cet endroit, le seul argument de la proximité d'un arrêt de tram n'est pas suffisant !
NON, ne vous y trompez pas, nous ne sommes pas les responsables des retards actuels. Si la piscine n'existe toujours pas c'est parce que les élus du SIVOM n'ont toujours pas réussi à s'entendre sur le portage financier d'un projet dont les coûts, à cet emplacement particulier, ne sont pas maîtrisés.
Nous déplorons le manque de débat réel sur ce dossier majeur pour l'avenir de notre commune et l'hypocrisie de la majorité affirmant qu'il n'existe pas d'autres emplacements. Des alternatives existent ailleurs sur la commune encore faudrait-il qu'elles soient sérieusement  étudiées !
Pour notre part, tous ensemble, nous vous convierons prochainement à venir débattre de l'avenir du parc de Fiancey.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

La gratuité des transports publics : un financement au bénéfice des citoyen(ne)s, sans augmentation des impôts

Nous avons abordé dans le numéro précédent nos propositions de gratuité des transports publics de l'agglomération grenobloise. Les vingt villes qui la pratiquent déjà en France l'ont démontré : l'éco-gratuité des transports publics, c'est un précieux pouvoir d'achat rendu aux familles, c'est une réduction drastique des embouteillages, de la pollution, des incivilités et de la paralysie économique. C'est de l'espace rendu aux vélos et aux piétons. C'est du nouveau lien social, une nouvelle qualité de vie pour les communes de périphérie. Le coût de la tarification, c'est par contre 150 morts par an directement dûes à la pollution sur l'agglomération, c'est un coût des embouteillages par foyer, de 677 euros par an, c'est la fuite en avant vers de nouvelles infrastructures coûteuses et sans cesse saturées, avec plus de pollution et de nuisances à la clef.
Or le financement de l'éco-gratuité est possible sans aucune augmentation des impôts. Il s'agit bien d'un choix politique, d'un choix de vie et de société, car de multiples leviers existent pour financer la perte nette de recettes billettiques, évaluée à 25 millions d'euros par an. Les seuls frais financiers que versent chaque année le SMTC aux banques, à des taux quatre fois supérieurs à ceux de la BCE, suffiraient à combler cette somme. Les centaines de millions d'euros prévus pour des élargissements inefficaces et polluants (300 millions juste pour l'A480) permettraient de financer l'éco-gratuité durant des décennies. Les entreprises n'ayant plus à payer la moitié des abonnements transports (devenus gratuits) de leurs salariés, pourraient financer l'augmentation des versements transports de 2 à 2,2%, soit 36M€ par an. Elles bénéficieraient du désengorgement économique de l'agglomération engendré par la gratuité des transports.
Les communistes et le front de gauche oeuvrent donc à un large rassemblement des citoyen-ne-s sur cette question, dans une belle dynamique.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF

Mai 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Une seule méthode : Réflexion, Concertation, Action !

A force d'entendre les arguments de quelques esprits chagrins qui s'opposent par réflexe, on pourrait s'interroger sur le sens - et l'utilité - de notre action au service de Saint-Egrève et des Saint-Egrévois. Comme si nous n'avions pas à coeur l'intérêt général et le bien-être des Saint-Egrévois. Comme si, avant d'annoncer une action ou de proposer un projet, nous n'avions pas réfléchi, consulté et étudié les différentes possibilités. Ce travail préalable est nécessaire. Si l'on veut être des femmes et des hommes politiques responsables, il ne faut pas "faire rêver" en donnant l'illusion que tout est possible (surtout dans le contexte que nous connaissons...). Il ne faut pas non plus se lancer dans des annonces fracassantes qui n'aboutiront à rien sauf à dégoûter les citoyens de la politique. Les Saint-Egrévois apprécient que l'on fasse ce qu'on dit et que l'on dise ce qu'on fait, vous l'avez prouvé. Ainsi, a-t-on pu entendre que La Vence Scène n'était pas du bon côté de la route ou que le Patio n'était pas à la bonne place. Alors que, pour l'un comme pour l'autre, nous avions fait étudier les différentes possibilités, travailler ensuite avec les professionnels, les acteurs et les usagers du secteur concerné pour voir ensemble quelles étaient les solutions meilleures. Qui pourrait aujourd'hui contester que ce ne sont pas des réussites, là où ils sont et comme ils sont ? Personne ne pourrait honnêtement le dire. Leur succès est bien la démonstration que notre méthode de travail est la bonne.
De même pour la piscine intercommunale. C'est la même méthode qui a été utilisée : réflexion et préparation d'un projet avec les professionnels et les usagers. Ce projet ne vient pas de "nulle part" : les besoins ont été étudiés, les différentes réponses recherchées et évaluées pour nous amener aujourd'hui à calibrer une réponse qui doit aboutir à un projet qui sera discuté avec vous. Pas d'incantations creuses, pas d'affirmations gratuites : du concret et du réel parce que le discours de vérité paie toujours.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

vue du parc de Fiancey

Depuis quelques semaines, de nombreux Saint-Egrévois nous interpellent sur le projet de construction de la nouvelle piscine intercommunale. Pourquoi la municipalité parle-t-elle d'un "terrain enherbé qui jouxte le parc de Fiancey" ? Nous le savons tous, ce terrain fait  intégralement partie du parc. Ce n'est pas parce que les 4 cages de foot ont été opportunément enlevées (et non remplacées) juste avant le travail du commissaire enquêteur, et que cet espace est laissé volontairement à l'état de friche (sans aucun arbre) depuis des années, qu'il a été, comme par miracle, désolidarisé du parc !
Nous l'affirmons à nouveau, installer la piscine à cet endroit reviendrait à amputer le parc de Fiancey, à le refermer sur lui-même et à priver les Saint-Egrèvois d'une bonne part de ce poumon vert. Ironie du sort, le Conseil Municipal vient d'adopter à l'unanimité la 3ème phase de l'Agenda 21. Désormais, l'impact écologique de chaque projet sera évalué dès sa conception. Nous dénonçons donc aujourd'hui encore, avec force, l'incohérence et les contradictions entre le projet de construction de la nouvelle piscine sur un parc, zone humide, et l'affichage "durable" de l'exécutif ! Alors que le SMTC engazonne notre route principale pour le tram, la municipalité se distingue en réduisant le plus grand parc de la commune.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (PS) - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Nouvel Agenda 21 ?

Saint-Egrève passe à la version 3 de son Agenda 21. Il vise à passer l'ensemble des pratiques et des projets municipaux dans le filtre du Développement Durable (DD). Nous avons voté pour cette initiative qui est conforme à notre vision d'une ville responsable. Cet outil  permet, en principe, de faire du DD une réalité sur notre territoire. Répondre aux besoins du présent sans compromettre le futur, sur le plan économique, social et environnemental. Tel est le critère selon lequel notre groupe se positionnera pour soutenir ou non les futures  politiques municipales. Un bilan des deux précédents Agendas 21 est nécessaire sur la base des 7 objectifs définis : épanouissement de tous, cohésion sociale, économie d'énergie, préservation des ressources, de la biodiversité, encouragement à un développement éco et une conso responsable, aux initiatives des St-Egrévois et des services municipaux pour le DD. Si des actions ont été positives, telle la maîtrise des énergies à travers le plan air climat ou la rénovation thermique des bâtiments publics, nous nous interrogeons sur :
• Le plan de déplacement municipal : part des salariés convertis au vélo et aux transports en commun ?
• L'évolution de la biodiversité : quelle préservation des ressources naturelles (zone humide de Fiancey, derniers terrains agricoles de Champaviotte, comptage faune et flore) ?
• La qualité de l'air : quelles actions par rapport aux rejets de Vicat ?
• La création de nouveaux parkings à voitures (Pont de Vence) alors que le tram arrive.
Et nous constatons l'échec du volet participatif des précédents Agendas 21. En 2012, l'Agenda 21 a été mis en sommeil faute de participants ! Leurs propositions n'étaient pas assez prises en compte. La participation des habitants doit prendre d'autres formes que des réunions : sites Internet collaboratifs, développement de l'"aller vers" des habitants peu  habitués à donner leur avis. Si nous approuvons la démarche, nous resterons vigilants sur sa réalisation. Il ne s'agit pas seulement de repeindre en vert la politique municipale !

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Piscine intercommunale : la démocratie prend l'eau !

Les six maires du SIVOM du Néron, toutes sensibilités confondues, ont décidé de construire dans le Parc de Fiancey une piscine intercommunale en remplacement de la piscine des mails à St-Egrève et de celle de Tournesol à St Martin-le-Vinoux, toutes deux obsolètes.
Personne ne nie le besoin urgent de reconstruire une piscine pour répondre aux besoins des habitants, du personnel -qui assure actuellement les missions de service public dans des conditions difficiles- et assurant une qualité de l'eau irréprochable. Mais le lieu pose problème : il y a du pour et du contre, des "pour" et des "contre". Ainsi le maire socialiste de St-Martin-le-Vinoux soutient ce choix et les élus de même obédience de St-Egrève le dénoncent et saisissent le tribunal administratif. L'arrivée du tramway est un argument qui plaide en faveur de l'implantation de la piscine dans ce lieu, mais il y a bien d'autres aspects à prendre en compte : les communes comme Saint-Egrève se lancent dans une politique de densification de la population.
Construire plus doit cependant nous conduire à définir une politique écologique de l'urbanisation qui préserve les espaces verts comme Fiancey sur l'ensemble de la ville. Tout cela, comme le surcoût de la piscine dans un lieu d'implantation très humide et un sol délicat, nécessite un débat essentiellement politique. Or sur ce dossier c'est le point de vue des élus majoritaires qui est imposé sans véritablement associer la population à la définition de l'équipement, à son implantation, à sa réalisation.
Faire référence aux élections municipales pour justifier le lieu d'implantation est réducteur. Les habitants fondent leur vote sur l'ensemble du programme des candidats et non sur une seule proposition.
En octobre 2014, j'indiquais : "un débat, et vite, sur le positionnement de la nouvelle piscine paraît une solution sage".
Ce n'est pas cette façon de faire qui a été retenue par les 6 élus du SIVOM.
C'est regrettable.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF

Juin 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Projets de Fiancey : assez de mensonges !

Répéter un même mensonge tout seul ou à plusieurs, ne le transforme pas en vérité... qu'il s'agisse de Fiancey ou de tout autre sujet...

Alors de quoi parle t'on vraiment ? Le Parc de Fiancey, c'est quoi ? Le Parc de Fiancey, depuis qu'il a été créé dans les années 1980, est planté d'arbres, aménagé avec des chemins piétons et des jeux pour enfants, autour de l'étang - artificiel - et remonte jusqu'au tennis communaux le long des coteaux du Néron. Nous y avons même dépensé des sommes importantes ces dernières années pour le rendre encore plus agréable.

Jouxtant ce Parc, le long de la route départementale, il existe depuis la même époque, un terrain enherbé qui, lui, n'a jamais été aménagé parce qu'il constituait une réserve foncière.

Alors, non ! nous n'avons jamais eu l'intention de "bétonner" le Parc de Fiancey pas plus que de transformer l'étang de Fiancey en piscine ! Nous implanterons deux équipements publics utiles et nécessaires dans un environnement agréable, à proximité de moyens de transports en commun et le long de la route départementale qui est la colonne vertébrale de Saint-Egrève.

croquis parc de fianceyVoici un croquis à l'échelle des projets :
- en vert foncé, le Parc de Fiancey avec l'étang en bleu foncé
- en vert clair, le terrain enherbé avec dessus l'ovale rose pour la crèche et le rectangle bleu clair pour figurer l'emprise de la piscine intercommunale.

Ceux qui se cachent derrière une prétendue intransigeance "écologique" ne font que rejeter le choix démocratique des Saint-Egrévois.

Voilà la vérité !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

Un Tramway nommé désir

La réalisation du Tram E sur la commune est l'évènement le plus marquant de ces 50 dernières années que ce soit en termes d'urbanisme ou de déplacement. Le Tram permettra à tous d'adopter un mode de déplacement doux, rapide et sécurisé. C'est une ouverture formidable sur l'agglomération.
Cependant vous le savez, la réalisation du Tram sur notre commune n'a pas été aisée : en témoignent un retard de 9 mois à la livraison et le report de la station des Bonnais (fait unique dans toute l'histoire du Tram de l'agglomération).
Quel a été l'investissement des élus dans ce dossier ?
Pendant toute la période des travaux, de nombreux habitants nous ont interpelés sur le fait de ne pas savoir à qui s'adresser en mairie pour faire remonter leurs difficultés (qu'il s'agisse de la dangerosité d'un passage, de l'état dégradé de la chaussée, de négociations foncières difficiles, ...). Rien sur le site de la mairie pour recueillir simplement les préoccupations des habitants et y apporter rapidement des solutions.
Quelles actions ont été envisagées pour inciter les Saint-Egrèvois à prendre le Tram ? Au cours de la visite des quartiers, nous avons soumis aux élus en charge l'idée d'une signalisation spécifique indiquant les temps de parcours, vélo et pédestre, entre les quartiers de la commune et la station la plus proche : aucune nouvelle.
Quid de parkings vélos couverts, ou de Box Métro Vélo, à proximité des arrêts de Tram pour inciter les habitants qui vivent loin de la départementale à utiliser ce nouveau mode de déplacement ? Ont-ils été programmés ?
Où prendrons-nous nos abonnements ? A Grenoble ? Une permanence SEMITAG en mairie est-elle envisagée ? Y-a-t-il dans ce domaine une quelconque coordination entre les 3 communes ?
Le projet Tram illustre la difficulté de l'équipe municipale à travailler avec les autres collectivités et à rechercher des compromis pour l'intérêt général.

PS : Nous vous convions à une soirée débat sur le projet de piscine intercommunale mercredi 24 juin 20h30 salle Safran (MSF).

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Vers une nouvelle piscine pour les Saint-Egrèvois et les habitants de la Métropole grenobloise ?

piscine
Nous vous invitons à venir débattre et à comprendre les enjeux de ce dossier en matière de besoins, d'emplacement du futur équipement et de pilotage du projet.

RDV le mercredi 24 juin à 20h30
Maison des solidarités et des familles

En présence de vos élus de l'opposition et d'invités...
Laurant Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

La victoire sur le nazisme et le retour à l'Espoir !

A Saint-Egrève diverses commémorations célèbrent le 70ème anniversaire de la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie et de la libération des camps de la mort. Il ne s'agit pas d'un simple armistice, ce qui aurait permis au parti d'Hitler de rester au pouvoir : la capitulation a libéré les peuples du joug nazi.
Ces hommages, enrichis par la présence de collégien-ne-s, vont à celles et ceux qui, au prix de leur vie, se sont battus contre la barbarie et pour l'instauration d'une société plus solidaire.
Les organisations de la Résistance se sont rassemblées au sein d'un Conseil National de la Résistance (CNR), sous l'impulsion de Jean Moulin, qui a donné naissance à un programme novateur sur le plan social, économique et politique, "Les jours heureux".
Pour ces victoires des femmes et des hommes de St-Egrève ont été torturés, tués. Ils auraient pu rester attentistes. Or ils n'ont pas supporté la traque pour la seule appartenance ethnique ou politique, le S.T.O, la soumission au gouvernement fasciste de Vichy. Ils ont choisi la Résistance. Pour les honorer des rues de notre commune portent leurs noms. Souvenons-nous.
A la Libération, dans un pays pourtant ravagé par cinq ans de guerre, ces réformes sociales ont été mises en œuvre par le gouvernement qui comprenait des ministres communistes comme Ambroise Croizat, bâtisseur de la sécurité sociale, et Marcel Paul, fondateur d'EDF-GDF.
A l'heure de la dangereuse montée du racisme et des idées fascistes, des partis d'extrême-droite qui se nourrissent de l'austérité et de l'absence de perspective, il est vital de favoriser le travail de mémoire pour combattre la « bête immonde » et il est possible de porter une politique de transformation sociale pour construire un monde de paix et de liberté.
Les élus communistes et le Front de Gauche mettent tout en œuvre avec vous, pour faire vivre les valeurs du programme du C.N.R. Les moyens financiers existent !
Rappeler l'histoire c'est substituer à la résignation et à la fatalité : l'ESPOIR.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF

Juillet 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Saint-Egrève, une ville à (bien) vivre !

La qualité de vie à Saint-Egrève est, vous le savez, au coeur de nos préoccupations et de nos actions. Nous avons la chance de vivre dans un environnement privilégié que nous préservons et que nous embellissons. C'est un atout certain mais il n'est certainement pas suffisant.  Pour être bien dans une ville, il faut aussi que des activités et des services publics de qualité soient proposés. C'est exactement ce que nous faisons depuis de nombreuses années maintenant. Avec des équipements publics nombreux, adaptés, modernes et au service de tous, nous pouvons accueillir les abondantes activités associatives qui fleurissent à Saint-Egrève. Ces bâtiments municipaux sont très régulièrement entretenus, rénovés, adaptés et nous y avons engagé il y a 6 ans une campagne de travaux d'accessibilité et d'économies d'énergies. Grâce aux efforts budgétaires que nous faisons avec nos impôts à tous, les associations et les services municipaux ont les moyens d'accueillir enfants, jeunes, adultes et personnes âgées pour des activités de loisirs, sportives ou culturelles. Alors, évidemment, tout cela est vrai toute l'année et nous pouvons tous en bénéficier : gymnases, piscine, salle de spectacle, cinéma, bibliothèque, conservatoire, pôle jeunesse, bientôt une nouvelle piscine intercommunale (nous en reparlerons...). Mais c'est encore plus vrai pendant les grandes vacances puisque nous avons davantage de temps à consacrer à nos loisirs et à ceux de nos enfants. Tous ceux qui souhaitent, en cette période estivale, avoir une activité pour eux-mêmes ou leurs enfants peuvent trouver dans les offres associatives et municipales de quoi les satisfaire. C'est  tout l'esprit de notre politique municipale d'utiliser à bon escient les deniers publics. ec'est aussi notre volonté que Saint-Egrève ne soit pas une ville dortoir mais une ville où il fait bon vivre !
Alors, bonnes vacances à tous !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

Solidarité
L'année scolaire s'achève et en cette veille de vacances d'été, la plupart d'entre nous s'apprêtent à partir en congé, après une année dense, pour un repos bien mérité. Nous voudrions cependant dans cette tribune penser à ceux pour qui cette période d'été ne sera pas aussi joyeuse et légère. Ceux pour qui la vie a été rude cette année, pour des raisons de santé, des raisons de famille, pour des inquiétudes liées à l'avenir des enfants ou d'autres liées à l'avenir des parents. Ceux qui ne partiront pas et ceux pour qui la question de l'emploi est posée. Ceux qui se retrouvent trop souvent seuls, qui ont décidé ou pas de se séparer. Nous voudrions penser également à nos anciens, parfois isolés. Saint-Egrève dispose d'un réseau extraordinaire d'associations. Sportives, culturelles, scolaires ou thématiques, elles forment un véritable chaudron de relations humaines de proximité, de solidarités locales ou internationales. Afin que tout le monde puisse bénéficier de la richesse de ce réseau, nous proposons la création d'un tarif associatif solidaire pour les personnes aux revenus modestes. Ce tarif, basé sur le quotient familial, serait soutenu par la municipalité, à l'instar de ce qui se fait déjà pour certaines activités. Un tel coup de pouce permettrait à tous les habitants de Saint-Egrève de participer pleinement à la vie collective et dans le même temps à soutenir le monde associatif.
Bien solidairement,

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (PS) - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Un avenir sombre pour les associations ?

La mairie et la MJC vont signer une nouvelle convention triennale. Celle-ci prévoit entre autres "Le versement d'une subvention annuelle dont le montant sera défini chaque année selon l'évolution des capacités financières de la ville et en fonction de l'activité de l'association,  sans pouvoir dépasser un plafond global de 46 000 €.".
Cette allusion à "un plafond global" est un précédent inquiétant. Désormais, la MJC devra en permanence réduire ses dépenses pour faire face aux augmentations incompressibles et ne pourra plus développer de nouvelles activités sans en supprimer d'autres. La MJC n'est pas la seule association fragilisée. Alors qu'elles assument des missions de service public, leur rôle et l'implication de leurs bénévoles ne sont pas reconnus. Plusieurs d'entre elles ont de graves difficultés financières et auraient besoin que les conventions qui les lient cessent de les étrangler financièrement et de placer leur conseil d'administration sous tutelle. Au contraire, elles ont besoin de soutien et de sérénité, car elles participent non seulement à la richesse culturelle de notre ville, mais elles jouent également un rôle essentiel pour le maintien du lien social, intergénérationnel et, dans la période d'austérité que nous traversons, de bouclier social. La MJC, l'AF ou le Sou permettent à tous les habitants de la commune d'avoir accès à des activités culturelles, sportives et de loisirs à des prix inférieurs à ceux du privé.
Parallèlement, la mairie accorde une subvention au Centre de Loisirs Jeunesse de la Police Nationale encadré par des CRS pour diverses actions, dont un séjour de motocross et la participation à l'encadrement de certaines activités du Pôle jeunesse. Est-ce une partie de sa réponse aux problèmes de délinquance ?
À l'avenir, nous invitons toutes les associations et leurs adhérents à résister à l'austérité qui les frappe. Nous remercions également sincèrement tous les bénévoles qui permettent d'avoir de vrais services dans la commune.
Un bel été et de bonnes vacances à vous !

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

De la renaissance du tram à la gratuité !

Ce moment tant attendu est arrivé ! Le tram entre en service sur la totalité des 11,5 km de la ligne E reliant Grenoble au Fontanil. Cette 5e ligne va améliorer et développer l'efficacité des transports collectifs dans l'agglomération. Elle connait déjà sur la portion St Martin- le-Vinoux / Grenoble un vif succès, comme toutes celles qui ont été mises en place depuis 1987 par le SMTC, créé en 1973 sous l'impulsion de L. Maisonnat, président Fondateur puis G. Biessy, par ailleurs députés communistes. Les élus communistes ont toujours été des ardents défenseurs du tram, un moyen de transport écologique ! En site propre, de qualité, accessible à tous, adapté aux besoins et permettant un bon maillage de l'ensemble des transports en commun, il est bon pour les commerces et le développement économique, social, environnemental. Il offre une meilleure qualité de vie pour les habitants de St-Egrève et des communes desservies. Je saisis cette occasion pour remercier toutes celles et ceux qui ont participé sous une forme ou une autre à l'élaboration et la réalisation de cet ouvrage et pour la qualité de leur travail. Quel avenir pour le tram dans la région grenobloise ? Il est envisagé de prolonger la ligne A qui relie Fontaine à Echirolles jusqu'à Pont de Claix. Cela reste à confirmer. Il ne faudrait pas s'arrêter en si bon chemin. Le développement de la complémentarité des transports en commun bus, tram, VFD, TER doit rester une priorité. Or, comment ne pas s'inquiéter de la position de l'assemblée départementale qui, en début d'année, a décidé de réduire sa subvention transport au SMTC de 36,75 M d'€ en 2014 à 10 M d'€ en 2019 ?
Autre préoccupation : la dimension sociale du coût du transport ? Le retour du tram dans nos communes a été une grande innovation ! Il faut poursuivre en instaurant la gratuité pour tous les usagers, c'est-à-dire en mettant en cohérence écologie, social et efficacité. C'est possible ! Nous l'avons démontré dans des articles précédents.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF

Septembre 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

A Saint-Egrève, la rentrée est numérique !

Comme dans toutes les communes, nous avons préparé la rentrée scolaire : entretenir et améliorer les bâtiments scolaires et les conditions d'accueil des enfants de Saint-Egrève font partie de nos compétences. Comme chaque année donc, les travaux (petits et grands) se sont  succédés pendant l'été dans les différents groupes scolaires que compte Saint-Egrève.
Nous avons également pour mission de fournir les moyens matériels aux écoles maternelles et primaires. C'est une mission traditionnelle et nous nous sommes toujours donnés les moyens budgétaires pour assurer un bon niveau de service à cette compétence municipale. Cette année est un peu exceptionnelle, nous avons décidé de réaliser un effort financier conséquent avec le début de la mise en oeuvre du plan numérique, objectif de mandat avant même qu'il ait été décidé par l'Etat. Il sera déployé sur 3 ans et nous commençons cette année avec 2 écoles. Comme parents ou grands parents, nous nous plaignons parfois que nos enfants ou petits-enfants passent trop de temps devant des écrans. Nous avons donc voulu qu'ils  apprennent à s'en servir à bon escient. Nous leur avons aussi donné les moyens matériels de puiser dans des ressources pédagogiques infinies. Ce plan est le fruit d'un partenariat constructif et fructueux avec l'Education Nationale. Ensemble, Ville, Education Nationale et  enseignants, nous avons voulu que les jeunes saint-égrévois puissent bénéficier d'une véritable éducation numérique. C'est un effort budgétaire important que nous avons fait, surtout dans le contexte de baisse importante de nos ressources financières que vous connaissez.  C'est un choix que nous avons délibérément effectué pour donner aux enfants de Saint-Egrève les moyens d'une éducation qui correspond à leurs besoins d'aujourd'hui et de demain et qui leur donne des outils pour comprendre le monde qui nous entoure. C'est un vrai choix "politique" au sens noble du terme et notre vision de l'action municipale : faire que la Ville facilite la vie aux Saint-Egrévois.
Bonne rentrée à tous !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

Pour un périscolaire plus ambitieux et plus ouvert au monde !

La Réforme des Rythmes Scolaires a pour ambition de permettre à tous les enfants de mieux apprendre à l'école. Elle favorise les apprentissages fondamentaux le matin, moment où les élèves sont les plus attentifs. L'état formalise l'éducation partagée : les communes se voient attribuer un rôle renforcé dans le rythme scolaire et l'éducation des enfants pour une continuité éducative entre l'école et les familles. Si nous avions salué la mise en place de la réforme dès 2013 dans les écoles de la ville, nous avions très rapidement souligné le peu d'ambition éducative de l'exécutif et le manque d'ouverture sur le monde extérieur. Peu avant la trêve estivale, un double sondage de l'opinion des parents (l'un commandé par la mairie, l'autre réalisé par les parents) confirmait ce que tout le monde savait : la majorité des parents sont peu satisfaits. L'offre proposée ne répond pas aux attentes d'activités périscolaires éducatives. Nous demandons que cet avis des parents soit complété par celui des agents de la ville, qui sont tous les jours au contact des enfants, par celui des enseignants et celui des médecins scolaires. Il s'agit, en effet, à travers l'écoute et la reconnaissance du rôle de chacun de susciter la mobilisation de tous pour parvenir à la mutualisation des énergies et des compétences. Nous plaidons de plus pour une plus forte participation des agents du périscolaire aux   Conseils d'Ecole. Pourquoi ne pas instaurer des Conseils du Périscolaire, à l'instar de ce qui se fait dans certaines villes ? Nous réitérons enfin notre souhait qu'un plus grand respect des rythmes de l'enfant soit observé, en distinguant les enfants de primaire et ceux de maternelle. L'accompagnement scolaire est une demande forte. Il ne s'agit pas de se "défausser" de son rôle de parents comme on a si souvent entendu l'exécutif l'affirmer, mais tout simplement d'un besoin légitime de soutien à l'éducation. C'est de plus l'occasion pour la  collectivité de s'engager en faveur des enfants les plus en difficulté et donc d'oeuvrer à réduire les inégalités. Nous devons enfin favoriser l'ouverture à la culture et au monde en associant, en amont, l'éventail des associations de St-Egrève ! La commune doit assurer la continuité éducative en cohérence et complémentarité avec les enseignants. Ce n'est pas un fardeau. C'est une mission républicaine.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Avec le tram E, agissons pour le climat !

À quelques jours de la 21e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21), les St-Egrévois ont la chance d'avoir désormais accès à un mode de transport non polluant. Les déplacements représentent plus de 30 % des émissions de gaz à effet de serre, essentiellement dues à l'automobile. Qu'on le veuille ou non, la voiture est largement responsable du réchauffement climatique. Pour ceux d'entre nous qui le peuvent, l'arrivée du tram E est l'occasion de prendre notre part de responsabilité. En changeant nos habitudes, nous contribuerons à maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2 degrés, ce qui est déjà trop. A St-Egrève, le nombre de véhicules par ménage reste bien supérieur à celui d'autres villes de l'agglo. Ainsi, en 2012, env. 90% des ménages possédaient au moins un véhicule (et presque 40% en avaient deux). À titre de comparaison, à Grenoble, seuls 65 % ont au moins une voiture et 14 % en possèdent deux. Avec 11,5 km, la ligne E est la seconde ligne de tram la plus longue de l'agglo. Notre commune compte cinq arrêts... en attendant ceux des Bonnais et Mairie, pourtant indispensables. Ce mode de transport est ponctuel, agréable, abordable, avec des passages toutes les 6 min aux heures de pointe. L'essayer, c'est l'adopter ! Autre alternative à la voiture : le vélo. Avez-vous essayé les nouvelles pistes cyclables mieux signalisées ou les parkings-relais à vélos ? Avez-vous compté vraiment ce que vous coûte une voiture? Prendre le tram plutôt que la voiture, c'est une sacrée économie! D'argent, mais aussi de temps perdu dans les embouteillages ou passé à chercher une place de  parking. Bien sûr, tout n'est pas parfait, des efforts restent à faire en matière de rabattement doux vers le tram : comment arriver jusqu'au tram E sans avoir besoin d'un véhicule motorisé ; d'intermodalité : comment bien voyager en utilisant plusieurs modes de déplacement  sur un même trajet ? Le débat sur la gratuité des transports en commun mérite aussi d'être ouvert. Bonne rentrée en tram, à pied ou en vélo !

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Une rentrée rythmée par l'austérité !

Les rythmes scolaires occupent les communes depuis la rentrée 2013. A Saint-Egrève, quel bilan de leur mise en place, et quels ajustements seraient nécessaires pour répondre aux enjeux d'un rythme adapté à l'enfant ? La réforme Peillon n'a pas fait la preuve de son efficacité, loin de là ! Elle a provoqué un transfert de charges de l'Etat aux collectivités, demandé une réorganisation de l'école et du péri- scolaire en impactant le milieu associatif et les familles dans leurs rythmes de travail et dans leurs modes de garde. Malgré les mobilisations des enseignants, parents d'élèves, personnels des collectivités et des associations, dénonçant la casse des conditions de travail et les inégalités territoriales créées, le gouvernement s'entête dans une réforme emblématique de la politique d'austérité. Taux d'emploi revus à la baisse, normes d'encadrement des enfants augmentées, recours à la vacation, fatigue des enfants, la liste est longue des sujets à débattre démocratiquement.
Certes la réforme est imposée aux collectivités mais elle ne doit pas être subie ! Nous pouvons, à la tête des villes, décider d'anticiper les besoins en ayant une politique globale de l'éducation qui prenne en compte autant les objectifs pédagogiques que sociaux et culturels et soit  créatrice de liens entre les acteurs de l'éducation et de l'animation. En commission municipale les élus de la majorité renvoient les questions des élus d'opposition à la responsabilité de l'éducation nationale : nous aurons un bilan quand celle-ci aura eu le temps de le transmettre à la municipalité ! L'éducation populaire est l'une des pistes d'action qui doit être conduite par l'Education Nationale, les familles et les animateurs. Au coeur de ce trio citoyen une municipalité est l'acteur privilégié pour tisser un vrai réseau territorial solidaire.
C'est ainsi que nous lutterons contre les replis, les intolérances et la xénophobie. C'est également ainsi que nous répondrons aux défis portant sur la laïcité et la refondation de l'école.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF

Octobre 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

La Ville, partenaire et acteur du développement économique !

Le développement économique fait partie intégrante du développement d'une ville comme la nôtre. Même si cette compétence a été intégralement transférée à la Métropole le 1er janvier, il n'en demeure pas moins que nous avons activement contribué à un développement économique harmonieux et durable pour Saint-Egrève et que nous comptons bien continuer.
Ainsi, dans le passé, notre partenariat avec la Métro nous a permis de faire aboutir le développement de Vence Eco Parc et de la zone ETAMAT. Vous pouvez constater que ces deux  secteurs, un peu délaissés jusqu'il n'y a pas si longtemps, ont aujourd'hui une tout autre allure ! Les bâtiments qui ont remplacé les anciennes friches sont accueillants et attractifs, tout en étant exemplaires sur le plan environnemental. Ils représentent bien le Saint-Egrève du XXIe siècle dans lequel nous vivons ! De même, le projet de "place carrée", modification du carrefour des abattoirs, contribuera à créer une vraie entrée de ville, digne de la qualité que nous connaissons à Saint-Egrève.
Autre dossier économique qui nous occupera également dans les prochains mois : le pôle restauration qui doit être implanté dans ce secteur également. C'est aussi un dossier que porte la Métropole en partenariat avec la Ville. Il s'agit de créer une offre de restauration assise. Cela répond à un réel besoin pour notre Ville : nous avons peu de restaurants et si la qualité est au rendez-vous, c'est la quantité qui fait défaut...
Ce faisant, avec ces projets, et grâce au développement économique équilibré et maîtrisé qu'ils permettent, nous poursuivons deux buts. Le premier est de favoriser la création à Saint-Egrève d'emplois de tous niveaux de qualification. Le second est d'assurer à ceux qui  viennent  travailler à Saint-Egrève la même qualité d'accueil et de vie qu'à vous qui habitez Saint-Egrève, car eux aussi, sont des Saint-Egrévois.
Vous l'avez compris : le développement économique est un sujet qui nous tient à coeur et que nous suivrons de très près !

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

Des nouveaux logements sociaux beaucoup trop chers à l'achat !

vue de la RD 1075 au niveau de fiancey/prédieuLes communes traversées par la nouvelle ligne E se sont engagées à construire des logements à proximité du tram pour répondre à un besoin important sur l'agglomération. Plusieurs programmes immobiliers ont donc été livrés ou sont en cours de construction à Saint-Egrève. Si le volume de cette production répond aux attentes et permet de rattraper partiellement le retard de logement social sur la commune, nous ne pouvons en dire autant des prix de vente de ces nouveaux appartements : ces derniers avoisinent parfois les 4000 € au m² ! Quant aux deux opérations d'accession dite "sociale" réalisées dans les immeubles de la Poste et le Jardin de Sahel, elles étaient, elles aussi, beaucoup trop chères et proches des prix de la promotion privée. Ces prix excluent bon nombre d'habitants de la commune ou de l'agglomération. Ces ménages, qui souhaitent acquérir leur premier logement, ne disposent pas de revenus assez importants et/ou d'un apport conséquent. Des dispositifs d'aide pour l'accession sociale à la propriété existent pourtant. Ils n'ont, pour l'instant, jamais été expérimentés sur Saint-Egrève, alors qu'ils ont fait la preuve de leur efficacité sur d'autres villes de l'agglomération ! Souhaitons qu'avec un exécutif plus volontariste sur le sujet, les prochaines opérations immobilières répondent enfin aux besoins des ménages modestes et contribuent à maintenir la diversité qui a toujours fait la richesse de notre ville.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Accueil des réfugiés : bougeons-nous !

Le gouvernement français s'est engagé à accueillir 30 000 réfugiés sur 2 ans. S'ils étaient répartis uniformément en France, St Egrève devrait en accueillir 8. Seulement huit ! Ces réfugiés fuient la guerre, la répression et la mort. Les plus nombreux sont actuellement les Syriens, mais il y a aussi des Erythréens, des Afghans et d'autres. Pour certains, Bashar-al-Assad est responsable de la guerre en Syrie, mais 4 ans de très grave sécheresse ont précédé ce conflit armé, forçant un très grand nombre à fuir vers les villes.  Ajouté aux tensions existantes, le changement climatique a été un élément déclencheur de la révolution et de la guerre en Syrie et de l'exode de millions de réfugiés.
Les événements extrêmes se multiplient : canicule, sécheresse, cyclones, inondations, salinisation des sols, montée du niveau de la mer. Quitter son pays est un choix désespéré dans le seul but de survivre. A l'avenir, il y aura d'autres migrations très importantes. Nous n'en voyons aujourd'hui que le début. Rappelons-nous que les premiers hommes en Europe sont venus d'Afrique il y a 60 000 ans. Depuis, les migrations n'ont jamais cessé. La France a su accueillir les Arméniens dans les années 20, les républicains Espagnols en 1938, les Belges en 1940 (1,5 million de personnes fuyant le nazisme), et bien d'autres encore qui ont fait la richesse de notre pays. Elle peut accueillir des réfugiés politiques qui ne demandent qu'à vivre en paix. Ouvrons les yeux, des gens meurent à nos portes. S'il nous reste un peu d'humanité... A St Egrève, nous soutiendrons les initiatives de la ville pour un tel accueil. Les habitants qui ont une chambre, un studio disponible et veulent accueillir des réfugiés peuvent s'appuyer sur les réseaux associatifs existants. Ce sera probablement la Métro qui va coordonner l'hébergement. Pour l'accompagnement social indispensable, nous demandons à la ville d'organiser ces soutiens et d'informer.
Mais ne perdons pas de vue qu'à long terme, il nous faut aussi tous agir pour limiter le réchauffement planétaire.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

La parole est à vous !

Dans cette rubrique - qui pourrait être plus colorée et attractive comme proposé à la majorité municipale - chaque groupe du conseil municipal peut s'exprimer sur les sujets qui concernent la vie de la commune dans tous ses aspects.
Mon groupe "Pour une gauche authentique à St-Egrève" a fait part de ses analyses et propositions sur le logement, la préservation des espaces naturels de notre cité, l'éducation, la culture, l'emploi, la santé, le budget de la commune, le projet de piscine intercommunale, le tramway et l'accessibilité aux transports en commun pour tous, et la Résistance, qui fut possible il y a 70 ans et plus dans notre vallée comme elle l'est encore aujourd'hui face aux politiques d'austérité de l'Etat à l'égard des collectivités locales, à l'égard du peuple. Au-delà de la présentation de nos positions et de nos propositions en faveur du progrès social, la démocratie, pour avoir du sens, a besoin d'un dialogue véritable et durable entre les élus et la population. Le débat doit et peut s'exercer tout au long de la mandature et pas seulement pendant  les élections. C'est ce que l'on appelle la démocratie participative. "La démocratie, ce n'est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité", écrivait Albert Camus. C'est tout le sens de la démarche que je souhaite impulser à Saint-Egrève.
C'est pourquoi je vous invite à être des acteurs de la démocratie locale en m'adressant par écrit vos remarques, vos critiques, vos idées et suggestions sur les aspects de la vie locale qui vous tiennent à coeur, à Sylvie Guinand, Conseillère Municipale Front de Gauche / P.C.F. - Hôtel de Ville - 36, avenue du Général de Gaulle, 38120 Saint-Egrève
La démocratie c'est aussi la fraternité : je tiens ici à remercier les habitants de notre commune qui se sont portés volontaires pour accueillir des réfugiés Syriens. C'est bien par la solidarité et la force collective que nous vaincrons les guerres, conséquences des choix  économiques libéraux.
Ensemble, continuons de construire l'avenir de notre commune.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Novembre 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Prévention des risques : prévenir, anticiper, organiser, voilà notre rôle !

Les risques majeurs à Saint-Egrève, nous connaissons. Qui a oublié l'incendie du Néron en 2003 ou certains épisodes d'inondations qui ont touché des secteurs de notre ville, pour ne citer que ces quelques exemples. L'actualité récente nous a aussi montré, et de manière dramatique, que les éléments peuvent être plus forts que nous.

Le rôle d'une ville comme la nôtre est de prévenir les risques, d'anticiper les réponses à apporter en cas de crise et d'organiser les moyens de secours à mettre en œuvre. En une phrase, nous devons nous préparer à secourir les Saint-Egrévoises et les Saint-Egrévois.

D'abord, prévenir. Nous le faisons depuis longtemps. Ce sont pour les éléments les plus récents et les plus visibles, les travaux de protection contre les chutes de pierres le long du Néron. Même si nous sommes aidés par l'Etat et le Département, ce sont des travaux coûteux. C'est encore le plan de prévention contre les inondations, intégré dans le PLU. C'est aussi la règle du PLU des 30 % d'espaces verts des parcelles pour les nouvelles constructions qui nous permettent de ne pas imperméabiliser les sols ou l'encouragement à réaliser des toitures végétalisées. Cela permet à l'eau de pluie d'être absorbée là où elle tombe et de ne pas ruisseler, déborder et inonder.

Anticiper, ensuite. Cela veut dire à la fois s'informer sur la possibilité de survenance d'un risque, météo par exemple mais surtout nous être préparés à réagir de la meilleure des façons possibles, en cas de crise. C'est la mission du Plan Communal de Sauvegarde que nous élaborons en ce moment pour organiser, le cas échéant, les moyens pour revenir à une situation normale. Le rôle de la Ville, de ses agents et de ses élus, dans le cas d'un événement majeur devient central : organiser les moyens, coordonner les actions et informer les habitants de ce qui se passe, telles sont les missions qui nous reviennent.

Tranquillement, sereinement et avec détermination, comme en toutes choses, nous nous y employons.

Pascal de FILIPPIS
Président du Groupe Priorité Saint-Egrève

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

Propositions pour renforcer la Démocratie Locale à Saint-Egrève

illustration

Saint-Egrévois, vous devez le savoir, la Démocratie Locale à Saint-Egrève ne va pas bien ! En témoigne l'échange très vigoureux entre la majorité et notre groupe lors du dernier conseil municipal (article du DL à disposition). Le déséquilibre est trop important entre les moyens de la majorité et ceux de l'opposition, ce qui conduit à une absence de débat que ce soit en commissions ou en conseil municipal. Pourtant les enjeux ne manquent pas !

Parce que la démocratie locale est la garante de la cohésion sociale, nous faisons les propositions suivantes pour vitaliser le débat sur la commune :
1. Fournir aux élus de l'opposition, dans des délais raisonnables, tous les éléments nécessaires aux débats sur des questions municipales, intercommunales ou liées à l'agglomération.
2. Mieux positionner cette tribune et en accroître la taille pour permettre aux groupes de l'opposition d'aborder des sujets de fond. Proposer également une tribune politique dans le Supplément au Journal Municipal pour expliciter le sens de nos votes en conseil municipal.
3. Instaurer en début de chaque conseil municipal une session de questions orales pour que les habitants assistent et participent aux séances.
4. Permettre aux élus de l'opposition d'être présents aux réunions des Conseils des Habitants en tant qu'observateurs.

Des moyens pour l'opposition, proportionnés à ceux de la majorité, sont indispensables pour donner enfin une réalité à la démocratie locale et pour nourrir le débat public.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI - hassan.belrhali.ps@gmail.com

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Comment se passe un Conseil Municipal à St-Egrève?

Les Conseils Municipaux sont publics. Pourtant, les soirs de Conseil, l'assistance est bien maigre : le journaliste du Dauphiné et un ou deux habitants tout au plus. Pourquoi ? A quoi sert donc le Conseil Municipal ?
"Le conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune" (L.2121-29 du Code général des Collectivités territoriales). La délibération est définie dans le Larousse comme l'"Action de réfléchir, d'examiner une question ; discussion."
Cette définition n'est pas celle retenue par la majorité municipale et par le Maire. Si parfois un semblant de débat émerge, il est systématiquement étouffé à la première occasion, y compris lorsque nos arguments sont constructifs.
Le sujet traité est présenté - souvent rapidement et partiellement -, puis un texte est soumis au vote. Une fois adopté, il devient une délibération. La liste de celles-ci est reprise dans le "compte rendu" du Conseil qui ne garde aucune trace des questions, remarques et des tentatives de débats. Ces délibérations présentées exclusivement par la majorité sont aussi systématiquement adoptées par tous ses membres !
Les questions posées par les élus de l'opposition énervent souvent le maire qui préside chaque séance. Seraient-elles considérées comme du temps perdu ?
Quant aux élus de la majorité, ils ne prennent la parole que quand le Maire le leur demande. Pas d'initiatives intempestives ! Y a-t 'il vraiment des débats dans cette majorité ? Le silence des membres de la majorité pendant le Conseil nous surprend et nous inquiète. Nous pensons que de nombreuses décisions sont prises sans discussions au sein même de cette majorité.
Le prochain Conseil sera consacré à la présentation du budget pluriannuel et au débat obligatoire d'orientation budgétaire. C'est là que les grandes orientations de la Ville sont décidées et réservent parfois des surprises. Pour avoir un vrai débat le 18/11 à 19 h, nous avons besoin de votre participation. Ceux qui le souhaitent peuvent nous rencontrer quelques jours auparavant.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Baisse des dotations de l'Etat : alerte et action !

A l'appel de l'association des Maires de France, des élus de diverses sensibilités politiques se sont mobilisés en grand nombre contre la baisse considérable des dotations de l'Etat aux collectivités locales. C'est un fait inédit.
Il faut dire que le gouvernement n'y va pas avec le dos de la cuillère.
Il a décidé de réduire les aides financières de l'Etat aux collectivités de 28 milliards entre 2014 et 2017. Dans le même temps il offre 41 milliards d'avantages fiscaux aux entreprises. Cette décision ne peut qu'engendrer l'asphyxie financière des communes et la colère des élus.
Cette politique d'austérité a des conséquences désastreuses pour les services publics locaux, pour l'emploi, et toute l'économie. Baisse des dotations, transferts des charges de l'état sur les collectivités sans compensation financière, les communes ne pourront plus satisfaire tous les besoins minima des habitants dans les domaines scolaires, sportifs, culturels, associatifs. Pour St-Egrève les baisses des recettes de l'Etat s'élèvent à 200 000 € en 2014, 470 000 € en 2015 et plus d'un million et demi d'ici 2017. C'est énorme !
Comme pour 2015 je tire la sonnette d'alarme pour la préparation du budget 2016.
La majorité municipale, à juste titre, dénonce cette situation, mais elle se veut rassurante sur sa capacité à tenir ses engagements pris devant la population.
Ce n'est pas réaliste !
Face aux baisses considérables des dotations, les communes sont placées devant des choix draconiens : réduire, repousser, supprimer certains investissements, et dépenses de fonctionnement, diminuer les subventions très utiles à la vie des diverses associations, ou augmenter les impôts locaux ?
Ce n'est pas acceptable ! Il faut réagir. St-Egrève doit participer à la mobilisation avec les Maires de France pour s'opposer aux baisses des dotations d'Etat et aux réformes territoriales pour que vivent les communes, échelon essentiel de la démocratie.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Décembre 2015

Groupe Priorité Saint-Egrève

Notre hommage aux victimes des lâches attentats à Paris le 13 novembre

Nous nous inclinons devant la mémoire des victimes innocentes et assurons, même si cela peut sembler dérisoire, leurs proches et leurs familles, de notre compassion et de notre solidarité.
Nous pensons aussi à tous les blessés qui luttent pour leur survie. Nos pensées les soutiennent.

Notre nation a été touchée en plein cœur, celui qui bat au sein de notre pays, de notre capitale, celui qui s'est tu par centaine dans les poitrines des victimes, souvent très jeunes. Les terroristes ont voulu en faisant taire la jeunesse de France, faire taire l'expression de notre mode de vie démocratique.

Quoi de plus normal pour nous en France, quelles que soient nos opinions, de décider de passer une soirée agréable entre amis ou en famille, à la terrasse d'un café, dans une salle de spectacle ou dans un stade de foot ? C'est notre façon de vivre, la plus commune à tous, qui a été attaquée.

Malgré la douleur, nous ne devons pas laisser parler l'esprit de vengeance. Oui, il faut une réponse, adaptée et adéquate, comme l'ont dit les plus hautes autorités de l'Etat. Cette réponse ne peut se trouver que dans l'Etat de droit.

Nous ne devons pas renoncer à nos valeurs démocratiques pour combattre le terrorisme dont le but est précisément celui-là : nous faire renoncer aux valeurs de la Démocratie.

Nous devons rester vigilants et confiants dans les valeurs de la République, notre bien commun.

N'ayons pas peur et restons fiers d'être des citoyens de France, la France immémoriale et immortelle, celle de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité.

Catherine Kamowski, Daniel Boisset, Catherine Haddad, Emmanuel Roux, Geneviève Reynier, Pierre Paillardon , Jacqueline Paulhan, Antoine Frisari, Evelyne Cassanelli, René Descombat, Evelyne Joyaud, Roger Genevois, Adeline Perroud, Benjamin Coiffard, Véronique Jaubert, Ridha Ben Kaab, Corinne Meunier, Yves Bertrand, Geneviève Ducarre, Gilles Eymery, Laurence Froissard, Pascal De Filippis, Jeanne Forestier, Bernard Breso, Caroline Bruno, Dominique Paulin.

 


Groupe Saint-Egrève Autrement

Paris, 13 novembre 2015

bougies

Nous voudrions exprimer ici notre émotion vis-à-vis des attentats de Paris. Nous pensons avec une profonde tristesse aux familles des victimes, aux proches, aux amis. Nous pensons également aux très nombreuses personnes blessées et à celles qui sont traumatisées. Nous sommes encore choqués par la barbarie des actes, d'une violence inouïe, d'un âge qu'on aurait voulu croire totalement révolu.
Dans ce chaos de sentiments mêlés, un peu de réconfort toutefois.
Tout d'abord cet élan mondial de solidarité avec la France qui nous donne le sentiment d'être soutenus et, dans le même temps, celui d'appartenir à un très grand groupe, celui de l'Humanité.
En second lieu nous ressentons très fortement la chance de vivre dans une grande démocratie, qui garantit la stabilité de notre société par ses institutions fortes et qui assure dans le même temps la sécurité de tous, grâce notamment à ses forces de l'ordre, ses pompiers, ses médecins, tous admirables de courage.
Alors que faire en tant qu'élus locaux ? Nous sommes convaincus qu'il faut privilégier et renforcer le vivre ensemble. Par le soutien aux écoles, aux associations, à la culture... C'est le sens de notre action, nous la poursuivrons en faisant en sorte de ne laisser personne de côté.
Nous vous souhaitons des fêtes de fin d'année solidaires et chaleureuses, en famille et entre amis.

Françoise CHARAVIN, Jean Marcel PUECH et Hassan BELRHALI (hassan.belrhali.ps@gmail.com)

 


Groupe Ecologie, Solidarité, Citoyenneté

Mercredi dernier au Conseil Municipal, avant la minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, chaque Président de groupe s'est exprimé. Voici, résumé, ce que nous avons dit.
Nos premiers mots vont vers les familles en deuil, vers ces jeunes citoyens français ou non fauchés alors qu'ils prenaient simplement le temps de bien vivre. Nos pensées vont également vers toutes les victimes du terrorisme qui frappe aussi d'autres peuples, on l'a vu récemment au Liban ou en Turquie.
Nous devons réagir, oui, mais de manière réfléchie, dans un objectif de paix à long terme. Prenons le temps de trouver les réponses adéquates pour lutter contre la barbarie et pour vivre ensemble avec nos différences. Ne rentrons pas dans une logique de vengeance, de repli sur soi, ne sombrons pas dans la peur.
Comment ne pas faire le lien avec le 7 janvier et rappeler ce que défendait Charlie hebdo sans concession? Le principe républicain qui garantit le vivre ensemble : la laïcité, si malmenée depuis 20 ans.
Nous ne pouvons que constater l'échec partiel de notre modèle d'intégration pour une partie de nos concitoyens de toutes origines, vivant souvent dans les quartiers populaires. Ghettoïsation de certains quartiers, sentiment d'exclusion très fort de la part des habitants. La montée du communautarisme a mis à mal ce vivre-ensemble et a conduit au contraire à " vivre les uns à côté des autres".
C'est à l'opposé du modèle français, certes imparfait, d'intégration assimilationniste, où se sentir français est le résultat de l'acceptation de valeurs communes : liberté, égalité, fraternité, d'une France républicaine, héritière des Lumières et laïque plutôt que d'une France où l'on se revendique d'abord d'une origine géographique, ethnique ou religieuse.
L'une des réponses à la barbarie et aussi à la montée insupportable de l'extrême droite, ne peut passer que par plus d'Education, de Culture et par la défense ferme de la laïcité.
"La laïcité est une nécessité absolue pour la paix sociale entre personnes d'origines différentes" disait E.Badinter.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr

 


Groupe Front de Gauche - PCF

Les services publics : notre bien commun !

Encore meurtris par les attentats du 13 novembre 2015, qui ont atteint en plein cœur notre démocratie, nous avons plus que jamais besoin de reconstruire du lien social et de la solidarité dans notre société.
J'ai tenu, lors du conseil municipal du 18 novembre 2015, à assurer de mon soutien et de ma compassion les victimes et leurs familles mais aussi à dénoncer la responsabilité de l'Etat quant à sa politique extérieure et qui a laissé grandir en son sein un système inégalitaire, a favorisé le démantèlement de services publics de proximité et le sentiment d'abandon de nombreux concitoyen‐ne‐s, terreau pour engendrer une jeunesse en manque de repères et proie facile pour se laisser embrigader par des idéologies mortifères. Les jeunes qui ont tiré sur la jeunesse qui vit ont grandi dans nos quartiers. Nous devons nous garder de céder aux amalgames sur les migrants et les réfugiés, qui fuient justement les horreurs que nous avons vécues à Paris, aux idées racistes et aux stigmatisations des musulman‐e‐s.
Au contraire faisons faire vivre ensemble les valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité en mettant au centre du débat public les questions économiques et sociales pour apporter des réponses de progrès. Le rôle des services publics de proximité et des associations y est essentiel. Pendant les évènements la qualité des agents publics a été soulignée unanimement. L'engagement et le professionnalisme des personnels n'ont pas failli aux côtés de la population dans ces moments très durs. Ils sont les piliers de notre démocratie, il est primordial de les maintenir à tout prix, malgré le contexte très austéritaire imposé par le gouvernement.
Les orientations budgétaires présentées par la majorité ne vont pas dans ce sens. La municipalité utilisera pour réduire la masse salariale : non renouvellement des départs en retraites, réorganisations de postes pour en supprimer, non remplacement d'agents absents... Ce n'est pas acceptable et c'est contraire à une politique sociale et de relance économique.

Sylvie GUINAND, Front de Gauche-PCF
https://gaucheauthentiquestegreve.wordpress.com/

Accès paiement en ligne par CB

Ville de Saint-Egrève, 36 av. Général de Gaulle, 38120 SAINT EGREVE
Tél. 04 76 56 53 00