Site de la ville de Saint Égrève Site de la ville de Saint Égrève

Accessibilité| Contact| Newsletter| Flux RSS| Retrouvez-nous sur : Facebook Dailymotion Twitter Youtube Disponible sur App Store Disponible sur Google Play
Réduire le texteAgrandir le texteInverser le contrasteRétablir les styles par défautImprimer la pageEnvoyer à un amiAjouter aux favoris

Trier, oui mais pour quoi faire ?

"Montre-moi ce que tu jettes, je te dirai qui tu es". L’évolution des modes et des habitudes de consommation induit une production de déchets exponentielle. Vite acheté, vite consommé et vite jeté. Une fois mis au rebut dans les bacs verts ou gris, le moindre déchet commence un long voyage vers une nouvelle vie ou vers une valorisation matière ou énergie. Mais, bien que nombreux soient ceux qui s’attèlent à trier consciencieusement leurs déchets, des doutes et des réticences subsistent quand au comment et au pourquoi de la chose.

Ligne de tri - Eco-emballageLe tri sélectif est entré dans les moeurs. Mais malgré les bonnes volontés plus ou moins affichées, il n’est pas toujours aussi efficace qu’il le devrait et de trop nombreux dysfonctionnements viennent encore en gripper la mécanique délicate.

Pourquoi trier ?

Trier est un geste contraignant et demande une certaine implication citoyenne. Alors, on le sait, cela permet d’économiser les matières premières dont les ressources ne sont pas infinies, mais aussi d’éviter que soient stockés dans de vastes décharges des déchets dont l’accumulation peut s’avérer dramatique pour l’environnement. Mais ce dernier, s’il est essentiel à prendre en compte, n’est pas forcément la motivation première qui anime tous les trieurs.
A ceux qui auraient envie de baisser les bras, il faut rappeler que trier permet aussi de faire des économies. En effet, les filières de valorisation "peuvent générer des recettes", souligne Nicolas Perrin en charge de l’optimisation de la collecte pour le compte de la Métro à laquelle, depuis 2005, Saint-Egrève a délégué la compétence de la collecte des ordures ménagères. "Par exemple, en ce qui concerne les D3E, la revente des matériaux recyclés rapporte 50€ la tonne". Ce n’est pas une somme énorme mais il permet de faire baisser le coût global de la collecte supporté par les contribuables via la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TOEM).

Attention aux indésirables

Une erreur de tri dans un conteneur peut aller jusqu’au refus pur et simple dudit conteneur. Les résultats d'une tournée sont très variables et changent en fonction de la nature des habitats, de la sociologie des quartiers..., les facteurs qui influent sur la qualité du tri sont si nombreux que pour que celui-ci fonctionne,  l'idéal serait travailler au cas par cas, ce qui n'est pas possible !

Camion poubelleLe point noir sur l’agglomération, c’est la qualité du tri. Le plus radical, c’est le sac d’ordures ménagères jeté dans le bac à tri au lieu d’être déposé dans la poubelle grise et qui une fois déchiré ruine tous les efforts qui ont été faits par ailleurs. Il n’existe malheureusement pas de solution toute faite pour améliorer le tri. Cela passe par la communication, mais pas seulement, des solutions ponctuelles sont à l’occasion mise en place pour améliorer cette qualité.
A Pont de Claix et Saint-Martin d’Hères, certaines tournées étaient complètement déclassées. Pour 600 logements on a donc équipé les bacs verts de couvercles à opercule qui interdisent d’y déposer des sacs poubelle. Résultat, le tri sur ces zones a été sauvé et si la quantité collectée est moindre la qualité est au rendez-vous.

Le compostage : ça marche !

C'est bien connu, les vieilles recettes sont souvent les plus efficaces. En assurant la promotion de solutions bien connues des plus anciens, il a été possible de diminuer sensiblement des volumes d'ordures ménagères collectés par les services de la Métro. A Saint-Egrève, plus de 350 composteurs ont été vendus à des particuliers qui ont été formés et qui désormais transforment eux-mêmes une part de leur poubelle grise en compost. 17 sites de compostage en pied d'immeuble ont aussi été créés à la demande de bailleurs ou de syndics, ce qui permet aux personnes résidant en habitat collectif de composter leurs déchets. Tout cela participe à diminuer les volumes des déchets collectés et favorise les économies".

Les nouveaux défis

Traitement des déchets à AthanorEn plus de l’augmentation régulière de la masse de déchets produite chaque année, les évolutions des modes de consommation et l’arrivée de nouveaux types de déchets viennent encore compliquer la gestion des ordures ménagères. Ordinateurs, téléphones portables, baladeurs MP3, les produits dits technologiques, vite consommés et vite périmés, représentent des déchets dangereux pour l’environnement s’ils ne sont pas traités correctement.
D’après le Ministère de l’écologie, il apparaît que chaque Français produit 14 kg de déchets de ce type et la quantité totale augmente de 4% chaque année, soit un rythme de croissance beaucoup plus élevé que celui de l’ensemble des déchets ménagers. 

"En 2017, l’objectif est de recycler et valoriser 55% des déchets collectés sur l’agglomération. Cela représente un saut qualitatif et quantitatif !". Pour ce faire, quelques pistes sont d’ores et déjà à l’étude comme par exemple la réorganisation des services, l’évolution des consignes de tri, de la fréquence des collectes...

Partager cet article |

Accès paiement en ligne par CB




 

Le saviez-vous ?

Inaugurée en octobre 2008 à la déchèterie de Saint-Egrève la ressourcerie est un mode de collecte innovant répondant aux impératifs de la solidarité et du développement durable.
Elle propose de promouvoir le réemploi comme moyen de valorisation des déchets afin de détourner le maximum de tonnages de la mise en décharge ou de l’incinération et de préserver les ressources
naturelles. Inscrite dans une logique d’économie solidaire, la ressourcerie permet l’accès à l’emploi à des personnes en difficulté.

Ville de Saint-Egrève, 36 av. Général de Gaulle, 38120 SAINT EGREVE
Tél. 04 76 56 53 00